Blog

  • Anne

Symbolisme du 0





Étymologie :

  • ZÉRO, adj. et subst. masc.

Étymol. et Hist. [Lhistorique du mot étant trop long nous vous renvoyons directement à la lecture du site] Empr. à l'ital. zero « zéro » (1491, P. Calandri, De Arithmetica opusculum, Florence, f°4 v°, cf. F. Woepcke ds J. Asiatique, 6e série, t. 1, p. 522 ; Littré ; FEW t. 19, p. 158a), « rien » (av. 1484, L. Pulci, Morgante ds Tomm.-Bell., Cor.-Pasc., s.v. cero), altér. de zefiro (cf. C. Tagliavini, Le origini delle lingue neolatine, 3e éd., Bologna, 1959, p. 263), issu du lat. médiév. zephirum (1202, Leonardo Fibonacci, de Pise, Liber Abbaci ds Pellegr. Arab., p. 80 : cum hoc signo O, quod arabice zephirum appellatur), empr. à l'arabe ṣifr « vide ; zéro » (chiffre*). Le m. fr. zéro a supplanté chiffre dans le sens « zéro » que ce dernier avait en a. fr. et m. fr. avant de se spécialiser, à partir de la fin du xve s., dans celui de « signe d'un système numérique », qu'il a toujours.

Pour en savoir davantage, vous pouvez lire également la définition du mot zéro.

*

*




Symbolisme :


Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


Le zéro est un "mot dérivé de l'arabe çifra, vide. Signe numérique, sans valeur par lui-même, mais tenant la place des valeurs absentes dans les nombres. Il symbolise la personne qui n'a de valeur que par délégation.

Les Mayas découvrirent le concept du zéro et son emploi, au moins mille ans avant que rien de pareil ne fût connu et employé en Europe. On le représentait par une coquille ou un escargot. On sait que l'escargot est lui-même un symbole de régénération périodique. Dans la mythologie du Popol-Vuh, le zéro correspond au moment du sacrifice du Dieu-Héros du maïs par immersion dans la rivière, avant qu'il ressuscite pour monter au ciel et devenir le soleil. Dans le processus de germination du maïs, ce moment est celui de la désintégration de la semence dans la terre, avant que la vie se manifeste à nouveau, en faisant apparaître la petite tige du maïs naissant. C'est donc très exactement, selon la tradition de l'occultisme européen, l'instant du renversement de polarisation, qui sépare la fin du demi-cercle involutif et le début du demi-cercle évolutif dans le cycle zodiacal. On peut donc dire que le grand mythe de la régénération cyclique est résumé dans ce symbolisme du zéro maya. Par le symbolisme utérin du coquillage, il est également en rapport avec la vie fœtale.

Dans la glyptique maya, le zéro est représenté par la spirale, l'infini fermé par l'infini ouvert.

En Égypte, aucun hiéroglyphe ne lui correspond. Le zéro n'est désigné par aucun signe, quoique certains scribes calculateurs aient eu l'idée de ménager un espace vide à l'endroit où une puissance de dix manque.

L'intuition était symboliquement très juste : le zéro est l'intervalle de la génération. Comme l’œuf cosmique, il symbolise toutes les potentialités.

Il symbolise aussi l'objet qui, sans valeur par lui-même, mais uniquement par sa position, confère à d'autres de la valeur, le zéro multipliant par dix les nombres placés à sa gauche. Il rejoint ainsi la signification initiatique du Fou ou du Mat des tarots, seule lame des arcanes majeurs qui n'est pas numérotée mais qui peut valoriser les autres, ou les annuler, suivant sa position ou le signe + ou -, x ou / qui le précède."

*

*