top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Gâteau du roi Alfred




Autres noms : Daldinia childiae : Boule de crampes ; Champignon du charbon ; Daldinie de Child ;

Daldinia concentrica : Daldinie concentrique ;




Mycologie :


L'article sur la Daldinie concentrique paru dans Champignons magazine (24 avril 2020) montre l'intérêt de ce champignon étrange :


Un champignon très convoité… par la science : Malgré son air peu engageant de prime abord, la Daldinie concentrique a réussi à s’attirer l’appétit scientifique de nombreux chercheurs. On sait aujourd’hui que la synthèse de ses pigments mélaniques produit des dérivés d’hydrocarbures proches de la naphtaline, capables de détruire des Nématodes (vers). Plusieurs de ces produits lui permettent aussi d’inhiber le développement d’algues et de mousses concurrentes.

La Daldinie contient également un composé aromatique stéroïdien qu’on a retrouvé notamment dans le pétrole, ce qui suggère sa présence sur Terre depuis plusieurs centaines de millions d’années.

[...]

Des études plus sérieuses ont identifié la présence de deux éléments propres (la diaporthine et l’orthosporine), qui protègeraient des maladies neuro-dégénératives induites par le fer.

 

Sur le site Aujardin.info, on en apprend davantage sur le milieu de vie de la Daldinie :


Le champignon du charbon, saprophyte, s'installe sur les feuillus morts ou brûlés. Il affectionne particulièrement le frêne, dont il contribue à la décomposition des branches mortes, nombreuses chez cet arbre pratiquant l'auto-élagage. Il ferait partie des champignons xérophytes, supportant très bien de fortes sècheresses.

[...]

Le « champignon du charbon » porte bien son nom pour son aspect, sa structure, mais également ses propriétés combustibles, qui l'apparentent à l'amadouvier. Il se consume cependant difficilement et dégage une forte fumée.

*

*




Vertus médicinales :


Selon T. Benie, K. Kouakou et M.-L. Thieulant, auteurs d'un article intitulé "Effets œstrogène-like des extraits de Dadinia concentrica et de Psathyrella efflorescens au niveau moléculaire." (In : Phytotherapie, 2008, vol. 6, no 3, pp. 165-174.) :


Daldinia concentrica (D. concentrica) et Psathyrella efflorescens (P. efflorescens) sont deux champignons utilisés comme médicaments traditionnels en Côte d’Ivoire pour soigner plusieurs maladies. Ils posséderaient des propriétés contraceptives. Les champignons Ascomycètes du genre Daldinia ont montré des activités antimicrobiennes et nématicides. Récemment, Kouakou et Benié, ont montré que les extraits de D. concentrica et de P. efflorescens sont aussi capables de bloquer le cycle œstrien, l’ovulation et le développement folliculaire. Les données montrent que les extraits de D. concentrica et de P. efflorescens pourraient présenter des activités œstrogènes-like in vivo. De plus, nous avons démontré que les extraits de ces champignons contenaient deux catégories de composés œstrogéniques et pourraient potentialiser les effets de E2 dans les tissus cibles.

[...]

En résumé, nos résultats indiquent que les extraits de D. concentrica et de P. efflorescens contiennent des composés chimiques qui, dans les conditions de nos expériences, sont capables d’induire des réponses ostrogéniques dans des cellules issues de trois tissus différents ; les seins, la glande pituitaire et l’utérus.

*

*

K. M. Guissou, E. Sanon, P. H. Sankara et al., auteurs de La Mycothérapie au Burkina Faso: Etat des lieux et perspectives. (In :Journal of Applied Biosciences, 2014, vol. 79, pp. 6896-6908) rapporte :

Espèces

Noms vernaculaires (Mooré)

​ Maladies soignées

Modes opératoires

Daldinia eschscholzii

Raog-goundou

Maux de nombril des nouveau-nés.

Réduire en poudre, mélanger la poudre à de l’eau tiède et purger le bébé.

*

*




Usages traditionnels :


Les auteurs de Fonge et Florule, dans un article intitulé "Un champignon qui s'enflamme" (daté du 10 avril 2017) rapporte la vertu combutible de la Daldinie :


Vêtu de peaux de bêtes, Michel Parotin allume le feu à la manière préhistorique avec un morceau d’amadou, chair de l’Amadouvier. Et cela depuis plusieurs décennies, comptabilisant à son actif plusieurs centaines de feux.

