top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Les Géants




Étymologie :


  • GÉANT, -ANTE, subst. et adj.

Étymol. et Hist. Ca 1100 jaianz (Roland, éd. J. Bédier, 3253). Du lat. vulg. *gagantem, forme issue par assimilation du class. Gigas,-antis (gr. Γ ι ́ γ α ς, -α ν τ ο ς), plur. Gigantes (Γ ι ́ γ α ν τ ε ς, -ω ν), les Géants, monstrueux fils de la Terre, qui, ayant voulu escalader l'Olympe pour détrôner Jupiter, furent foudroyés par lui.


Lire également la définition de l'adjectif géant (dans notre cas substantivé) afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*




Croyances populaires :


Selon Jacques Albin Simon Collin de Plancy, auteur du Dictionnaire infernal, ou bibliothèque universelle, sur les êtres, les personnages, les livres, les faits et les choses: qui tiennent aux apparitions, à la magie, au commerce de l'enfer, aux divinations, aux sciences secrètes, aux grimoires, aux prodiges, aux erreurs et aux préjugés, aux traditions et aux contes populaires, aux superstitions diverses, et généralement à toutes les croyants merveilleuses, surprenantes, mystérieuses et surnaturelles. (Tome troisième. La librairie universelle de P. Mongie aîné, 1826) :


FERRAGUS. Géant dont parle la chronique de l'archevêque Turpin. Il avait douze pieds de haut, et la peau si dure, qu'aucune lance ou épée ne la pouvait percer. Il fut vaincu par l'un des preux de Charlemagne.


GEANTS - Les géants de la fable avaient le regard farouche et effrayant, de longs cheveux, une grande barbe, des jambes et des pieds de serpent, et quelques-uns cent bras et cinquante têtes. Homère représente les Aloïdes, géants remarquables, comme étant d'une taille si prodigieuse, qu'à l'âge de neuf ans ils avaient neuf coudées de grosseur, et trente-six de hauteur, et croissaient chaque année d'une coudée en grosseur, et d'une aune de haut.

Les thalmudistes assurent qu'il y avait des géants dans l'arche. Comme ils y tenaient beaucoup de place, on fut obligé de faire sortir le rhinocéros, qui suivit l'arche à la nage.

Aux noces de Charles le Bel on vit une femme d'une taille extraordinaire, auprès de qui les hommes les plus hauts paraissaient des enfants ; elle était si forte, qu'elle enlevait de chaque main deux tonneaux de bière, et portait aisément huit hommes sur une poutre énorme.

Il est certain qu'il y a eu, de tout temps, des hommes d'une taille et d'une force au-dessus de l'ordinaire. On trouva au Mexique des os d'hommes trois fois aussi grands que nous, et dans l'île de Crète un cadavre de quarante-cinq pieds.... Hector de Boëce dit en avoir vu d'un homme qui avait quatorze pieds. Pour la force nous citerons Milon de Crotone, tant de fois vainqueur aux Jeux olympiques ; ce Suédois qui, sans armes, tua dix soldats armés ; ce Milanais qui portait un cheval chargé de blé ; ce Barsabas qui, du temps de Louis XIV, enlevait un cavalier avec son équipage et sa monture ; ces géants et ces Hercules qu'on montre tous les jours au public. Mais la différence qu'il y a entre eux et le reste des hommes est fort petite, si on compare la taille réelle à la taille imaginaire que les ignorants leur donnent.

Quant aux peuples de géants, rien ne prouve qu'ils aient jamais existé ; il n'est pas impossible que les hommes de certains pays soient un peu plus grands ou plus forts que ceux des autres contrées du globe ; comme les Lapons sont généralement plus petits que les habitants des climats méridionaux. Mais si l'on voulait croire à tous les contes que font sur les géants certains historiens, amis des prodiges, et dignes de marcher de pair avec les chroniqueurs du siècle de la reine Berthe au pied d'oie, il faudrait aussi, comme l'enfant qu'on berce de fables, croire à l'existence des colosses humains de cent cinquante pieds, que Gulliver trouva dans l'île de Brobdingnac.

