Blog

  • Anne

Le Champignon du Soleil



Autres noms : Agaricus Blazei ; Agaricus subrufrescens ; Agaric royal ; Champignon de la Vie ; Champignon de Dieu ; Champignon des Dieux ; Champignon du Brésil ; Himematsutake.




Propriétés médicinales :


Marie Rampin, propose une synthèse des vertus thérapeutiques du Champignon de Paris dans Champignons "médicinaux" : de l'usage traditionnel aux compléments alimentaires. (Thèse d'exercice en Pharmacie, Université Toulouse lll - Paul Sabatier, 2017, pp. 41-42) :

*




Symbolisme :


Dans un article intitulé "Les esprits guérisseurs chez les Dunkwi Anga". (paru In : Journal de la Société des océanistes, n°37, tome 28, 1972. pp. 337-343) Ivan G. Mbaginta'o traite d'un autre champignon, uni au précédent par son nom vernaculaire, celui qui nous intéresse en symbolisme :


[...] Lorsque, la danse terminée, les hommes s'enferment dans le naranga, les jeunes initiés du troisième niveau (imbuta) vont dans la brousse pour récolter des champignons d'une certaine espèce appelés kunje indagalye, ce qui signifie champignon du soleil. Une fois le champignon repéré, ils le cueillent avec une extrême précaution et le mettent dans un sac confectionné avec des feuilles. Puis ils nettoient l'endroit où les champignons poussent et y étendent des feuilles en disposant leur face blanche au dessus. Ils ornent également les arbres voisins de feuilles blanches et lient autour des troncs du feuillage de fougère. Ils tracent ensuite une piste conduisant au naranga tout en continuant de décorer les arbres qui la bordent. Cette opération sert à aider les nouveaux esprits à trouver le chemin du naranga.

Lorsque les jeunes initiés reviennent avec les champignons au naranga, ils dansent trois fois autour de celui-ci avant d'y entrer. Ils remettent les champignons aux anciens guérisseurs qui les partagent avec les nouveaux guérisseurs. Peu de temps après, d'autres initiés du troisième niveau dansent autour du naranga pour rappeler leurs camarades restés au dehors. C'est à ce moment que les jeunes initiés quittent le naranga.

Les champignons sont mangés crus par les anciens et par les candidats guérisseurs. Tout en mangeant, les anciens envoient leur esprit dans l'inconnu pour capter les nouveaux esprits. Pendant cette « quête des esprits », les guérisseurs se concentrent intensément pour mieux canaliser leurs forces spirituelles. Cet effort a principalement pour but d'attirer les nouveaux esprits dans le naranga et de les transmettre aux aspirants guérisseurs. Il faut renouveler l'opération pendant plusieurs jours avant que les nouveaux esprits n'habitent les nouveaux guérisseurs. Pendant cette période, personne ne fait de bruit. Hommes, femmes et enfants qui ne participent pas à la cérémonie sont très silencieux. Les Dunkwi croient, en effet, que les esprits guérisseurs pourraient tirer avec leurs armes magiques sur ceux qui enfreindraient cette règle. Si le silence n'est pas respecté, les esprits guérisseurs envoyés dans l'inconnu pourraient ne pas retourner vers l'homme à qui ils appartiennent, et ce dernier deviendrait fou.

Après avoir capturé • les nouveaux esprits, les anciens guérisseurs rassemblent les esprits autour des têtes des candidats, ainsi que dans les kulakuia portés sous leurs aisselles. Ils prennent le sac de chacun des candidats et le tournent plusieurs fois autour de sa tête et de son corps. Cette opération sert à calmer les esprits dans leurs nouveaux sacs et aide à faire passer le pouvoir des anciens guérisseurs dans la tête des candidats. Pendant les cérémonies dans le naranga, les jeunes initiés accomplissent une danse rituelle à l'extérieur pour inviter les guérisseurs à venir manger. Ces danses se poursuivent jusqu'à la fin des cérémonies.


SIGNIFICATION DES CÉRÉMONIES DU NARANGA

Les nouveaux guérisseurs reçoivent à la fois les esprits guérisseurs et les esprits chasseurs. Les esprits chasseurs aident à chasser et les esprits guérisseurs surtout à guérir. La croyance veut que les esprits chasseurs et guérisseurs résident dans la tête du guérisseur ou bien dans son kula-kuta (sac-esprit).

Les esprits guérisseurs ne viennent pas des morts. On dit qu'ils naissent des fleurs de couleur éclatante ou bien de certains arbres. Les Dunkwi ne croient pas que leurs esprits chasseurs et guérisseurs sont issus des tombeaux ou de la terre.

Manger des champignons est un des principaux éléments de l'héritage spirituel. Le champignon a le pouvoir d'aider le guérisseur à voir les esprits et à les amener dans le naranga pour les transmettre aux nouveaux guérisseurs. On les mange lors de certaines occasions et pendant les cérémonies du naranga. On ne peut absorber qu'un à trois champignons car ils sont dangereux. Si un homme mange trop de champignons, il pourrait devenir fou. Ainsi, il y a environ quinze ans, un homme du nom de Mundarai mangea trop de champignons et devint fou. Il demeura dans cet état pendant un à deux ans, ne séjournant jamais chez lui, dormant dans la brousse ou demandant asile à d'autres.

*

*



13 vues

Posts récents

Voir tout

Le Mildiou