Blog

  • Anne

L'Argousier




Étymologie :

  • ARGOUS(S)IER, (ARGOUSIER, ARGOUSSIER), subst. masc.

ÉTYMOL. ET HIST. − 1783 argoussier (Encyclop. Méth. ds DG) ; 1803 argousier (Boiste). Orig. obsc. (FEW t. 21, p. 98b). Le mot semble localisé dans la région alpine : Italie du nord et domaine franco-provençal. Il est attesté dans cette aire − d'une part, par des formes en -rc- (Locarno arkọ́s masc. « aubépine » ; Turin arcosse fém. « pinus mugus » ; Haute-Savoie arcosses plur. « arbousier » ; S.-Jean-de-Maurienne arcosses en 1585 ; dauph. arcoussa « arbousier » ; grenoblois arcousse « épine », J. Hubschmid, Substratprobleme ds Vox rom., t. 19, p. 148) − d'autre part, par des formes en -rg- (dial. de Suisse romande, type argos « argousier », attesté ds le topon. Les Argosses dep. 1729, Pat. Suisse rom. ; prov. mod. argousié, Mistral ; les formes fr. citées supra s'inscrivent dans cette suite). J. Hubschmid, loc. cit., postule pour le type en -rc- une base préromane *arkossa, et pour le type en -rg- une variante arkokia. Les formes fr. représentent une normalisation p. anal. avec les noms d'arbres ou d'arbustes en -ier*. L'hyp. d'un croisement de arbousier* avec le dial. argouié « houx », lui-même croisement du lat. acucula avec acrifolium (EWFS2) manque de vraisemblance ; il est probable cependant que des confusions se sont établies entre arbousier et argousier : v. pour le Rouergue, Mistral, s.v. arbous « arbousier », var. argous et s.v. arbousso « arbousse », var. argousso.


Lire également la définition du nom argousier pour amorcer la réflexion symbolique.

*

*



Botanique :







*




Symbolisme :


D'après Pierre Leutaghi, auteur d'un article intitulé "Aux frontières (culturelles) du comestible" (Éditions Presses Universitaires de France | « Ethnologie française », 2004/3, Vol. 34 | pages 485 à 494) :

[...]

L’argousier (1) fournira un dernier exemple de perception discordante d’un même végétal. Cet unique représentant indigène de la famille des Éléagnacées, parfois qualifié de « saule épineux » pour son allure voisine des saules buissonnants à feuilles étroites et pour son habitat riverain (graviers des torrents et des fleuves, dunes littorales), se rencontre fréquemment dans les Alpes françaises, plus localisé en vallée du Rhin et sur les côtes basses septentrionales. Ses nombreux petits fruits oblongs, orangés, juteux, très acides, que les premiers gels adoucissent, non seulement inoffensifs mais d’un grand intérêt diététique, sont regardés comme vénéneux dans les Alpes. Une belle anecdote racontée par Jean-Jacques Rousseau, atteste la force de cet interdit dans l’Isère du XVIIIe siècle (2) . En Scandinavie, ils sont très appréciés comme condiment du poisson. Dans les pays germaniques, où l’on y voit une source majeure de vitamine C (le jus frais en contient jusqu’à 0,95 %), on en fait un « complément alimentaire » majeur, qui justifie la culture en grand de l’arbrisseau (et entraîne la mise à sac des peuplements sauvages des Alpes du Sud pour les besoins des laboratoires).

Aliment ou condiment ici, poison ailleurs... C’est seulement de nos jours qu’on décèle, sous l’influence des « nouveaux habitants » des campagnes, une certaine chute de méfiance à l’égard des fruits longtemps frappés d’interdit. Sans que la suspicion disparaisse partout, loin s’en faut : la plupart des sureaux français ne nourrissent que les merles ; aucun Alpin de souche n’irait goûter aux argouses cueillies par le randonneur teinté de botaniste.


Notes :

1) : Comme une seule consonne sépare ce mot d’« arbousier », les confusions sont fréquentes. L’arbousier (Éricacées), arbuste toujours vert méditerranéen, dont le port et le feuillage rappellent ceux du laurier, les gros fruits rouges quelque peu la fraise, a une aire et des emplois très distincts de son quasi homonyme.

2) : « Eh ! Monsieur [dit au philosophe un Grenoblois qui le voit « picorer ces grains »], que faites-vous là ? Ignorez-vous que ce fruit empoisonne ? [...] Tout le monde sait si bien cela que personne dans le pays ne s’avise d’en goûter » [Rousseau, 1990 (1782)].

*

*


0 vue