Quelle ne fut pas sa surprise, alors, d’apprendre qu’un autre champignon permettait d’allumer le feu avec le même succès. C’est son collègue préhistorien Jérémie Vosges qui lui fit part de la nouvelle :

C’est lors d’une démonstration de techniques du feu au Musée des Tumulus de Bougon, dans les Deux-Sèvres, qu’un visiteur m’entretint d’un champignon : la Daldinie concentrique1, que l’on pouvait utiliser comme initiateur du feu, à l’instar de l’amadou. Sitôt cette nouvelle apprise et passé un certain scepticisme, je me mis en quête de ce champignon. Je pus en trouver à deux pas de chez moi, sur des frênes morts, et j’essayai tout de suite : son utilisation comme initiateur de feu est aussi efficace qu’impressionnante ; il suffit de gratter un peu la surface inférieure interne avec la pointe d’un couteau, de façon à la faire légèrement pelucher ; en y faisant tomber des étincelles – produites (bien sûr ! ) avec un briquet en silex et une marcassite – la combustion est immédiate et devient quasi impossible à arrêter. La Daldinie se transforme alors en une robuste et compacte braise, idéale par sa taille et sa température pour démarrer un feu.

Michel Parotin expérimenta à son tour cette mise à feu, avec le même succès.

 

Champignon Magazine propose un article daté du 24 avril 2020 sur la Daldinie concentrique qui explique un des noms vernaculaires de ce champignon :


Auréolée de pouvoirs guérisseurs : Les randonneurs fétichistes conservent parfois une Daldinie au fond de leurs poches : une légende tenace voudrait que ce champignon prévienne des risques de crampes. D’où leur petit nom anglais de « cramp balls ».

*

*




Symbolisme :


Bengt Gunnar Jonsson et Juha Siitonen, auteurs d'un chapitre sur "La gestion des espèces cibles." (In : Les approches intégratives en tant qu‘opportunité de conservation de la biodiversité forestière, 2013, pp. 142-151) mettent en évidence le lien symbolique entre la Dardinie et le feu :


Le feu joue un rôle important dans bon nombre d’écosystèmes forestiers. Daldinia loculata est un ascomycète contribuant à la décomposition du bois présent en Europe du Nord, ainsi que de manière plus éparse en Europe centrale. Exclusivement présent sur les bouleaux morts dans un incendie, il est donc étroitement lié aux feux de forêt. Dans une étude menée dans le centre de la Suède, Wikars (2001) a démontré une forte corrélation entre les insectes pyrophiles et la fréquence des bouleaux porteurs de D. loculata. Les détails de l’interaction ne sont pas entièrement compris, mais bon nombre d’insectes pyrophiles ont été trouvés à l’intérieur des sporophores du champignon, ce qui indique une forte association.

*

*




Légendes populaires :


Sur Wikipedia, on peut lire l'anecdote suivante :


Alfred (Ælfrēd en vieil anglais), né en 848 ou 849 et mort le 26 octobre 899, est roi du Wessex de 871 à sa mort, et roi de tous les Anglo-Saxons à partir de 878, sans jamais contrôler la totalité du territoire anglais. Quatrième fils du roi Æthelwulf, il succède à son frère Æthelred en tant que roi du Wessex en 871.

Alfred est célèbre pour avoir organisé la défense du royaume contre les Danois, et obtenu en conséquence l'épithète « le Grand » : il est l'un des deux monarques d'Angleterre à être connu comme tel, avec le roi Knut. Des détails de sa vie nous sont connus grâce aux travaux du moine gallois Asser. En homme instruit, Alfred soutient l'éducation et améliore le système judiciaire du royaume.

Il est considéré comme saint par l'Église catholique romaine et fêté localement le 12 décembre.

[...]

Une série d'anecdotes censées illustrer la force morale d'Alfred sont situées durant sa période d'exil à Athelney. C'est notamment le cas de l'histoire des gâteaux brûlés, qui reste l'une des légendes les plus célèbres associées au roi. Elle apparaît pour la première fois dans la Vita prima sancti Neoti, une hagiographie du saint cornique Neot rédigée au XIe siècle. Alors qu’il s’enfuit à travers les marécages d’Athelney près de North Petherton dans le Somerset, Alfred se réfugie chez une paysanne qui, ignorant son identité, lui confie la surveillance de gâteaux qu’elle a mis sur le feu. Préoccupé par le sort de son royaume, Alfred laisse les gâteaux brûler et se fait réprimander par la femme à son retour. Lorsqu’elle réalise à qui elle s’adresse, la paysanne se confond en excuses, mais Alfred persiste à se déclarer fautif, ce qui lui vaut l'approbation de saint Neot. La représentation d’Alfred, lors de sa retraite à Athelney, en fugitif abandonné de tous, provient de cette légende des gâteaux.

*

*



55 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page