Blog

  • Anne

L'Anchois




Étymologie :

  • ANCHOIS, subst. masc.

Étymol. ET HIST. − 1546 (R. Estienne, Dict. latino-gallicum, p. 588b, d'apr. H. Vaganay ds Rom. Forsch., t. 32, p. 9 : Halec Une sorte de petit menu poisson semblable à haran, qu'on appelle Anchois). Empr. à l'a. prov. anchoia, attesté dep. 1397 (d'apr. P. Pansier, Hist. de la lang. prov. à Avignon du XIIe au XIXe s., Avignon, 1924-27, t. 3, p. 10), et non à l'esp. anchoa (Nyrop t. 1, p. 90 ; Rupp. 1915, p. 238 ; REW3 ; Schmidt 1914, p. 35 ; Dauzat 1968), le comm. de l'anchois étant très florissant dans la Provence et l'Italie du xvie s. (Cf. FEW t. 25, s.v. aphye). La graphie du mot fr. est prob. due au passage au masc. de la forme fém. a. prov. L'a. fr. anchoia est lui-même empr. au génois anciöa (point de départ des autres formes méditerranéennes : ital. acciuga, cat. anxova > esp. anchoa, port. anchova; cf. Cor., s.v. anchoa), issu du gr. α ̓ φ υ ́ η par l'intermédiaire du lat. vulg. *apiua attesté ds CGL t. 3 1892, p. 256, sous la forme apyia.


Lire également la définition du nom Anchois afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Engraulis encrasicolus ; Anchois commun ; Anchois de l'Afrique australe ; Anchois européen ; Anchois italien.

*

*




Zoologie :


Selon un article de l'Ifremer en date du 15 mars 2016 :


[...] On appelle poissons pélagiques les poissons qui nagent entre deux eaux. Les thons, les marlins, les espadons... sont des grands pélagiques. Les sardines, anchois, harengs ... sont des petits pélagiques. On les nomme également « poissons bleus ». Les petits pélagiques sont des espèces clefs de voûte de l'écosystème de par leur place centrale dans la chaîne alimentaire.




Croyances populaires :


Selon l'ouvrage de Plutarque intitulé De la superstition (Éditions Mille et une Nuits, 2010) :


Cependant, les superstitieux croient que, si quelqu'un mange des mendoles ou des anchois, la déesse syrienne lui rongera la chair des jambes, brûlera son corps d'ulcères, et fera pourrir son foie.



Symbolisme :


Selon le blog Comprendre les symboles (qui ne cite malheureusement pas ses sources, c'est un comble en matière piscicole !) :


L'Anchois est un "poisson des mers, symbole de la vie, des plaisirs, du futur, de la force. Dans nos sociétés, on le trouve dans des plats très en vogue : pizzas, buffets, apéros dinatoires. Il est associé à la convivialité, aux fêtes, aux réceptions, à la famille."




Symbolisme alimentaire :


Pour Christiane Beerlandt, auteure de La Symbolique des aliments, la corne d'abondance (Éditions Beerlandt Publications, 2005, 2014), nos choix alimentaires reflètent notre état psychique :


L'Anchois peut aisément se plonger dans son petit monde onirique ; "Ne me dérange pas", dit-il en écoutant avec ravissement une mélodie qui résonne quelque part dans sa tête. Il préfère son propre chant à celui d'un autre. S'il est vrai qu'il ne se laissera rien imposer, il est prêt à vous écouter dans la mesure où vous respectez ses limites. N'a-t-il pas raison ? On ne peut pas le "contraindre. Il vit solidement et agréablement en lui-même, dans son petit univers de rêve, de fantaisie et de créativité.

L'être humain qui a envie d'Anchois, en revanche, s'attire des situations - sur base de ses convictions - que l'on peut comparer à l'enfant qui lève les yeux, tout déconfit, quand quelqu'un vient fouler aux pieds le château de sable qu'il avait construit avec tant de soin. Il était justement si beau ! "Ne t'attache pas à la matière", dit l'Anchois, "ce qui est EN TOI, personne ne peut te le prendre ! Quand tu es convaincu que rien ni personne ne peut détruire ce qui se trouve de plus beau en toi, dans tes pensées, dans ton monde affectif, dans ton imagination, alors rien de toi ne sera détruit, tu ne t'attireras aucune situation concrète e nature à te donner le sentiment que ton œuvre, ta création est anéantie. Tu sauras que seules disparaîtront les choses dont i l est bon qu'elles disparaissent, afin de faire place à quelque chose de nouveau, de meilleur. Tu ne vas donc pas rester là à pleurer... sur ce que tu ne peux plus "garder", maintenir dans la réalité. Lâche prise !"

Plus encore : l'Anchois est capable de susciter encre et encore certaines créations, certains rêves dans sa tête de manière à se "détacher", si l'on peut dire, de l'élaboration formelle dans la matière. L'Anchois sait que rien ne se fait dans cette matière qui ne puisse être aussitôt défait en un tournemain, et que ceci n'influe en rien sur le bonheur ou le malheur de l'être humain.

