Blog

  • Anne

Le Jamelonier




Autres noms : Eugenia jambolana ; Syzygium cumini ; Faux-pistachier ; Jamblon ; Jamblong ; Jambolan ; Jamelonguier ; Prunier de Damas ; Prunier de Java ; Tété négresse




Utilisations traditionnelles :


Selon la Fiche présentation arbre : Syzygium cumini (L.) Skeels de Benjamin Lisan :


Il est cultivé pour ses fruits comestibles, comme arbre d'ornement, coupe-vent, son ombre et son bois.

Bois : Son bois solide est imputrescible. C'est pourquoi il est utilisé dans les traverses de chemin de fer et installé dans les puits. Il est parfois utilisé pour fabriquer des meubles bon marché et des habitations du village, mais il est relativement difficile à travailler.

Bois-énergie : Son bois brûle bien, dégageant environ 4 800 kcal / kg. Il s'agit d'un arbre à croissance rapide, qui fournit excellent bois de chauffage et charbon de bois.

Graines : La graine est aussi utilisée dans diverses médecines alternatives comme les médecines ayurvédique (par exemple, séchées et torréfiées et utilisées dans les tisanes, elles sont réputées contrôler le diabète), unani et chinoise pour les affections digestives. En Inde l'écorce sert centre l'anémie. L'écorce et les graines sont utilisées comme médicament pour le diabète, semblant réduire le taux de sucre dans un court laps de temps.

Feuilles : Les feuilles et l'écorce sont utilisées pour contrôler la tension artérielle et traiter les gingivites. Son feuillage dense donne de l'ombre.

Fruits : C'est lorsque le fruit se détache de son pédoncule, qu'il est comestible ; autrement il serait âcre et inconsommable. Le fruit juteux a une combinaison de goûts : sucré, légèrement acide et astringent. La pulpe rafraîchissante tache la langue (les doigts, les vêtements etc. …) de mauve, car elle contient de l’anthocyanine (un antioxydant). Elle est riche en vitamine A et vitamine C. On peut faire des confitures et du jus de fruit. Dans la médecine traditionnelle, le jus de fruit est utilisé pour éliminer les problèmes d'estomac. Pour en ôter l’astringence, on peut tremper les fruits dans l'eau salée avant la cuisson. On fait un très bon vin et du vinaigre, avec les fruits. Dans la cuisine créole on l'utilise pour faire des tartes, des gelées, des sorbets ou encore dans le rhum arrangé.

On extrait de l'écorce du tanin et des colorants. En Asie, les feuilles ont été utilisées pour nourrir le ver à soie. Ses fruits sont très recherchés par divers oiseaux indigènes, comme les grives, les thraupidés et le Tyran quiquivi etc.

"Les fruits du Jambolan peuvent être consommés crus et peut être transformé en tartes, sauces et confitures. Le jus de jambolan, de bonne qualité, est excellent pour le sorbet, sirop et « courges », une boisson indienne. A Goa et aux Philippines, les jambolans sont une source importante de vin, un peu comme le Porto, et les liqueurs distillées, "jambava" et une sorte de cognac ont également été produits à partir du fruit fermenté. Il peut également être transformé en vinaigre. L'arbre jambolan est une réelle valeur dans l'apiculture. Les fleurs ont un nectar abondant, et le miel est de bonne qualité.

Les feuilles ont servi de fourrage pour le bétail et la nourriture des vers à soie tassar en Inde. À Zanzibar et de Pemba, les indigènes utilisent pousses jambolan jeunes pour le nettoyage des dents. L'huile essentielle distillée à partir des feuilles est utilisée pour du savon et de parfum est mélangé avec d'autres matériaux dans la fabrication de parfums coûteux. Sa composition chimique a été rapportée par Craveiro et al. au Brésil. Il se compose principalement des hydrocarbures mono-terpène qui sont "très répandu dans les huiles essentielles."

Rendements durables :

L’écorce brune du Jambolan fournit des colorants de différentes nuances en fonction du mordant et la force de l'extrait. L'écorce contient de 8 à 19% de tanin et est beaucoup utilisé dans le tannage du cuir et pour préserver les filets de pêche. Lorsque séché au four, le bois de cœur est dur, difficile à travailler mais se polit bien. Il est durable dans l'eau et résistant à la pyrale et aux termites. En Inde, il est couramment utilisé pour les poutres et les chevrons, les poteaux, les ponts, bateaux, avirons, mâts, creux, bien-muqueuse, des outils agricoles, des charrettes, des solides roues de charrettes, des traverses de chemin de fer et le fond des voitures de chemin de fer. Il est parfois utilisé dans le mobilier.

