Blog

  • Anne

Le Tétras



Étymologie :

  • TÉTRAS, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1752 tetrax (Trév.) ; 1771 tétras (Buffon, Oiseaux, t. 2, p. 199 : « ... que son grand tetrao (de Pline) est notre grand tetras... »). Empr. au lat. médiév. tetrax « coq de bruyère » (Aldrovandi), transformation du lat. tetrao (Pline), pris au gr. τ ε τ ρ α ̀ ω ν.


Lire également la définition pour amorcer les pistes d'interprétation symbolique de cet oiseau.

  • GROUSE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1771 grous, coq de bruyère de la baie d'Hudson (Buffon, Oiseaux, II, 286) ; 1786 le growse (Chastellux, Voy. ds l'Amér. Sept., II, 251 ds Bonn., p. 68) ; 1843 des grouses (Sue, Myst. Paris, t. 6, p. 305). Empr. à l'angl. grouse (aussi grows et grous) désignant d'abord un lagopède des îles britanniques appelé plus communément en Angleterre red grouse. Attesté seulement dep. le xvie s., ce terme, dont l'-s- des formes telles que grows pourrait être la marque du plur. d'un type *grow, a été rapproché d'un lat. médiév. du domaine angl. du début xiiie s. gruta peut-être apparenté à grue*, mais aucune filiation certaine n'a pu être établie (cf. NED et ODEE).

Définition.


Symbolisme :

Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on peut lire que :


le tétras est "l'autre nom d'un grand coq de bruyère, vivant surtout dans les forêts de montagne ou au milieu des hautes fougères, nom devenu dans les légendes celui d'un animal fabuleux. Au printemps, une passion ardente et aveugle s'empare des Tétras ; ils dansent et chantent à la parade ; ils se pavanent autour des femelles en poussant des cris retentissants. Selon Buffon les chasseurs ne peuvent les tuer qu'en rêves. Le tétras est le symbole de la passion sans mesure, qui défie par amour jusqu'à la mort. La mesure de l'amour est d'aimer sans mesure, disait saint Augustin, mais ne parlant de l'amour de Dieu. L'amour du tétras, qui le pousse à mépriser le chasseur guettant ses transports pour mieux le tuer à l'instant où il s'immobilise, symbolise aussi cette angoisse du néant, ce goût amer de l’anéantissement, qui accompagnent une passion violemment exclusive. Mais la passion qui tue est celle aussi qui fait intensément vivre. Vie et mort enlacées, c'est l'image du tétras dansant et criant son amour."


*

*




Symbolisme celte :


Selon Gilles Wurtz, dans Chamanisme celtique, animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga, 2014), "Le grand tétras est un imposant gallinacé avec sa taille pouvant atteindre 90 cm et son envergure qui peut aller jusqu'à 1 m 30.

Le coq de bruyère est réputé pour sa parade de séduction qu'il exécute les ales tombantes, la queue déployée en éventail, la tête bien dressée et le cou gonflé, les plumes de sa barbe relevées. A cette posture s'ajoute son chant typique, qui évoque des imitations de divers sons, comme ceux que l'on peut produire en faisant claquer la langue sur le palais ou même des bruits semblables à ceux d'une scie.

La femelle creuse un nid sommaire par terre, à l'abri d'une branche basse ou de broussailles qui le cachent. Le grand tétras se nourrit en fonction des saisons de graines, de baies, de bourgeons et de feuilles et, pour passer l'hiver, il mange les aiguilles des conifères. Pour s'abriter du froid de l'hiver, il creuse un nid sous la neige.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Le grand tétras était considéré comme le symbole du charmeur, beau et majestueux, celui qui savait séduire avec beaucoup de classe et beaucoup de respect. Il était vu comme l'exemple parfait à suivre pour faire la cour te représentait l'antithèse du machiste irrespectueux.

C'était donc auprès de lui que les Celtes allaient prendre conseil en matière de séduction, et ceci concernait autant les hommes que les femmes. Les hommes le sollicitaient pour vérifier si leur attitude envers la femme désirée était respectueuse, pour lui demander comment mieux s'ouvrir à elle, à dévoiler leurs sentiments et leur délicatesse. Les hommes consultaient aussi l'esprit du grand tétras pour savoir comment soigner leur apparence pour se présenter à leur bien-aimée sous leur meilleur jour, pour être mis en valeur. Les femmes allaient demander conseil à l'esprit du grand tétras pour savoir comment se faire remarquer d'un homme et pour le charmer ? Pour elles aussi, le grand tétras était le maître conseiller qui révélait comment soigner son apparence et mettre en valeur sa beauté extérieure et intérieure aux yeux de l'homme désiré.

Les seigneurs de l'époque et les personnes investies de responsabilités dans une communauté faisaient également appel à l'esprit du grand tétras pour être guidés vers l'attitude à adopter afin de donner la meilleure image d'eux-mêmes dans le rôle qui était le leur.

L'esprit du grand tétras pouvait également conseiller dans la décoration intérieure et extérieure d'une demeure, pour lui donner une belle allure et faire bonne impression aux yeux du visiteur ou de l'invité. Quand les chefs de famille ou des seigneurs rencontraient leurs homologues, l'esprit du grand tétras était encore sollicité pour aider donner la meilleure impression.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

De nos jours aussi, l'esprit du grand tétras peut aider à donner ses conseils à un homme ou une femme qui souhaite se montrer sous sa plus belle apparence et être le plus respectueux possible auprès de la personne aimée. L'esprit du grand tétras peut être un précieux conseiller pour une personne timide qui ne sait pas comment s'y prendre pour se faire remarquer par la personne vers qui elle se sent attirée. Nombre de personnes qui doivent se présenter devant autrui, quelle que soit la situation, pourraient beaucoup apprendre de l'esprit du grand tétra pour montrer une meilleure image d'elles-mêmes et de leurs qualités. Dans les domaines de l'architecture et de la décoration, le grand tétras pourrait aussi largement contribuer à mettre nos lieux de vie en valeur, pour les rendre plus accueillants et harmonieux.


Mots-clefs : La majesté ; Le charme."

*

*