Blog

  • Anne

La Coupe de l'Elfe




Étymologie :

  • ELFE, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1561 (Hist. des pays septentrionaux, écrite par Olaus le Grand, fol. 52 ro [traduc. de l'Historia de gentibus septentrionalibus, Rome, 1555, chap. XI], Arveiller ds Fr. mod., t. 18, p. 234 : Les habitants de la [la Scandinavie] appellent ce jeu la de ces farfadets ou lutins la dance des Elves [choream Elvarum]) ; 1595 (même syntagme en référence à ce même texte de 1561, cité par Barbier ds Rom. Philol., t. 1, 1947-48, p. 291), ex. isolés ; 2. 1605 (P. Le Loyer, Hist. des Spectres, p. 201, ibid., p. 290 : Les Escossois Albins ... ont esté diffamez ... d'avoir eu des nymphes ... appelees elfes ou fairs, foles qui aiment les hommes) ; à nouv. 1822 elf (Nodier, Trilby, p. 115). 1 empr. à l'a. suéd. älf (par l'intermédiaire de sa forme latinisée en 1555 par Olaus le Grand), de l'a. nord. alfr auquel correspond l'ags. aelf (Falk-Torp, s.v. Alv), d'où l'angl. elf (dep. Beowulf ds NED), empr. par 2.

  • PE()ZIZE,(PEZIZE, PÉZIZE), subst. masc.

Étymol. et Hist. 1803 pézise (Boiste); 1811 pezize (Wailly). Du gr. π ε ́ ζ ι ς «sorte de champignon sans stipe» (cf. encore André, s.v. pezica).


Lire également la définition des noms elfe et pézize afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Sarcoscypha occidentalis ; Coupe écarlate ; Pézize occidentale.

Sarcoscypha coccinea ; Pézize écarlate.

Sarcoscypha austriaca ; Pézize d'Autriche.

*

*




Mycologie :


Il existe d'autres pézizes dont la majorité ont des teintes brunes, allant du plus clair au plus foncé. La plus connue et la plus délicate au goût, à en croire les connaisseurs est la Pézize veinée ou Oreille de cochon (Peziza venosa ou Disciotis venosa).


Le site Chasseurs de champignons propose une remarque morphologique intéressante sur les Pézizes (que nous nous sommes permis de reformuler) :


L'ordre des Pezizales regroupe les champignons qui produisent des asques operculés, c'est-à-dire essentiellement les champignons que l'on nomme de manière vernaculaire : Morille, Pézize, Truffe, Gyromitre et Helvelle.

La plupart des espèces de cet ordre produisent des apothécies, c'est-à-dire, pour simplifier, des fructifications en forme de coupe.

Par ailleurs, on peut constater une similitude morphologique très intéressante entre une morille et une pézize. En effet, la morille n’est jamais plus qu’un ensemble de pézizes collées les unes aux autres, comme on le voit sur l’image ci-dessous.

*




Usages traditionnels :


Le site de Supertoinette donne la Pézize orangée comme comestible :


Pézize orangée : Aleuria aurantia [...]

Comestible. On peut la manger crue, sucrée et arrosée de Kirsch. On s'en sert également pour décorer les salades. [...]


Pézizes orangées au Kirsch :

Ingrédients : 500 g de pézizes orangées, 1/2 litre d'eau, 150 g de sucre, 2 c. à soupe de Kirsch.

Passez rapidement les pézizes à l'eau froide et essorez-les.Versez l'eau et le sucre dans une casserole et portez à ébullition. Une fois le sucre dissous, plongez les pézizes dans le sirop et laissez-les cuire 5 mn à feu doux. Puis retirez les pézizes avec une écumoire et disposez-les sur un plat de service. Faites réduire le sirop de moitié et ajoutez le kirsch hors du feu. Versez le sirop sur les pézizes. Laissez refroidir puis placez le plat dans le réfrigérateur pendant au moins 2 heures. Puis dégustez. Vous pouvez remplacer le Kirsch par du Cointreau ou du Grand Marnier.


Pézizes orangées à la normande :

Ingrédients : 500 g de pézizes orangées, 100 g de crème fraîche, 2 jaunes d'œufs, 1 c. à soupe de Grand Marnier, 100 g de sucre, 1/4 de litre d'eau.

Passez rapidement les pézizes à l'eau froide et épongez-les. Versez l'eau et 75 g de sucre dans une casserole. Portez à ébullition et tournez avec une cuillère en bois pour faire fondre le sucre. Ajoutez les pézizes et faites cuire pendant 5 mn. Puis égouttez les pézizes et disposez-les sur un plat. Jetez le sirop puis versez dans la casserole la crème fraîche et le reste de sucre. Tournez avec une cuillère en bois jusqu'à ce que le sucre soit bien fondu. Cassez les œufs et mettez les jaunes dans une terrine. Versez dessus la crème fraîche en battant avec un fouet ; ajoutez le Grand Marnier. Nappez les pézizes de cette crème et laissez refroidir. Servir à température ambiante accompagné de gaufrettes, de tuiles ou de biscuits à la cuillère.

