Blog

  • Anne

L'Orge



Étymologie :

  • ORGE, subst.

Étymol. et Hist. 1. a) 1121-34 «graminée herbacée à fleurs disposées en épi simple, cultivée comme céréale» (Philippe de Thaon, Bestiaire, 871 ds T.-L.) ; b) ca 1170 «grain de cette céréale» (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 90) ; c) 1378 orge mondé (doc. ap. B. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne, t. 2, p. 23, n°135) ; 1765 orge perlé (Encyclop.) ; d) 1644 sucre d'orge (Poussin, Lett., 12 janv. ds Littré) ; 2. a) α) 1538 (ouvrage) à grain d'orge «(broderie, toile) semée de points ressemblant à des grains d'orge» (Inv. de Cl. Brachet ds Gay, s.v. grain) ; β) 1723 grain d'orge «étoffe croisée, en laine de qualité ordinaire» (Savary d'apr. FEW t. 4, p. 235b) ; b) 1660 «orgelet» (Oudin d'apr. FEW t. 4, p. 234b). Du lat. hordeum, au sens 1 a.


Lire également la définition du nom orge afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*




Expressions populaires :


Claude Duneton, dans son best-seller La Puce à l'oreille (Éditions Balland, 2001) nous éclaire sur le sens d'expressions populaires bien connues :


Avoir un grain : Avoir un grain, c'est être un peu détraqué dans sa tête. On parle bien sûr d'un « grain de folie », notion qui apparaît pour la première fois au début du XVIIe siècle :

« Un grain de folie, un peu », notait Oudin en 1640.

Le grain sui sert de fondement à cette métaphore n'est pas une quelconque graine, mais une ancienne mesure de poids ; la 480e partie de l'once (soit environ 60 milligrammes). Il était utilisé autrefois en orfèvrerie - un carat de diamant pèse quatre grains - mais surtout il était l'unité favorite des apothicaires, ces grands manipulateurs de substances infimes, « Grain, en Médecine, est le plus petit des poids, dont il en fait trois pour faire une obole, vingt pour faire un scrupule, et soixante pour faire la drachme ou le gros. Ce grain s'entend d'un grain d'orge bien nourri, médiocrement gros, et point trop sec. » (Furetière, 1690).

On peut s'étonner de ce grain-étalon « bien nourri », en des matières où l'imprécision n'est guère de mise ; il faut songer que ce grain-là était alors aux solides ce que la goutte est toujours demeurée aux liquides dans la posologie. Un médecin prescrivait normalement « quatorze gouttes de ceci, et huit grains de cela ». C'est de ce grain pharmacologique, et non celui d'une plante, qu'il est question dans les vers de La Fontaine, autrefois fameux :

Ma commère il vous faut purger

De quatre grains d'ellébore.


Car, soit dit en passant c'était la racine brunâtre de l'ellébore noir qui était employée comme purgatif en médecine, dans les cas de folie caractérisée comme dans une foule d'affections diverses, et non pas « les graines ».

La valeur métaphorique du grain, le poids, était donc bien établie dès la fin du XVIIe siècle, comme l'était aussi l'once, son multiple : « pas une once de bon sens », etc. « Grain, poursuit Furetière, se dit figurément en choses spirituelles et morales. Cet homme n'a pas un grain d'esprit, de bon sens, de jugement. Il est léger d'un grain, pour dire, il est un peu fou, il a un grain de folie. » Le lexicographe ajoute d'ailleurs un peu plus loin cette gaudriole « fine », et apparemment traditionnelle : « On dit d'un eunuque qu'il est léger de deux grains. »

Avoir un grain, forme elliptique, concernant les seuls troubles du cerveau, est attesté en 1740 par le dictionnaire de l'Académie avec cette définition : « Être un peu fou. » La locution est demeurée depuis lors remarquablement constante de sens et d'emploi : « Elle avait un chien, un setter, auquel elle tenait énormément, et lui, il est mort à la suite d'un bombardement. De peur sans doute. Mais elle aussi il pense que ça l'a détraquée. La mort de son chien n'a rien arrangé. Elle ne s'en est jamais remise. Ça lui a laissé un grain. » (R. Guérin, La Peau dure, 1948).

*

*




Botanique :

*




Bienfaits :


Selon Hildegarde de Bingen, auteure de Physica, Le livre des subtilités des créatures divines, les plantes, les éléments, les pierres, les métaux, les arbres, les poissons, les animaux et les oiseaux (édition originale 1151-1158 ; Édition Jérôme Millon, Grenoble, 2011),


"L'orge est froid, plus froid et plus faible que les céréales précédentes [Blé, seigle et avoine]. Si on en mange, en pain ou en farine, il fait du mal, tout autant aux bien portants qu'aux malades, parce qu'il n'a pas tant de propriétés que les autres espèces de céréales. Si un malade a déjà perdu presque toutes ses forces, il faut faire cuire à gros bouillons de l'orge dans de l'eau ; conserver cette eau dans une cuve où on lui donnera son bain ; recommencer jusqu'à guérison : son corps retrouvera ses forces, et il reviendra à la santé. S'il est tellement malade qu'il ne peut manger de pain, prendre de l'orge et de l'avoine en quantités égales, ajouter un peu de fenouil, faire cuire le tout dans de l'eau ; après cuisson, recueillir le jus à travers un linge ; qu'il boive ce jus au lieu de manger du pain, et cela jusqu'à ce qu'il retrouve des forces.

