Blog

  • Anne

Le Tétras


Étymologie :

  • TÉTRAS, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1752 tetrax (Trév.) ; 1771 tétras (Buffon, Oiseaux, t. 2, p. 199 : « ... que son grand tetrao (de Pline) est notre grand tetras... »). Empr. au lat. médiév. tetrax « coq de bruyère » (Aldrovandi), transformation du lat. tetrao (Pline), pris au gr. τ ε τ ρ α ̀ ω ν.


Lire également la définition pour amorcer les pistes d'interprétation symbolique de cet oiseau.

  • GROUSE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1771 grous, coq de bruyère de la baie d'Hudson (Buffon, Oiseaux, II, 286) ; 1786 le growse (Chastellux, Voy. ds l'Amér. Sept., II, 251 ds Bonn., p. 68) ; 1843 des grouses (Sue, Myst. Paris, t. 6, p. 305). Empr. à l'angl. grouse (aussi grows et grous) désignant d'abord un lagopède des îles britanniques appelé plus communément en Angleterre red grouse. Attesté seulement dep. le xvie s., ce terme, dont l'-s- des formes telles que grows pourrait être la marque du plur. d'un type *grow, a été rapproché d'un lat. médiév. du domaine angl. du début xiiie s. gruta peut-être apparenté à grue*, mais aucune filiation certaine n'a pu être établie (cf. NED et ODEE).

Définition.


Symbolisme :

Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on peut lire que :

Le tétras est "l'autre nom d'un grand coq de bruyère, vivant surtout dans les forêts de montagne ou au milieu des hautes fougères, nom devenu dans les légendes celui d'un animal fabuleux. Au printemps, une passion ardente et aveugle s'empare des Tétras ; ils dansent et chantent à la parade ; ils se pavanent autour des femelles en poussant des cris retentissants. Selon Buffon les chasseurs ne peuvent les tuer qu'en rêves. Le tétras est le symbole de la passion sans mesure, qui défie par amour jusqu'à la mort. La mesure de l'amour est d'aimer sans mesure, disait saint Augustin, mais ne parlant de l'amour de Dieu. L'amour du tétras, qui le pousse à mépriser le chasseur guettant ses transports pour mieux le tuer à l'instant où il s'immobilise, symbolise aussi cette angoisse du néant, ce goût amer de l’anéantissement, qui accompagnent une passion violemment exclusive. Mais la passion qui tue est celle aussi qui fait intensément vivre. Vie et mort enlacées, c'est l'image du tétras dansant et criant son amour."

*

*

Selon Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), le Coq de bruyère (tétras) répond aux caractéristiques suivantes :


Points clés : Danse et tambour sacrés.

Cycle de puissance : Printemps.


Le coq de bruyère (ou tétras) est un oiseau des champs et des broussailles ressemblant au faisan. Il est extrêmement robuste. Au cours d'un hiver froid, ses doigts se dotent d'une frange supplémentaire de plumes pour l'aider à marcher dans la neige.

Danser et battre du tambour sont deux voies puissantes pour invoquer des énergies. Quand elles sont combinées, elles ouvrent des possibilités d'atteindre des états de conscience supérieurs. Le mouvement fait partie de la vie. Le mouvement rythmique crée la vie. Toute activité humaine est une sorte de danse et de rituel. Le coq de bruyère est un symbole dynamique de ce concept.

Les danses sacrées et religieuses ont été importantes dans toutes les sociétés du monde. Les chamanes et les prêtres se servaient de tambours et de danses pour provoquer les états de transe. Les danses en cercle imitaient le déplacement du soleil et les danses en chaîne ou en spirale servaient à lier les énergies masculines et féminines. La vraie danse sacrée est très ancienne ; c'est une expression externe d'un esprit intérieur.

La danse et le tambour sacrés étaient des moyens de transcender l'humanité. Le danseur peut acquérir le contrôle de réactions d'ordinaire automatiques en invoquant des émotions et des énergies, puis en les canalisant par la danse. De cette manière, il était possible de transcender les énergies inférieures. C'est très précisément ce que peut enseigner le coq de bruyère.

