top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Les Amants divins




Mythes irlandais


Œngus et Caer :


Miranda Jane Green, autrice de Mythes celtiques (© 1993, The Trustees of The British Museum ; Éditions du Seuil, 1995 pour la traduction française) résume l'aventure du fils du Dagda et de Boand :


Œngus des Oiseaux était un dieu de l'amour irlandais, un Tuatha Dé Danann. fils du Dagda et de Boand, on le connaît sous le nom de Mac Óc, « fils jeune », en raison des circonstances qui entourent sa naissance. Le couple divin tint secrète son union illicite et la grossesse de Boand en immobilisant la course du soleil pendant neuf mois : Œngus fut donc conçu et mis au monde le même jour.

Œngus a essentiellement pour fonction d'aider les amants en péril. C'est dans ce rôle qu'il intervient dans l'histoire de Midir et d'Etain. Mais, dans « Le Songe d'Œngus », le dieu lui-même est victime d'un amour « impossible ». Il rêve d'une jeune fille qu'il ne connaît pas. Au réveil, il s'aperçoit qu'il l'aime et découvre qu'elle se nomme Caer Ibormeith (Caer Baie d'If). Sa quête le conduit à un lac où il trouve Caer avec ses compagnes. La jeune fille prend diverses formes : tous es deux ans, à la fête de Samain, ses suivantes et elle se métamorphosent en cygnes. Œngus voit que chaque couple de jeunes filles est uni par une chaine d'argent, mais que Caer en porte une d'or. Le père de Caer refuse qu'Œngus courtise sa fille. la seule façon pour eux de se marier est qu'Œngus s'empare de Caer lorsqu'elle se change en cygne. C'est ainsi qu'à Samain Œngus se rend au bord du lac et s'envole avec Caer après s'être, lui aussi, transformé en oiseau. Le couple fait trois fois le tour du lac en volant, cependant que son chant magique plonge tout ke monde dans un profond sommeil pendant trois jours et trois nuits. Le couple vole ensuite jusqu'au palais d'Œngus, Brug na Boinne.

Comme le Mabon gallois, Œngus est l'archétype du « jeune homme » ou du « divin jeune ». Caer détient elle aussi un statut divin : son père possède son propre Sid, ou demeure dans l'Autre Monde, et elle peut changer de forme. L'image des cygnes enchantés, liés par des chaînes de métal précieux, revient dans d'autres récits, associés notamment à Cuchulainn.

*

*

Jean-Paul Persigout, dans son Dictionnaire de mythologie celte (©Éditions du Rocher, 1985, 1990, 1996) résume les aventures d'un des dieux irlandais de l'Amour :


Œngus. Irlande. Oengus-choix-unique, le Mac Oc, le Fils Jeune ; fils adultérin du Dagda et d'Eithne, confié en fosterage à Mider ; Eithne porte parfois le nom de Boand ; Oengus est père d'une fille, Curcôg-à-la-Mèche-Blonde. Œngus est vêtu d'un étrange manteau aux larges raies d'or ; il est l' équivalent d'Apollon jeune, père nourricier de Diarmaid ; c'est lui qui coupe la tête de Fuamnach la Magicienne afin d'arrêter ses « charmes ». Œngus, avec Mider, demande au Dagda de lui procurer la terre d' Elcmar ; le Dagda et Mider préparent un plan : le jour de Samain, Oengus demande la terre d'Elcmar pour un jour et une nuit, mais le jour - ou plus exactement la nuit -de Samain est intemporel et dure ... l'éternité ; il obtient cette terre pour toujours. Lors d'une fête, Mider, blessé, demande au mac Oc un char, un marteau et Etaine, fille d' Aillil et la plus belle fille d'Irlande ; pour l'obtenir, il défriche douze plaines en une seule nuit, avec l'aide du Dagda, et trace le cours de douze rivières. Une nuit, Œngus a la vision d'une jeune fille d'une merveilleuse beauté ; il veut s'en saisir mais chaque nuit elle lui échappe ; il en tombe malade ; soigné par Fingen, il ordonne qu'on recherche cette jeune beauté dans toute l'Irlande ; elle se nomme Caer Ibormaith, fille d'Ethal, et vit en Connaught ; Ethal refuse de donner sa fille ; il est fait prisonnier et révèle alors que sa fille vit une année sous forme humaine et une année sous forme de cygne. Lors de Samain, Œngus se transforme en Cygne et la rejoint après lui avoir promis de la faire retourner périodiquement sur le lac où elle vit.

 

Roger-Jacques Thibaud, auteur d'un Dictionnaire de Mythologie et de Symbolique celte (Éditions Dervy, 1995) consacre une entrée aux deux amants, très inspirée du précédent auteur :


Œngus le Mac Oc : Choix-Unique, dit Mac Oc, le Fils-Jeune. fils adultérin d'Eithné et du Dagda, élevé par le frère souterrain du Dagda, Mider. Outre sa fille, Curcôg-à-la-Mèche Blonde, Œngus est le père nourricier de Diarmaid.

Ce dieu solaire toujours vêtu d'un manteau aux rayons d'or est un des équivalents celtes d'Horus le Vengeur de son père, et d'Apollon dans sa phase jeune (avant son passage chez le roi Admète). Ces activités sont autant d'expériences visant à éveiller, maîtriser et rendre rayonnant le principe solaire, socialement et spirituellement. C'est ainsi qu'il fait cesser les charmes de Fuamnach la Magicienne (en lui coupant la tête), qu'il acquiert définitivement la terre d'Elcmar, en lui appliquant le principe intemporel de la nuit de Samain, puis qu'il trace le lit de douze rivières et défriche douze plaines pour Mider en une seule nuit.

