Blog

  • Anne

Le Doryphore




Étymologie :

  • DORYPHORE, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. 1752 antiq. (Trév.). II. 1817 entomol. (Cuvier Règne animal t. 3, p. 354 : [les chrysomèles] celles [...] dont l'arrière-sternum s'avance en forme de corne, composent le genre doryphore [doruphora] d'Illiger et d'Olivier). I empr. au lat. doryphorus de même sens (gr. δ ο ρ υ φ ο ́ ρ ο ς « qui porte une lance » en partic. « garde du corps, garde d'un prince »). II. adaptation du lat. sc. doryphora (supra).


Lire également la définition du nom doryphore afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Zoologie :


Dans Les Langages secrets de la nature (Éditions Fayard, 1996), Jean-Marie Pelt évoque les différents modes de communication chez les animaux et chez les plantes, ce qui l'amène également à s'interroger sur les modes d'alimentation :


Un cas typique d'oligophagie est celui du doryphore qui ne se nourrit que de quelques espèces de la famille des solanacées. Originaire d'Amérique du Nord, il n'a réussi à s'adapter, en Europe, qu'à certaines de ces plantes comme la douce-amère (Solanum dulcamara), mais continue à refuser la morelle noire (Solanum nigrum). Les botanistes ont qualifié de xénophobe l'attitude du doryphore à l'égard de cette morelle noire, plante étrangère pour lui et à laquelle il ne touche pas, et de xénophilie l'intérêt qu'il porte à la douce-amère, espèce qui n'est pas davantage originaire de son pays, le Colorado, à la différence des dix solanacées nord-américaines avec lesquelles il avait organisé sa vie avant de migrer en Europe. Et il est bien plus xénophile encore à l'égard des feuilles de pomme de terre qu'il dévore comme chacun sait à pleines dents !

*

*


99 vues

Posts récents

Voir tout

La Sole