En médecine, le fruit est indiqué pour être astringent, stomachique, carminative, antiscorbutique et diurétique. Cuites à un bourrage d'épaisseur, il est consommé pour apaiser la diarrhée aiguë. Le jus des fruits mûrs, ou une décoction de fruits, ou du vinaigre jambolan, peut être administré en Inde en cas d'hypertrophie de la rate, la diarrhée chronique et de rétention d'urine. le jus de l'eau diluée est utilisé comme un gargarisme pour le mal de gorge et comme une lotion pour la teigne du cuir chevelu.

Les graines, sous forme liquide ou en poudre, sont librement donnés oralement, 2 à 3 fois par jour, aux patients atteints de diabète sucré ou glycosuiria. Dans de nombreux cas, le niveau de sucre sanguin est réduit rapidement et il n'y aurait pas de mauvais effets. Les feuilles, trempées dans l'alcool, sont prescrits dans le diabète. Le jus des feuilles est efficace dans le traitement de la dysenterie, seul ou en combinaison avec le jus de mangue ou de feuilles d’emblic ( ?). Les feuilles de Jambolan peuvent être utiles en tant que cataplasmes sur les maladies de la peau. Les feuilles, les tiges, les bourgeons floraux (flowerbuds), les fleurs ouvertes, et l'écorce ont une activité antibiotique. Une décoction de l'écorce est prise intérieurement, contre la dyspepsie, la dysenterie et la diarrhée et sert également comme lavement. L'écorce des racines est également utilisée. Les décoctions d'écorce sont prises en cas d'asthme et de bronchite et pour se gargariser ou être utilisé comme rince-bouche pour l'effet astringent sur les ulcérations de la bouche, gencives spongieuses, et la stomatite. Les cendres de l'écorce, mélangées avec de l'eau, sont réparties sur les inflammations locales, ou, mélangées avec de l'huile, appliquée aux cloques. Dans la thérapie moderne, le tanin n'est plus approuvé pour traiter les peaux brûlées parce qu'elle est absorbée et peut causer le cancer. La prise orale excessive de produits végétaux, riches en tanin, peuvent aussi être dangereux pour la santé. L'arbre est cultivé pour son l'ombre pour le café en Inde. Il est résistant au vent et est parfois étroitement plantés en rangées de brise-vent. "(Morton, J. 1987).

*

*




Symbolisme :


Selon la Fiche présentation arbre : Syzygium cumini (L.) Skeels de Benjamin Lisan :


Concernant la vie du Bouddha (ou prince Siddhattha) : "Alors que le roi labourait activement la terre, le jeune Siddhattha fut placé àl’ombre d’un jamelonier (arbre à baies)". Source : La vie de Bouddha et de ses principaux disciple, Moine Dhamma Sæmi, Yangon (Myanmar).

Dans le sud de l'Asie, l'arbre est vénéré par les bouddhistes, et il est souvent planté près des temples hindous, car il est considéré comme sacré pour Krishna. Les feuilles et les fruits sont employés dans le culte, (Morton, J. 1987).

Selon la tradition hindoue, Rama subsisté grâce à son fruit, dans la forêt, pendant 14 ans, lors de son exil à Ayodhya. Pour cette raison, les hindous le considère comme un «fruit des dieux», en particulier dans le Gujarat, en Inde, où il est connu localement sous le nom de jamboon. Le seigneur Krishna a été décrit comme ayant la peau de la couleur de Jambul. Dans la mythologie hindoue plusieurs protagonistes ont été décrits comme ayant la couleur de Jambul.

Dans le Maharashtra, Jambul (connu localement comme jāmbhū Marathi) les feuilles sont utilisées de façon décorative, dans le mariage pandal. Il est célébré dans la chanson Marathi "Jambhul pikalya zada khali ...".