*

*

Le site Aujardin.info précise quant à lui les usages possibles de la Pézize écarlate (Sarcoscypha coccinea) :


Toxicité ou intérêt culinaire : Aucune toxicité n'est enregistrée mais l'absence de goût de la coupe des elfes lui enlève tout intérêt culinaire, excepté en élément de décoration du fait de sa forme et de sa couleur très esthétiques.


Usages : Si son aspect rend la Pézize attrayante pour décorer les plats, on la trouve également dans les natures mortes et compositions florales.

 

Le Site Chasseurs de champignons, dans un article du 13 novembre 2021 intitulé "Quelles pézizes poussent près des morilles ?" propose d'accorder une attention toute particulière à la Pézize écarlate en tant que possible indice révélateur de la présence de morilles :


Pour commencer, elle [la Pézize écarlate (Sarcoscypha coccinea)] pousse bien en amont des morilles ! En général, elle est plus fréquente entre mi-février et mi-mars ! Celle-ci vous offrira donc la possibilité de commencer à repérer des spots à morilles jusqu’à 1 mois avant le début de la saison ! Vous pourrez ainsi prendre un peu d’avance dans vos recherches !

Comme vous l’aurez compris, celle-ci est calcicole (elle aime les sols calcaires, tout comme la morille). C’est donc un bon bio-indicateur pour trouver des morilles.

Initialement sphérique, la pézize écarlate prend, par la suite, une forme en coupe peu profonde, avec des bords enroulés. La surface intérieure est lisse et rouge écarlate. La surface extérieure est blanchâtre à rosée. Le pied, lorsqu’il est présent, est corpulent et peut atteindre 4 cm de long (s’il est profondément enfoui) pour à peine 1 cm d’épaisseur. Il est souvent blanchâtre.

En revanche, celle-ci peut être facilement confondue avec sa cousine, la Pézize d’Autriche (Sarcoscypha austriaca). Pour distinguer la véritable pézize écarlate de sa cousine, il faudra observer les poils à l’arrière de la coupe :

  • Si les poils sont en forme de tire-bouchon, alors il s’agit de la Pézize d’Autriche (qui est d’avantage montagnarde, par ailleurs)

  • Si les poils sont plutôt droits, alors il s’agit plutôt de la Pézize écarlate. C’est celle-ci qui nous intéresse.

*

*




Symbolisme :


Dans l'imaginaire occidental, la coupe renvoie immanquablement au Graal de la culture celtique. Associée à l'elfe, elle confirme donc l'hypothèse d'une appellation populaire ancienne de ce champignon remarquable, comestible quoique sans goût.

 

Selon le blog de l'Association Nature Alsace Bossue (ANAB) qui consacre un article à la Pézize écarlate en date du 14 mars 2020 :


"Habitat Elle apparaît sur le bois pourrissant et les débris ligneux enfouis ou non dans le sol et souvent couverts de mousse, dans les zones humides des bois de feuillus, appréciant particulièrement les branches des noisetiers.

Habituellement court, le pied peut parfois atteindre des proportions inhabituelles, allant chercher son support, le bois en décomposition, enfoui dans le sol. Ce champignon passe bien souvent inaperçu, sous les feuilles mortes ou les friches difficilement accessibles."


Ainsi, son apparition sur le noisetier, arbre sacré de la mythologie druidique puisqu'il appartient au Bosquet des Druides, ainsi que sa préférence pour les zones humides, c'est-à-dire potentiellement des zones de passage entre le monde visible et l'Autre Monde attirent mon attention sur le caractère sacré de ce champignon, d'autant que ses couleurs rouge et blanche sont également celles des signes du monde invisible pour les Celtes.

*

*




Arts visuels :


Sur le site du Maintenant Festival 2021 qui s'est déroulé à Rennes, on peut lire cette présentation d'une œuvre collective insolite intitulée Pézize :


Pézize est une installation gonflable monumentale, opérant un dialogue subtil entre les notions d’intérieur et d’extérieur, par un jeu de transparences et de seuils, rendu possible grâce aux caractéristiques propres de ses volumes perforés.

Pour créer cette pièce, Dynamorphe a ainsi sculpté un volume, en effectuant des percées dans un solide de base : l’octaèdre. Le réseau multidirectionnel ainsi créé génère un circuit autour de patios et passerelles, qui invite tant à la contemplation qu’à la circulation des corps et des regards. Composé de matériaux translucides, laissant passer la lumière, naturelle comme artificielle, Pézize se métamorphose à la tombée du jour, tel un phare dans la nuit. Une expérience architecturale unique et déroutante !

pezize_memo-min
.pdf
Download PDF • 249KB

Voici la présentation plus technique de l'œuvre proposée par le collectif d'architectes Dynamorphe :


*

*



Voir aussi La Coupe des Schtroumphs ;




124 vues

Posts récents

Voir tout