*

*

Adolphe de Chesnel, auteur d'un Dictionnaire des superstitions, erreurs, préjugés, et traditions populaires... (J.-P. Migne Éditeur, 1856) propose la notice suivante :


COLONNE DES GÉANTS. Elles sont au nombre de neuf et situées sur une haute montagne et au milieu d'une forêt, près de Nultenberg dans la Hesse. On y voit des empreintes qui, selon la tradition, proviennent de géants qui les roulèrent en cet endroit lorsqu'ils travaillaient à la construction d'un pont sur le Mein.


DANSE DES GÉANTS, On raconte que l'enchanteur Merlin voulant faire une galanterie au roi d'Angleterre, fit venir d'Ecosse et d'Irlande, des rochers colossaux qui exécutèrent une magnifique ronde en présence du prince. Quelques auteurs, très véridiques comme on peut le croire, affirment que, naguère encore, ces rochers se remettaient en danse, à l'avènement d'un monarque anglais.


FERRAGUS. Géant fameux dont il est parlé dans la chronique de l'archevêque Turpin. Il avait environ quatre mètres de hauteur, et sa peau était si dure qu'aucun fer acéré ne pouvait l'entamer. Il fut tué toutefois par l'un des guerriers de la suite de Charlemagne.


GEANT CRUSSOLIO. C'est le fondateur du château de Crussol, en Provence. Ce chateau est situé sur une roche élevée et verticale, et le géant n'a jamais cessé, dit-on, de l'habiter. Cependant, il lui arrive quelquefois d'avoir la fantaisie de visiter Valence, en Dauphiné, et alors il franchit d'une seule enjambée la plaine du Rhône. Crussolio est un digne descendant de ces géants gaulois qui attaquèrent Hercule, et que Jupiter écrasa d'une grêle de pierres dans la célèbre plaine de la Crau.


GEANT DE DESSOUBRE. Il habite une superbe vallée qui porte son nom, dans le département du Doubs. Il y habite, disons-nous ; mais il s'y trouve emprisonné, et voici comment. Ce géant était, cela va sans dire, la terreur de la contrée : il pourfendait les hommes aussi bien que les arbres, et portait fort peu de respect aux femmes qu'il rencontrait ; mais voici qu'un jour qu'il était endormi dans sa caverne, un prêtre du voisinage, exorciseur d'une grande réputation, se présenta devant l'antre redouté, et y fit tomber un rocher d'une telle dimension et d'un tel poids, qu'il boucha hermétiquement cette entrée et résista à tous les efforts que fit Dessoubre à son réveil. Le géant toutefois ne s'est jamais rebuté, il continue sa lutte pour se frayer un passage, et la sueur qui ruisselle de son corps est si abondante qu'elle forme un des affluents de la rivière qui roule dans la vallée.

GÉANT EINHEER (LE) . Du temps de Charlemagne, rapportent les frères Grimm d'après Aventin, vivait un géant nommé Einheer ; il était Suève, natif de Thurgovie, aujourd'hui canton de la Suisse ; il passait à gué toutes les rivières, n'avait pas besoin de pont, tirait derrière lui son cheval par la queue, et disait chaque fois : - camarade, il faut que tu me suives ! Ce géant partit pour aller faire ces fameuses guerres de l'empereur Charlemagne contre les Vandales et les Huns ; il moissonnait les hommes comme on coupe l'herbe avec la faux, les attachait au bout de sa lance, les portait sur l'épaule comme des lièvres ou des renards, et quand, de retour au manoir, ses compagnons ou ses voisins lui demandaient quels exploits il avait faits, quelles choses lui étaient arrivées à la guerre, il disait avec indignation et colère : Que voulez-vous que je vous dise de ces misérables crapauds ? J'en porte sept ou huit sur l'épaule, attachés au bout de ma lance, et je ne sais ce qu'ils coassent. C'est bien la peine que l'empereur rassemble tant de monde contre des crapauds, des vermisseaux de cette es pèce. J'en voudrais, moi, avoir meilleur marché. On a donné à ce géant le nom d'Einbeer (une armée), parce qu'à la guerre, il se comparaît à une armée. Devant lui fuyaient tous les ennemis, Wendes et Huns ; ils le prenaient pour le diable en personne.