Selon une légende Tamoule, Auvaiyar (également connu sous le nom Auvayar), Tamil, une femme poétesse, éthicienne et activiste politique de la période Sangam se reposait sous un arbre jambun, selon le compte-rendu complet de sa vie, quand Le Prince Murugan, une divinité gardienne de la langue tamoule, est venu à elle, sous un déguisement. Après un test de son bel esprit, il a révélé son identité et a été sa source d’inspiration pour ses futurs écrits et enseignements. Ses œuvres pour les enfants sont encore très lu dans les écoles de Tamil Nadu, plus d'un millénaire après qu'ils aient été écrits. Cet arbre est appelé Neredu en telugu. Outre les fruits, le bois de l'arbre Neredu est utilisé dans l'Andhra Pradesh pour faire des roues de charrettes à bœufs et d’autres équipements agricoles. Culturellement, les beaux yeux sont comparés à ce fruit. Dans la grande épopée de Sri Krishna [Seigneur Vishnu], dans le Mahabharatha (Inde), la couleur de son corps est comparée à celle de ce fruit. En Malayalam, au Kerala, l'arbre est appelé Jambul njaval et son fruit sont najavalpazham. Le fruit est particulièrement abondant dans Kollam.

Sinon, dans la conception cosmologique bouddhiste, il existerait un des quatre continents des « mondes terrestres », qui se nommerait « Jambudvipa » (sk.) ou « Jambudīpa » (pali) situé au sud, la demeure des humains. Il doit son nom à un immense jambu (jamrosat ou jamelonier) de 100 yojanas de haut qui pousse en son centre.

*

*




Mythes et légendes :


D'après Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


G’AMBU (Eugenia jambolana). — Parmi les noms indiens de cette plante, les suivants me semblent remarquables : meghavarn·â, « couleur de nuage », meghabhâ, « semblable au nuage », appelé ainsi probablement d’après la couleur de ses fruits (d’où provient aussi son nom sanscrit de nílaphalâ, c’est-à-dire aux fruits noirs), râg’ârhâ « digne des rois », râg’aphalâ, « fruit de rois » (à cause, sans doute, de la grandeur de ses fruits, d’où aussi son nom de mahâphalâ « aux grands fruits »). Le g’ambu est rangé au nombre des grands arbres cosmogoniques indiens. D’après le Vishn’u-purâna, le continent G’ambudvípa tire son nom de l’arbre G’ambu. Les fruits du g’ambu sont très gros, en effet ; mais les fruits du g’ambu mythologique atteignent la grosseur d’un éléphant (cf. Agneau) ; lorsqu’ils sont mûrs, ils tombent sur la montagne, et du jus qui en sort, prend naissance la rivière G’ambu, dont on recherche par conséquent les eaux, nécessairement douées de propriétés salutaires ; on prétend qu’elles ne peuvent ni se gâter, ni se corrompre. Il paraît, d’après le Dírghâgama-Sûtra, que les quatre points cardinaux n’étaient pas seulement représentés par les quatre éléphants qui soutenaient le monde, mais par quatre arbres d’une grandeur colossale. Les quatre arbres auraient été le ghanta, le kadamba, l’ambala et le g’ambu, le g’ambu s’élevait, dit-on, au sud de la montagne Méru, dont le sommet était censé représenter le zénith (cf. Ilpa). Dans la forêt cosmogonique de l’Himalaya, le g’ambu atteint la hauteur de cent yog’anas, la largeur de trois cents yog’anas. De plus, il représente à lui seul tout l’univers, lorsque quatre grands fleuves, dont l’eau est inépuisable, et qu’on peut comparer aux quatre fleuves de la Mésopotamie biblique, viennent prendre leur source à ses pieds. « Il porte, dit M. Sénard (dans son excellent Essai sur la légende de Bouddha), durant tout le kalpa de la rénovation, un fruit immortel, semblable à l’or, grand comme le vase appelé Mahâkala ; ce fruit tombe dans les rivières, et ses pépins produisent des graines d’or qui sont entraînés à la mer, et que l’on retrouve parfois sur ses rivages. Cet or est d’une incalculable valeur, il n’a point dans le monde son pareil. »

Dans une strophe indienne qui fait partie du recueil du professeur Böhtlingk (II, 3998), l’abeille tombe dans le bec d’un perroquet, le prenant pour un bouton de palâça ; mais ce qu’il y a de plus étonnant, c’est que le perroquet retient l’abeille : elle lui semble un fruit de g’ambu. On dirait que la strophe est partagée en deux parties, comme un dialogue : l’un des interlocuteurs débite un conte peu probable ; le second s’en moque, en ajoutant un détail encore plus extraordinaire, puisque l’abeille est toute petite, tandis que le g’ambu est un fruit colossal. Il paraît, d’après le Saptaçataka de Hâla, que les amoureux indiens se cachent souvent sous le feuillage de cet arbre ; on y lit que la jeune épouse devient triste par jalousie lorsqu’elle voit arriver le jeune paysan, son mari, les oreilles ornées de feuilles de g’ambu.

*

*

14 vues

Posts récents

Voir tout

Le Filao