Ma première expérience d'une danse du coq de bruyère date d'il y a quatre ou cinq années, dans la forêt nationale de Superior (Superior National Forest) J'arrivai en haut d'une pente quand un coq de bruyère a jailli du bois au milieu de la route. Alors il a entamé son mouvement en spirale. Comme je m'approchais, il continuait sa danse qui le ramenait progressivement, hors de la chaussée, vers les broussailles à l'orée de la forêt. C'était un fascinant spectacle. Depuis lors, au cours de mes voyages, j'ai fait un certain nombre d'autres rencontres avec des coqs de bruyère. Et ils me rappelaient toujours de ne pas forcer mes mouvements, mais de suivre le rythme naturel et la spirale de la vie.

Les deux formes de coq de bruyère (en anglais, grouse) les plus commune sont la gélinotte huppée (ruffed grouse, souvent appelée simplement perdrix en Amérique du Nord) et le tétras des armoises (sage grouse). La gélinotte huppée est ainsi nommée en français à cause de sa petite huppe de plumes sur la tête. Et son nom anglais ruffed grouse, c'est-à-dire littéralement « tétras à collier », se concentre, lui, sur sa collerette à plumes noires autour du cou et des épaules. C'est encore un détail très symbolique. La zone du cou et des épaules est le point de connexion entre la tête et le tronc, le haut et le bas. C'est le pont entre les deux. Or tous les ponts permettent de traverser quelque chose, mais aussi d'ouvrir la route vers de nouveaux domaines ou mondes.

La gélinotte huppée ou à collier indique que travailler en adoptant de nouveaux rythmes et mouvements sera bénéfique pour introduire un nouveau flux d'énergie dans votre vie. La danse et le tambour vont ainsi être de merveilleux outils pour vous ouvrir de nouveaux mondes. Cela ne veut en rien signifier que vous auriez besoin de sorti pour prendre des cours de danse, mais simplement qu'il vous faut développer et pratiquer vos propres expressions libres. Vous serez surpris par la modification de vos énergies. Laissez-vous danser en vous ouvrant à de nouveaux schèmes et domaines dans votre vie.

Si le coq de bruyère se manifeste dans votre existence, pratiquez la danse. Concentrez-vous sur quelque chose que vous voulez changer, manifester, ou que vous désirez, et créez vos propres mouvements qui reflètent cette chose. Exécutez une musique au tambour. Puis observez à quel point les énergies commencent à se libérer pour vous. Si vous pratiquez avec une intention juste, vus obtiendrez des résultats en moins d'une semaine.

Le tétras des armoises, quant à lui, est le plus grand des tétras américains. C'est un animal très attaché à son territoire, qui se fait remarquer par son plumage somptueux, sa queue à longues pointes et une ample crinière d'épaisses plumes blanches. Il possède sa propre danse pour créer son espace sacré. Ce dernier est justement une manière d'aborder la territorialité.

Danser en cercle est un acte de création. C'est le marquage de l'espace sacré. Quand une danse en cercle est exécutée, l'individu crée aussi un espace sacré dans son esprit - un lieu entre les mondes, un point dans lequel ceux-ci s'entrecroisent. Dans la pratique wiccane, on parle souvent de « dresser, ou former, un cône de pouvoir » pour désigner la création et le marquage d'un cercle. Le cercle crée un vortex d'énergie amplifié par la volonté des participants et leurs instruments rituels. Quand un tétras se montre et se déplace en cercle, il forme son espace sacré.

Pour ceux qui voient un tétras se manifester, cela signifie qu'une espace sacré devrait être créé dans leur vie. faites en sorte que certains « territoires » ou secteurs vous soient réservés - qu'ils ne soient pas accessibles à des tiers. Cela permettra un vos rythmes et mouvements naturels de s'y mettre à l'œuvre à votre profit sans trop d'influence extérieure.

Longtemps on s'est demandé comment le coq de bruyère exécutait son tambourinage étouffé au printemps. Aujourd'hui, les ornithologies savent qu'il y parvient en battant rapidement ses ailes. En battant l'air, les ailes du tétras activent une vibration tambourinante et libèrent son pouvoir sur les vents.

Les tétras sont des parents protecteurs. Si leur progéniture est menacée, la mère se précipitera vers vous avec les plumes dressées ou elle feindra une blessure afin d'éloigner le prédateur de ses petits. Il faut deviner derrière cet acte la capacité à faire ce qui est nécessaire pour changer de rythme en apparence.