GÉANTS. Outre les géants Crussolio et Dessoubre, nous comptons en France, celui du vallon de Servance, dans les Vosges ; celui de Châtillon-le Duc, dans le Doubs ; celui de la Pierre-qui-Vire, dans le Jura ; et enfin le fameux Gargantua, dont la création n'appartient point à Rabelais, comme plusieurs se l'imaginent ; mais dont les exploits eurent lieu, dans un temps reculé, en Poitou, en Touraine, etc. Mais tous ces géants n'approchent pas de ceux des anciens, tant s'en faut. Les livres rabbiniques donnent une telle dimension à Adam, que sa tête dépassait la hauteur de l'atmosphère, tandis que d'une main il touchait au pôle arctique et de l'autre au pôle antarctique. Ils affirment aussi que le roi de Bazan, Og, avait une taille si prodigieuse, que les eaux du déluge ne lui vinrent qu'au genou, et ils donnent à l'os de sa cuisse, une longueur de 40 à 48 kilomètres.


JEU DE GEANTS. « Près de Hoexter, disent les frères Grimm, sont situés le Bruxsbeg et le Willberg, sur lesquels les Saxons, pendant leurs luttes avec Charlemagne, doivent avoir eu leurs châteaux forts. Selon la tradition populaire, ces montagnes furent autrefois habitées par des géants si grands, que le matin, en se saluant, ils se donnaient la main d'une fenêtre à l'autre. Ils se jetaient aussi, en guise de paume, de grosses boules qu'ils faisaient voler et se renvoyaient l'un à l'autre. Une de ces boules tomba un jour au milieu de la vallée, et creusa dans la terre un énorme trou que l'on voit encore aujourd'hui. »

*

*




Symbolisme :


Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, 1995 et 2019), Éloïse Mozzani nous propose la notice suivante :


Les géants appartiennent surtout à la mythologie grecque - la race des Géants était les fils de la Terre (Gaïa) qui « voulaient venger les Titans enfermés par Zeus dans le Tartare » -, et on en trouve des traces dans les croyances germano-scandinaves, pour lesquelles « la mer est le sang du géant Ymer, les montagnes ses os, le ciel sa calotte crânienne ». Mais ils sont aussi évoqués dans la Genèse (VI, 4) : « Les géants vivaient sur la terre, et en ce temps-là, et aussi dans la suite, après que les fils de Dieu s'étaient unis au filles des hommes et qu'elles leur avaient donné des enfants : ce sont là les héros qui, dès les temps anciens, eurent tant de renom. » Selon un commentaire canonique, il est possible « que ces femmes furent séduites non par des hommes mais par des Esprits voire des démons, desquels elles engendrèrent des hommes de cette sorte, car d'après le Déluge, la stature des hommes et des femmes était d'une grandeur étonnante ». Après quoi les géants furent frappés de dégénérescence et disparurent. Paracelse -1493-1541) n'en prétendait pas moins que les géants, qui étaient privés d'âmes, « cherch[ai]ent, tout comme les nymphes à mettre au monde des enfants qui en dev[enai]ent pourvus après les rapports sexuels de leurs parents avec les humains ».

Du point de vue des croyances populaires, on a attribué au géants, la formation de montagnes, de rivières, de lacs, d'îles, de dolmens ou de menhirs, ainsi que toutes les constructions gigantesques : en Flandre, rapporte la Revue des traditions populaires de 1911, « il y a peu de villages qui n'aient gardé le souvenir du séjour des géants et presque pas de fêtes ou de réjouissances où nous ne voyons pas leur emblème. Demandez à n'importe quel campagnard quel est l'auteur de quelque construction gigantesque qu'il a vue à la ville, et soixante-neuf fois sur cent, il vous répondra : c'est fait par les géants ».

Le brouillard a également été associé aux géants : à Arcueil (Val-de-Marne), dit la légende, un géant « sortait le soir. Il prenait alors des poses étranges, se livrait aux contorsions les plus incommodes pour le corps humain, d'où le nom qu'il portait : on l'appelait "le sire de Malasis". Il s'agissait en réalité du brouillard qui s'élève chaque jour de la Bièvre ».

