Blog

  • Anne

Le Goéland



Étymologie :

  • GOÉLAND, subst. masc.

Étymol. et Hist. Fin xve s. gaellans (Garcie, Gr. rout. de mer, f°33 ds Gdf. Compl.) ; fin xvie s. goilant (Palissy, 273 ds Littré) ; 1642 goilan (Duez, Dict. fr. all. lat.) ; 1757 goiland (Encyclop. t. 7) ; 1781 goéland (Buffon, Hist. nat. des oiseaux, t. 8, p. 392 : Plusieurs Naturalistes ont nommés goélands, ce que d'autres ont appelé mouettes). Empr. au bret. gwelan « mouette », remontant à un anc. celt. *voilenno-, cf. l'a. écossais gûrplan, Cornouaille guílan, cf. NED s.v. gull.

Définition.



Symbolisme :


Selon Didier Colin, auteur du Dictionnaire des symboles, des mythes et des légendes (Hachette Livre, 2000) :


"Le plus connu de ces oiseaux côtiers est le goéland marin, que l'on trouve présent sur les côtes de l'Atlantique, celles de la mer du Nord et de l'Amérique du Nord, mais aussi plus au sud, en Espagne notamment. Bien sûr, pour confectionner son nid, en plus de brins d'herbes, il utilise des algues. C'est un oiseau qui possède une assez belle envergure et se caractérise par son vol superbe, qu'il accomplit en utilisant les courants marins. Il se nourrit surtout e poissons, mais il n’hésite pas à s'attaquer à d'autres oiseaux, voire même à leurs œufs et poussins, parfois. Son manteau noir, son cou blanc et son bec jaune imposant en font un oiseau impressionnant, magnifique en vol, mais inquiétant lorsqu'on le voir dépecer une charogne ou fouiller dans les détritus qui, hélas, de nos jours, souillent les bords de mer. De ce fait, son habileté à exploiter les courants marins, pourtant parfois violents, pour voler au-dessus d'une mer déchaînée par exemple, a incité les marins à croire que sa présence en haute mer était due au fait qu'il s'agissait de l'âme d'un marin suivant le navire que lequel il avait vécu. En effet, une légende ancestrale veut qu'un goéland figure l'âme d'n marin mort en mer. Cette légende est si bien ancrée dans les esprits que, de nos jours encore, on considère qu'il est funeste ou sacrilège d'en tuer un."

*

*

D'après Madonna Gauding, auteure de Animaux de pouvoir, Guides, protecteurs et guérisseurs (Octopus Publishing Group 2006 ; traduction française : Éditions Véga, 2006) :


"Guide d'interprétation

En tant que symbole onirique

Récupération ; Ecologie ; Communication ; Messager ; Liberté ; Enjouement ; Empathie.

En tant que gardien ou protecteur

Défend le périmètre de votre propriété ; Protège grâce à une bonne communication.


En tant que guérisseur

Soutient les modes de vie authentiques ; Soigne le manque d'appétit.


En tant qu'oracle ou augure

Attaquez-vous aux problèmes difficiles ; Restez au-dessus du conflit.


Mythes et contes

Les Celtes considéraient le goéland comme le messager de l'Autre Monde.

Si le goéland est votre animal de pouvoir

Vous tendez à flotter sur la vie, à éviter l'anxiété et à aller avec le courant. Le monde du bord de l'eau, ni mer ni terre, vous plaît. Vous êtes barman, passez tout votre temps sur la plage ou dirigez une affaire touristique florissante. Les membres plus conservateurs de votre famille s'inquiètent de votre attitude détendue et complaisante. Votre apparence négligée, votre approche désinvolte et vos faibles talents domestiques les embarrassent. Ceci dit, beaucoup d'employés de bureau au teint pâle envient en secret votre mode de vie non-conformiste. Dans les relations, vous êtes toujours gentil et juste avec les autres. Bien que vous soyez enjoué, vos émotions sont intenses et votre oreille compréhensive. Vous interprétez le langage corporel subtil. Vous avez une intense vie spirituelle et êtes très à l'aise en priant.

Demandez au goéland de vous aider

- à vous relaxez et appréciez la vie

- à être plus ouvert aux modes de vie non-conformistes.


Accéder au pouvoir du goéland en

- ramassant des coquillages durant un jour

- faisant une promenade en hydravion.


Aux États-Unis, les habitants de Salt Lake City (Utah) ont érigé un monument aux goélands qui, en s'étant nourris des millions de sauterelles en 1848 ont sauvé les récoltes. Exprimez de la gratitude à tous ceux qui vous ont sauvé d'un désastre.


Élément : Air."

*

*




Mythes et légendes :

Selon le site http://www.francaisfacile.com,


"Si, lors de vos vacances sur la côte bretonne, vous vous promenez dans un petit port, peut-être aurez-vous la chance d'apercevoir un goéland argenté qui ne ressemble pas aux autres. Il a un comportement si étrange ! Il est venu se poser à la proue d'un bateau et vous regarde longuement comme s'il avait envie de s'approcher de vous, non pas pour quémander de la nourriture mais pour vous envoyer un message. En fait, c'est l'âme d'un vieux marin, mort en mer, qui revient dans le port où il a vécu. Surtout, ne le chassez pas ! Un mauvais sort pourrait s'abattre sur vous !"

*

*


Littérature :


Avec ses deux ailes

Qui traînent à terre

Comme des haltères

Au bout de bretelles,

L'escargoéland

Jamais ne se presse ;

Il sait que sans cesse

L'escargoéland.


Jacques Roubaud et Olivier Salon, "L'escargoéland" in Anthologie de l'Oulipo, 2009.

*

*

Sylvain Tesson entreprend grâce à Vincent Munier une véritable quête initiatique qu'il relate dans un récit de voyage qu'il a intitulé La Panthère des neiges, (Éditions Gallimard, 2019). C'est l'occasion de faire remonter d'anciens souvenirs :


"Souvent, dans les calanques de Cassis, j'observais les escadres de goélands et me demandais : "les bêtes regardent-elles le paysage ? Les oiseaux blancs, ultra-sapés, tenaient le surplace, par-dessus le soleil couchant. Ils n'étaient jamais sales - plastron immaculé, ailes nacrées. Ils coupaient l'air sans un battement, surfant sur les couches atmosphériques, pendant que l'horizon rougeoyait. Ils ne chassaient pas. Ils paraissaient au spectacle, contredisant le dogme de leur soumission aux seuls mécanismes de la survie. Même le plus rationaliste des hommes n'aurait pu refuser le « sens du beau » à ces animaux. Appelons sens du beau la conviction jouissive de se sentir en vie."

*

*