Si on a la peau du visage dure et rugueuse, et qu'elle se dessèche facilement sous l'effet du vent, faire cuire de l'orge dans de l'eau ; avec ce liquide filtré à travers un linge et réchauffé modérément, se laver doucement le visage ; la peau deviendra douce et lisse, et prendra une belle coloration. Et si quelqu'un a la tête malade, qu'il se lave souvent la tête avec ce liquide, et celle-ci retrouvera la santé."

*

*




Croyances populaires :


Selon Jean Baucomont, auteur d'un article intitulé "Les formulettes d'incantation enfantine", paru dans la revue Arts et traditions populaires, 13e Année, No. 3/4 (Juillet-Décembre 1965), pp. 243-255 :


La tradition orale se perpétue dans le folklore de la vie enfantine. […] Une des catégories les plus curieuses de ces formulettes est celle des formulettes d'incantation.

L'incantation, nous disent les dictionnaires, signifie étymologiquement : un enchantement produit par l'emploi de paroles magiques pour opérer un charme, un sortilège. Le recours à l'incantation postule une attitude mentale inspirée par l'antique croyance au pouvoir du verbe, proféré dans certaines circonstances.

[…]

« L'incantation, dit Bergson, participe à la fois du commandement et de la prière. » On constate effectivement, que la plupart des formulettes d'incantation comportent à la fois une invocation propitiatoire : promesse d'offrande en cas de succès et une menace de sacrifice expiatoire, d'immolation en cas d'échec. Ce qui est proprement le caractère de l'opération magique traditionnelle.

[…]

On introduit un épi de seigle ou d'orge dans sa manche, puis on balance le bras en répétant la formulette jusqu'à ce que l'épi ait atteint l'épaule :

Ramoneur, ramoneur,

Monte en haut la cheminée.

(Suisse romande)

*

*




Symbolisme :


L’orge, qui fait partie de la même famille que le blé et l’avoine, est probablement la plus ancienne céréale cultivée. Dans l’antiquité, l’orge était réputée comme symbole de puissance et de valeur guerrière ; ainsi on le donnait aux champions des antiques jeux d’Eleusis, en Grèce et les gladiateurs de l'empire romain portaient le nom de hordearii, c'est-à-dire « hommes-orge ».

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Symbole de richesse et d'abondance, cette céréale, qui entrait dans la composition du philtre de la magicienne Circé destinée à transformer en porcs les compagnons d'Ulysse, jouait dans l'Antiquité un rôle important dans les sacrifices ; pour certains auteurs, les Grecs avant la découverte de l'encens recouraient à la farine d'orge dont les fumigations devaient permettre une communication avec les dieux. Selon Plutarque, la Pythie faisait brûler de la farine d'orge sur l'autel d'Apollon.

La divination par la farine d'orge ou alphitomancie, divination très ancienne, servait au Moyen Âge à « découvrir ce qu'un homme a de caché dans le cœur » ou à reconnaître entre plusieurs suspects le coupable. Dans ce dernier cas, chacun de ces suspects mangeait un pain fabriqué ainsi : « On prend de la farine d'orge ; on la pétrit avec du lait et du sel ; on n'y met pas de levain ; on enveloppe ce pain compact dans un papier graissé, on le fait cuire sous la cendre ; ensuite on le frotte de feuilles de verveine. » L'innocent l'avalait sans peine alors que le fripon « se trahissait par une indigestion ». C'est de cet usage, dit-on, que provient l'expression : « Je veux, si je me trompe, que ce morceau de pain m'étrangle ».

L'orge était employée également en Inde dans divers sacrifices et des cérémonies de la vie privée et familiale, comme le mariage, la naissance d'un enfant ou d'un enterrement. En Inde encore, les mages façonnaient dans de la farine d'orge des figurines pour des envoûtements de haine.

En Occident, la céréale est réputée pour ses propriétés curatives et protectrices : répandre dans les maisons ou les étables des grains « que l'on a mis à gonfler une nuit sous la lune » éloigne les mauvaises influences. Contre les maux de dents, on recommande de hacher de la paille d'orge et d'en recouvrir une pierre : « Le patient se met alors à quatre pattes devant le tas, il souffle sur la paille jusqu'à ce que la pierre apparaisse. Il faut alors arrêter de souffler et, par cette sorte de lucarne que l'on a creusée dans le tas de paille, visualiser intensément la dent abîmée sur le morceau de pierre mis à découvert. Quand la douleur a disparu, on creuse un trou pour enterrer toute cette paille, sans en laisser le moindre petit brin. Quant à la pierre, il faut vite aller la jeter dans une rivière ou un étang ». Les guérisseurs anglais, eux, laissent s'évaporer dans la chambre d'un malade de l'amidon d'orge : « Quand il ne reste plus dans la casserole qu'un fond de colle pâteuse, le sorcier se sert de cette pâte pour tracer sur les murs, et parfois sur le malade lui-même, des signes cabalistiques ». Les Irlandais croient faire disparaître leurs verrues en les frottant avec les noeuds d'un brin de la céréale. Enfin, dans certaines îles grecques, les femmes se roulent par terre dans les champs d'orge pour ne pas souffrir du dos.

Selon une coutume sicilienne, une jeune fille qui, après l'avoir mis dans sa bouche, jette un grain d'orge à l'eau le jour de la Saint-Jean (24 juin), connaîtra sa vie conjugale : si le grain flotte, elle fera un bon mariage ; s'il coule, elle ne sera pas heureuse en ménage.

Le meilleur jour de l'année pour semer l'orge est selon les Vosgiens, celui de la Saint-Maurice, qui tombait autrefois le 5 octobre.

*

*

0 vue