"Ce qui est EN moi, personne ne peut me le prendre... et j'en suis heureux", dit l'Anchois, "ne t'attache pas trop aux choses matérielles, tout est tellement relatif, comme ce château de sable piétiné ; n'en fais donc pas dépendre ton bonheur !" L'Anchois ne s'attache à rien en dehors de lui-même.

Il dit : "Regarde plus loin, regarde AU-DELÀ des choses du monde matériel superficiel, et vois comment tout procède de l'esprit, de l'imagination et des énergies de la conscience. Dès lors tu deviens optimiste, tu ne perds plus jamais courage : parce que tu sais que seul est détruit ce qui doit l'être, que tu es capable en tant qu'être humain, avec la force de ton imagination, de te conduire, de te soulever vers quelque chose de neuf. Tu ne te cramponnes pas, en te désolant, à quelque chose qui tend à disparaître. Tu guettes joyeusement le neuf, dans ta pensée, ton imagination, ton rêve... Tu recrées immédiatement du neuf dans ta tête dès que l'ancien s'est évanoui. C'est une belle force que de rêver d'un monde nouveau...."

L'homme a la capacité de "rêver", de jouir de la pensée, de la seule idée déjà que quelque chose de beau, de nouveau va naître dans un instant... A partir de ce point de vue, il ne s'attirera pas de sitôt des situations susceptibles de le perturber dans son accomplissement, sa délectation, sa création du nouveau... Cela irradie simplement de lui : "Laisse-moi tranquille, je suis en train de m'occuper de moi-même."

Celui qui a envie d'Anchois a régulièrement besoin de pouvoir se laisser aller à rêver, à créer, à faire des projets (dans une perspective heureuse) sans que quiconque doive toujours venir le déranger. Aussi devra-t-il faire savoir autour de lui qu'il veut être seul "maintenant", qu'il ne veut pas être dérangé "pour le moment". Il peut se retirer un instant sur son île de rêve, de fantaisie et de créativité. Tant qu'il n'exagère pas, tant qu'il garde les pieds sur terre, il est bon pour lui d'agir ainsi. Il veut, au fond, avoir le droit de rêver, de jouir des couleurs et des sons qui créent une belle ambiance dans sa sphère intime. S'il sait qu'il en a effectivement le droit, sans verser dans des excès, il ne sera pas dérangé par les autres. IL comprendra qu'il a droit à un domaine privé, qu'il n'a pas à tolérer qu'un autre piétine ou dérange son monde, qu'il a le droit d'être seul avec lui-même de temps à autre. Pour vivre une fois pleinement, tout seul et avec délice, ses rêves, ses sentiments, sa créativité, le plaisir de sa musique.... Il a droit à cette expérience, seul et avec lui-même, sans toujours devoir y laisser participer les autres. Il a le droit de se délecter, de se laisser aller, bercé par des sons harmonieux. Il pose ses limites. Il veille sur son domaine privé. Il le dit autour de lui, il l'annonce clairement comme il sent et sait qu'il en a le droit.

La nature de l'Anchois réussit alors merveilleusement à prêter une oreille au monde de l'esprit, des songes musicaux, et l'autre oreille à la réalité des événements matériels. Il ne doit jamais trop s'immerger ni dans l'un ni dans l'autre.

Il devra toujours garder le contact avec la terre : "Maintiens l'équilibre entre Ciel et Terre", lui dit l'Anchois, "ose t'abandonner à ton sentiment, à cette délectation de toi-même à travers tes rêves et tes belles espérances de la vie. Toi avec tes rêves, tu eux te permettre quelquefois de somnoler et de rêver tranquillement sous tes draps sans être obligé de te lever tout de suite. D'un côté, c'est précisément grâce à ton existence dans la "matière" - sur terre - et par son intermédiaire que tu PEUX vivre des expériences exquises à travers ton corps, ton esprit, ton imagination sensitive et tes attentes. Toutefois, ne te cramponne pas à la Matière : élargis les possibilités de la Matière en regardant au-delà. Ceci signifie une convergence de la matière et de l'inspiration. La jouissance d'une vie terrestre grâce à l’association, la conjonction harmonieuse du monde onirique et de la matière."

*

*




Littérature :


On trouve un peu partout sur le Net cette citation de Franz Kafka mais je n'ai pas encore trouvé d'où elle est extraite :


"Le soir j'étais triste car j'avais mangé des anchois. Le matin le médecin me réconforta ; pourquoi être triste ? Après tout, j'ai mangé les anchois, les anchois ne m'ont pas mangé."

De la baleine à la sardine et du poisson rouge à l'anchois dans le fond de l'eau chacun dîne d'un plus petit que soi...

Francis Blanche, Pensées.

*

*

32 vues

Posts récents

Voir tout

Le Hareng

La Sole