Blog

  • Anne

Le Gattilier





Étymologie :


Étymol. ET HIST. − 1456 bot. « arbrisseau de la famille des gattiliers » (G. de Villiers, Traité d'hippiatrie ds Dauzat 1968); xves. (Grant Herbier, n°10, ds Gdf. Compl. : Agnus-castus est ung abrecel). Composé du gr. α ́ γ ν ο ς « gattilier, agnus-castus » (Hymnes homériques, Merc. 410 ds Bailly) transcrit sous la forme agnos ou agnus par les Latins qui l'appellent aussi vitex (Pline, Nat. 24, 59 ds TLL s.v. agnus 2, 1366, 32 : non multum a salice vitilium usu distat vitex... Graeci lygon vocant, alias agnon, quoniam matronae Thesmophoriis Atheniensium castitatem custodientes his foliis cubitus sibi sternunt) et du lat. castus « chaste », trad. du gr. α ̔ γ ν ο ́ ς, de même sens, rapproché, en raison de sa quasi-homophonie, de α ́ γ ν ο ς et formant avec lui un syntagme-calembour.


Étymol. et Hist. 1755 « agnus-castus » (Duhamel du Monceau, Arbres et arbustes, II, 358 ds DG). Dér., à l'aide du suff. -ier*, de l'esp. (sauz) gatillo « id. », attesté dep. 1495 (Nebrija, sous la forme sauze gatillo d'apr. Cor., s.v. sauce), composé de sauce « saule » (du lat. salix « id. ») et d'un dér. de gato (chat*) à cause de l'aspect doux et velu des fleurs de cette plante (Cor., loc. cit.).


Lire également les définitions de Agnus-Castus et Gattilier afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Botanique :





Symbolisme :


Selon Le Livre des superstitions, Mythes, légendes et croyances (Éditions Robert Laffont, 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani,


Cet arbrisseau méditerranéen à grappes de fleurs mauves (appelé également gattilier), réputé pour ses vertus calmantes et pour l'odeur de camphre qu'exhalent ses branches, possède la vertu de dissiper les rêves ou les pensées érotiques, de conserver l'innocence, tout en ayant un pouvoir contraceptif. Castus est d'ailleurs la traduction du grec hagnos (chaste). Les jeunes filles de l'ancienne Grèce s'ornaient de ses fleurs et couchaient sur ses feuilles pour protéger leur pureté et leur virginité, tandis que les moines chrétiens, au XVIIIe siècle encore, portaient des ceintures d'agnus-castus et buvaient un breuvage à base de ses baies, afin de vivre leur chasteté sans difficulté, d'où le surnom de "poivre des moines" que prit la semence de l'arbrisseau, d'où également la présence d'agnus-castus autrefois dans tous les monastères. Dans les îles ioniennes, la croyance ses vertus anti-aphrodisiaques donna naissance au proverbe : "Celui qui passe près de l'agnus-castus et n'en coupe point une branche choisie doit perdre sa jeunesse."

Selon une croyance du XVIIIe siècle, une branche de gattilier glissée sous un oreiller protège le dormeur des "visions fantastiques". En outre, le gattilier permet d'éviter un empoisonnement et guérit de la coqueluche.

*

*


7 vues