Blog

  • Anne

La Rainette




Étymologie :

  • RAINETTE, subst. fém.

Étymol. et Hist. xives. ranetes (Moamin, I, 49, 14 ds T.-L.) ; 1425 rainettes et petiz crapeaux (Ol. de La Haye, Poeme de la grande peste, 1058 ds Gdf. Compl.). Dimin. de raine* ; suff. -ette, v. -et.

  • RAINE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1remoit. xiies. (Psautier Oxford, 77, 50 ds T.-L.), qualifié de ,,vx`` dès Fur. 1690. Du lat. class. rāna « id. » qui survit dans toutes les lang. rom. − excepté celles des balkans et le cat. − ainsi l'ital., le logondorien, dial. d'Engadine rana, frioul rane, esp. rana, port. rá (v. FEW t. 10, p. 53a); raine a été supplanté par grenouille* et est actuellement vx ou région. (wallon, pic., sud des Vosges, domaine francoprovençal et Ouest, v. FEW t. 10, p. 51b et 52a).


Lire également la définition de rainette et raine afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Croyances populaires :


Selon Ignace Mariétan, auteur d'un article intitulé "Légendes et erreurs se rapportant aux animaux" paru dans le Bulletin de la Murithienne, 1940, n°58, pp. 27-62 :


Tout le monde connaît la réputation des Rainettes comme baromètre, depuis le maréchal Bugeaud. Elle est exacte dans la mesure où l'on tient compte des cas justes et où l'on néglige les cas faux, suivant une tendance si humaine, qui joue un si grand rôle comme source d'opinions approximatives, de préjugés et d'erreurs.

D'après la collecte d'Éloïse Mozzani, auteure du Livre des superstitions, mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont, 1995 et réédition, 2019) :


[...] Selon une croyance française, notamment de la Gironde, la rainette porte bonheur à la maison où elle pénètre ; en Angleterre ce bon présage s'applique à toutes les grenouilles. Morte, elle constitue une puissante amulette pour celui qui la porte dans ses vêtements.

[...]

Au XVIIe siècle, on croyait que pour assurer la bonne conservation du blé dans un grenier, il suffisait de suspendre à la porte une rainette par la patte arrière.

[...]

Selon le dicton, "Avant Bonne-Dame de Mars, autant de jours les raines chantent, autant après s'en repentent", ce qui signifie qu'autant de jours elles chantent avant l'Annonciation (le 25 mars), autant de journées froides il y aura après.

*

*

Selon Eugène Rolland (auteur d'une Faune populaire de la France..., volume III, p. 75) cité par Corinne Boujot dans « Corps à corps de bêtes et de gens : envenimation et représentations du corps dans le folklore français (XIXe-XXe siècles) », (Ruralia [En ligne], 09 | 2001) :


"Par ailleurs, en plusieurs endroits, le sang de rainette s’employait pour faire tomber les poils poussés entre les sourcils". La pilosité, ce caractère patent de l’animalité du corps, symboliquement distinctif du “ sauvage ”.




Littérature :


Yves Paccalet, dans son magnifique "Journal de nature" intitulé L'Odeur du soleil dans l'herbe (Éditions Robert Laffont S. A., 1992) évoque ainsi la Rainette :

14 octobre

(Près de Valbonne)


La rainette méridionale s'est figée sur une feuille épineuse d'agave d'Amérique. Dans cette attitude, l'animal est un composé d'ovales : ovale du corps ; ovales de la tête et de chaque segment de patte ; petits ovales des tympans, des yeux d'or et des pupilles de mercure... L'instant d'après, l'amphibien déplié ressemble à un acrobate extraterrestre entre les herbes verticales.

Souvenir du printemps passé : deux rainettes accouplées sur une planche, au-dessus de la citerne ronde ; lumière crue ; clairs offertes ; regards allumés. Pornographie.

Les amants sautent à l'eau et continuent leur amplexus dans une feuille de figuier à moitié immergée : indétermination des contours ; flou du spectacle ; lumière diffuse. Érotisme.

[...] 12 novembre

(Beaulieu-sur-Mer)


J'ai mouillé mes deux pieds au cours du ruisseau noir ; j'ai senti la même eau baigner l'herbe et mon cœur ; j'ai compris par ma peau le frisson des rainettes.

J'ai couronné mon front aux épines de ronces, Jésus-Christ verdoyant des feuilles et des plantes. J'ai caché ma douleur au sépulcre du monde, et je n'ai pas ressuscité d'entre les morts.

4 février

(La Bastide)

[...] Sur la feuille épineuse de l'Agace d'Amérique, les yeux de la rainette sont secs.

*

*


Voir aussi les fiches sur la Grenouille : page 1 et page 2.


33 vues

Posts récents

Voir tout