Gargantua, le géant le plus célèbre, grâce notamment à Rabelais, serait pour certains « l'Hercule gaulois défiguré par la tradition ». Ce n'était pas une créature méchante, mais il poursuit parfois des rugissements « tels que les habitants s'enfuirent avec terreur, ce qui aurait entraîné la stérilité des landes entre Rennes et Nantes où on rencontre peu d'habitants. »

Ce héros populaire a laissé de nombreuses traces en France (selon des légendes antérieures à l'œuvre rabelaisienne, 1534). On montrait au siècle dernier aux environs d'Aigues-Mortes, la vieille « tour Gargantua » qui s'en approchait la nuit pouvait être happé par un b ras de vingt mètres. Dans le Doubs (aux environs de Baume-les-Dames), dans la vallée où coule la Drouvenne), un rocher s'appelle le « fauteuil de Gargantua » : selon la légende, Gargantua, assoiffé, avala tout le contenu de la rivière et se reposa sur le rocher qui porte aujourd'hui son nom : « les habitants de la contrée ajoutent que le géant, n'ayant pu, dans le premier moment, approcher ses lèvres du courant, parce que celui-ci se trouvait trop resserré entre ses bords, il se fraya passage en écartant le rocher de sa main, et que l'empreinte des cinq doigts est toujours visible sur la pierre ». Sur la route de Carrouges à Sées (Orne), dans le bois de Montgommery, près de la commune de La Lande-de-Goult, se trouve une roche de grès à fleur de terre, portant une rainure longue de deux à trois mètres et larde de cinquante à soixante centimètres, la légende veut que ce soit la trace des roues du chariot de Gargantua. On dit d'ailleurs que « l'Église s'est offusquée de la faveur dont jouissait Gargantua dans les récits populaires, et a tenté de lui substituer saint Christophe sans grand succès ».

Un autre géant, appelé Crussolio, passe pour avoir fondé le château de Crussol, en Provence, situé sur une roche élevée Selon une rumeur encore signalée au siècle dernier, le géant n'avait jamais cessé d'habiter ce château, et « il lui arriv[ait] quelquefois d'avoir la fantaisie de visiter Valence en Dauphiné et alors il franchi[ssait d'une seule enjambée la plaine du Rhône ». Un autre géant, appelé Buard, qui a également habité le château de Crussol, avait construit, dit-on, Valence, et fit « l'Hercule avec toutes les filles du pays, et peupla de sa progéniture la ville ».

Le géant de Dessoubre habitait la vallée du mêe nom dans le Doubs. Il était enfermé dans une caverne, depuis qu'un prêtre exorciste boucha l'antre d'un rocher d'un tel poids qu'il résista à Dessoubre. Ce dernier continuait de lutter et sa sueur était si abondante qu'elle formait un des affluents de la rivière qui coule dans la vallée.

En Provence, le Galagu (littéralement goulu, goinfre) est « une sorte de Gargantua qui enjambait le Rhône et y buvait avec la main ».

*

*

Didier Kahn, dans un article intitulé "La question des êtres élémentaires chez Paracelse." (In : Roberto Poma ; Maria Sorokina ; Nicolas Weill-Parot. Les Confins incertains de la nature, Vrin, pp. 213-237, 2021) évoque aussi les Géants :


À ces quatre sortes d’êtres [les élémentaux], Paracelse en ajoute deux autres : les géants et les « petits nains » (Zwerglen) qui, eux non plus, ne sont pas nés d’Adam. Ce sont des monstres, qui s’engendrent des sylphes (pour les géants) ou des gnomes (pour les nains) à la faveur d’une conjonction comme celles qui président à la naissance d’une comète ou d’un tremblement de terre (phénomènes qui sont comme des monstres dans le domaine météorologique).

 




Symbolisme celte :


Dans ses Légendes rustiques (Éditions A. Morel, 1858), George Sand collecte des légendes de son pays natal, le Berry, que l'on rattache encore aux traditions des Gaulois :


Les Trois Hommes de pierre
.pdf
Download PDF • 24KB

Légende des Trois hommes de pierre =>



 

Ann Ross nous propose Les plus belles légendes des Celtes (© 1986 Eurobook Ltd. ; Fernand Nathan éditeur, Paris, 1987, pour l'édition française) parmi lesquelles figure :


Les Géants de Morvah
.pdf
Download PDF • 856KB

<= Les Géants de Morvah



*

*

146 vues

Posts récents

Voir tout

Les Gnomes

Les Nains

Comments


bottom of page