Blog

  • Anne

Le Lithops

à 1'50 :



Étymologie :


Leur nom scientifique est tiré des mots grecs lithos, "pierre" et opsis, "apparence".


Autres noms : Jouet hottentot ; Pierre vivante ; Plante-caillou ; Plante-fesse ; Popo.



Botanique :


Steven Hammer dans Lithops, joyaux du Veld (Editions Quae, 2010) s'interroge sur les raisons qui font de cette plante une virtuose du camouflage :


Certaines espèces sont vraiment assorties aux pierres parmi lesquelles elles poussent, un phénomène qui a été plutôt débattu. Pour citer Nel : « On ne sait pas encore pourquoi ces plantes ressemblent à leur environnement, à la fois par leur forme et par leur couleur, et il est bien peu probable que l'on puisse y répondre un jour. Il est bien sûr assez facile, comme l'ont fait certains, de chevaucher le Pégase du merveilleux e de postuler alors que des rayons invisibles ou mystérieux émanent du sol et influencent ainsi la plante à un point tel qu'elle se met à lui

ressembler ; mais cela revient à dire adieu à la science et à entrer dans le domaine de la spéculation, détachée de l'expérimentation. Pourquoi, par exemple, Lithops lesliei est brun rouille dans le sol rouge issu des minerais de fer et Lithops gracilidelineata est blanc parmi les morceaux de quartz blanc ? C'est un problème qui n'en finit pas de nous déconcerter. » De son côté, M. Grande suggère que ce sont les pierres qui imitent les lithops !

[…]

A la période sèche, les lithops peuvent se rétracter à tel point que leurs terriers se remplissent du sable soufflé par le vent, et ils deviennent dans ce cas-là littéralement indécelables, à moins d'être trahis par un fruit sec qui dépasserait ou un reste de vieille feuille. Certaines espaces, comme Lithops verruculosa, se révèlent incroyablement assorties à leur milieu, ce qui est particulièrement impressionnant quand on considère que cette espèce polychrome pousse dans une mosaïque de pierres multicolores, où des grains de sable rouge ajoutent encore aux riches variations de teinte et de texture.

Un mystère associé tourne autour du phénomène des « fenêtres » ou fenestration. La surface supérieure de nombreuses espèces présente en effet un degré plus ou moins grand de transparence. Dans certains cas, cette surface entière est claire, conférant à une plante semi-enterrée l'apparence d'un œil ou d'un périscope. D'ailleurs, l'un des noms communs sud-africains des lithops, « oogies » ou « œil », reflète justement ce phénomène.

[…] Dans tous les cas, les couches de chlorophylle des lithops tapissent la base et les côtés de la plante ; la lumière filtrée s'écoule par l'apex clair, ponctué ou semi-opaque, pour atteindre ces couches de manière très efficace. Le soleil sud-africain est si intense que même une lumière doublement filtrée suffit à les faire pousser.

*

*




Symbolisme :

0 vue