Blog

  • Anne

La symbolique du cercle



Le cercle est la seule figure géométrique grâce à laquelle, lorsque nous sommes tous placés sur sa circonférence, nous nous trouvons tous à équidistance du centre, du feu sacré. C'est pourquoi de nombreuses traditions se rassemblent en cercle pour tenir leurs assemblées et accomplir leurs rituels. Le Monde du Milieu offre sans cesse à notre réflexion et à notre imaginaire cette vision du cercle parfait : le disque du soleil, la roue de la pleine lune, la rondeur des planètes, le cœur des fleurs, la circonférence de certains lacs, etc. C'est pourquoi l'homme s'efforce de reproduire cette forme magique pour en bénéficier au mieux : les huttes, les igloos, les tipis puisent dans le cercle l'efficacité de leur bâti et les tambours font résonner le macrocosme infini.

Selon Joseph Campbell, Le Héros aux mille et un visages, (édition originale 1949, nouvelle traduction française Oxus, 2010), "Chez les Pawnees du Kansas du Nord et du Nebraska du Sud, le prêtre, au cours de la cérémonie du Hako, trace un cercle avec son orteil. Voici les raisons qu'en donne un de ces prêtres :

Le cercle représente un nid et il est tracé avec l'orteil parce que l'aigle bâtit son nid avec ses serres. En faisant cela, nous imitons l'oiseau qui fait son nid, mais notre geste, a une autre signification. Nous imitons en pensée Tirawa créant le monde pour que les hommes l'habitent. En effet, si vous montez sur une haute colline et regardez autour de vous, vous verrez que le ciel touche la terre de toutes parts ; et c'est à l'intérieur de cette enceinte circulaire que vivent les hommes. Les cercles que nosu avons tracés ne sont donc pas seulement des nids ; ils représentent aussi le cercle qu'a tracé Tirawa-Atius pour en faire le séjour de tous. Les cercles représentent également la famille, le clan, la tribu.

La voûte du ciel repose sur les quartiers de la terre que soutiennent parfois quatre rois, quatre nains, quatre géants ou quatre tortues en forme de cariatides. D'où l'importance que la tradition attachait à la solution du problème mathématique de la quadrature du cercle : il renferme le secret de la transformation des formes célestes en formes terrestres. Le foyer dans la maison, l'autel dans le temple, c'est le moyeu de la roue de la terre, la matrice de la Mère Universelle ; le feu en est le feu vital. Et l'ouverture au faîte de la demeure - de même que la coupole du dôme, son pinacle ou son lanternon - est le moyeu de la roue du ciel, son point médian : c'est la porte du soleil que franchissent les âmes lorsqu'elles quittent le monde temporel pour retourner à l'éternité, comme le fait le parfum des offrandes brûlées au feu vital lorsqu'il s'élève porté sur l'axe d'une fumée ascendante, du moyeu de la roue terrestre vers le moyeu de la roue du ciel."