Quoiqu'Œngus soit un personnage solaire, sa vision nocturne lui permet d'apercevoir la belle et jeune Caer Ibormaith, fille d'Ethal, qui a la particularité de vivre un an sous forme humaine et un an sous forme de cygne (oiseau appartenant aux deux mondes). Caer sera sa complémentarité mais il devra d'abord se battre contre Ethal qui refuse de laisser partir sa fille. A nouveau, le jour de Samain, Œngus transformé en cygne, la retrouve et lui promet qu'elle pourra revenir dans le lac où elle a toujours vécu. Il part alors enfin avec celle qui n'était autre que la Dame du Lac.

Le mythe de Mac Oc illustre un parcours initiatique et spirituel qui est l'image même du parcours de conscience de tout initié dans la religion druidique.


Caer : Caer est aussi le nom de la Ville de Verre qui se trouve dans l'Autre Monde.


[Parents d'Œngus] : Eithne : Mère des dieux et fille de Delbaeth (forme indifférenciée), elle est l'épouse de Elcmar, et la concubine du Dagda dont elle a un fils, Œngus le Mac Oc. Parfois appelée Boand ou Brigitt, Eithne est une manifestation de la Grande Déesse, la Mère divine, c'est pourquoi on la trouve dans différents récits comme étant l'épouse de Cuchulainn, de Conchobar et la mère de Lug. Elle est aussi une des personnifications de l'Irlande.


Elcmar : Divinité irlandaise, frère de Dagda, époux de Boand (autre nom d'Eithné). Il est une équivalence du dieu Seth égyptien dont il a les caractéristiques. Comme lui, il se sent spolié par l'arrivée d'Œngus, le fils de son frère et, comme Seth, tente d'empêcher sa naissance en arrêtant la marche du soleil, c'est ainsi que Œngus naquit le jour même de sa conception. Paradoxe symbolique, c'est Mider, frère souterrain, du Dagda, qui éleva cet enfant solaire.


Mider (Midir) : Violent, divinité guerrière de l'Autre Monde, frère du Dagda, habitant un palais féerique nommé Breg Leith, correspondant au dieu gaulois Meduri. Mider, dont les manières rappellent parfois le dieu Hadès, élève Œngus, le Mac OC, le fils adultérin du Dagda et d'Eithne.

Blessé à l'œil au cours de la fête donnée par Œngus, il est soigné par Diancecht, le dieu médecin, mais exige cependant une réparation de l'hôte qui l'a invité. Œngus doit rapporter à Mider un char, un manteau et la fille d'Ailill, la belle Etaine que Mider épouse immédiatement. Au bout d'une année passée chez Œngus, ils s'en vont vivre au Sid de Bri Leith où l'épouse légitime de Mider, Fuanniach transforme Etaine en insecte. Elle ne retrouve sa forme naturelle que mille douze ans plus tard, et se marie alors avec Eochaid, père de la reine Medb. Mider la reprend après plusieurs parties d'échecs qu'il gagne contre Eochaid. Mider et Etaine se transforment alors en cygnes et disparaissent finalement vers la plaine de Tara où ils se cachent dans un tertre.

*

*

Claude Sterckx, auteur de la Mythologie du monde celtique (Éditions Hachette Livre (Marabout), 2009) nous permet de comprendre davantage le lien d'Œngus - Aonghus [prononciation Engous] - avec la source de l'amour inconditionnel :


Il faut noter que si une autre partenaire adultérine de Zeus est Io, changée en vache, le « jupitérien » Eochaidh Ollathair séduit pour sa part Eithne Boinn, « la Vache Blanche ». Cette dernière met clandestinement au jour le fruit de leur adultère, Aonghus, surnommé le Mac Og, « Fils Jeune », puis se présente à la source Seaghais dans l'espoir que celle-ci lui rendra sa virginité, gardera ainsi sa faute secrète et préservera son orgueil. Mais qui s'approche ainsi indûment de la source entraîne une éruption mortelle : la Seaghais enfle et vient mutiler Eithne Boinn, la métamorphosant en fleuve Boyne. Là encore, la correspondance avec l'épisode lycien de Léto est évidente :


  1. La Seaghais est la source qui distribue la vie au monde ; la source lycienne renferme la vie dans son eau.

  2. Dans les deux cas, ceux qui s'approchent indûment de la source sont détruits : Eithne Boinn est tuée, les bouviers métamorphosés en grenouilles.

  3. Dans les deux cas, le trouble causé à la source revêt une dimension bovine : Boinn est « la Vache Blanche », les méchants Lyciens sont des bouviers.

  4. La Seaghais entre en ébullition, la source lycienne devient trouble et boueuse, or ces deux états sont apparemment régulièrement confondus. En témoigne par exemple cet autre surnom fréquent de l'Apollon gaulois, Borbon (ou Borvon ou Bormanos, etc.) qui porte les deux sens de « bouillonnant » et de « bourbeux, troublé (du fait de ce bouillonnement). »

  5. Dans les deux cas, l'histoire a comme protagoniste la partenaire adultérine du dieu jupitérien...

  6. ... venant juste d'accoucher de leur fils illégitime (Apollon, Aonghus)

  7. tentant d'accéder à la source de vie

  8. et rejoignant ensuite un fleuve sacré (le Xanthe, la Boyne).

*



28 vues

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page