Un envol vrombissant est souvent associé au tétras, comme au faisan et à d'autres espèces du même ordre. Le coq de bruyère se sert fréquemment de ce décollage sonore pour montrer qu'il n'a pas peur. en réalité, c'est plus probablement un avertissement qu'il lance à d'autres dans le secteur. S'il le décide, il est parfaitement capable de voler en silence. Le rythme n'a pas besoin d'être audible pour être efficace. Si le coq de bruyère entre dans votre vie, attendez-vous à découvrir de nouveaux rythmes et de nouveaux enseignements pour danser et jouer du tambour afin d'entraîner notre existence vers de nouvelles dimensions.

*

*




Symbolisme celte :


Selon Gilles Wurtz, dans Chamanisme celtique, animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga, 2014),


"Le grand tétras est un imposant gallinacé avec sa taille pouvant atteindre 90 cm et son envergure qui peut aller jusqu'à 1 m 30.

Le coq de bruyère est réputé pour sa parade de séduction qu'il exécute les ales tombantes, la queue déployée en éventail, la tête bien dressée et le cou gonflé, les plumes de sa barbe relevées. A cette posture s'ajoute son chant typique, qui évoque des imitations de divers sons, comme ceux que l'on peut produire en faisant claquer la langue sur le palais ou même des bruits semblables à ceux d'une scie.

La femelle creuse un nid sommaire par terre, à l'abri d'une branche basse ou de broussailles qui le cachent. Le grand tétras se nourrit en fonction des saisons de graines, de baies, de bourgeons et de feuilles et, pour passer l'hiver, il mange les aiguilles des conifères. Pour s'abriter du froid de l'hiver, il creuse un nid sous la neige.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Le grand tétras était considéré comme le symbole du charmeur, beau et majestueux, celui qui savait séduire avec beaucoup de classe et beaucoup de respect. Il était vu comme l'exemple parfait à suivre pour faire la cour te représentait l'antithèse du machiste irrespectueux.

C'était donc auprès de lui que les Celtes allaient prendre conseil en matière de séduction, et ceci concernait autant les hommes que les femmes. Les hommes le sollicitaient pour vérifier si leur attitude envers la femme désirée était respectueuse, pour lui demander comment mieux s'ouvrir à elle, à dévoiler leurs sentiments et leur délicatesse. Les hommes consultaient aussi l'esprit du grand tétras pour savoir comment soigner leur apparence pour se présenter à leur bien-aimée sous leur meilleur jour, pour être mis en valeur. Les femmes allaient demander conseil à l'esprit du grand tétras pour savoir comment se faire remarquer d'un homme et pour le charmer ? Pour elles aussi, le grand tétras était le maître conseiller qui révélait comment soigner son apparence et mettre en valeur sa beauté extérieure et intérieure aux yeux de l'homme désiré.

Les seigneurs de l'époque et les personnes investies de responsabilités dans une communauté faisaient également appel à l'esprit du grand tétras pour être guidés vers l'attitude à adopter afin de donner la meilleure image d'eux-mêmes dans le rôle qui était le leur.

L'esprit du grand tétras pouvait également conseiller dans la décoration intérieure et extérieure d'une demeure, pour lui donner une belle allure et faire bonne impression aux yeux du visiteur ou de l'invité. Quand les chefs de famille ou des seigneurs rencontraient leurs homologues, l'esprit du grand tétras était encore sollicité pour aider donner la meilleure impression.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

De nos jours aussi, l'esprit du grand tétras peut aider à donner ses conseils à un homme ou une femme qui souhaite se montrer sous sa plus belle apparence et être le plus respectueux possible auprès de la personne aimée. L'esprit du grand tétras peut être un précieux conseiller pour une personne timide qui ne sait pas comment s'y prendre pour se faire remarquer par la personne vers qui elle se sent attirée. Nombre de personnes qui doivent se présenter devant autrui, quelle que soit la situation, pourraient beaucoup apprendre de l'esprit du grand tétra pour montrer une meilleure image d'elles-mêmes et de leurs qualités. Dans les domaines de l'architecture et de la décoration, le grand tétras pourrait aussi largement contribuer à mettre nos lieux de vie en valeur, pour les rendre plus accueillants et harmonieux.


Mots-clefs : La majesté ; Le charme."

*

*