Blog

  • Anne

Les Crustacés






Étymologie :


Étymol. et Hist. 1713 (A. de Boisregard, Traité des Alimens de Caresme, I, p. 338 d'apr. Arveiller ds R. Ling. rom. t. 28, pp. 317-318). Empr. au lat. des naturalistes crustaceus (dér. du lat. crusta, v. croûte), mot créé par Th. Gaza dans sa version lat. d'Aristote De Animalibus libri, latine, interprete Theodoro Gaza, 1476 pour traduire le gr. μ α λ α κ ο ́ σ τ ρ α κ ο ς « à coquille molle » (Arveiller, op. cit.).

Lire également la définition du nom crustacé afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme :

*

*




Littérature :


X. Crustacés. — la guerre et l’intrigue


Si l’on visite d’abord notre riche collection des armures du moyen âge, et qu’après avoir contemplé ces pesantes masses de fer dont s’affublaient nos chevaliers, on aille immédiatement au Musée d’histoire naturelle voir les armures des crustacés, on a pitié des arts de l’homme. Les premières sont un carnaval de déguisements ridicules, encombrants et assommants, bon pour étouffer les guerriers et les rendre inoffensifs. Les autres, surtout les armes des terribles décapodes, sont tellement effrayantes, que, si elles étaient grossies seulement à la taille de l’homme, personne n’en soutiendrait la vue ; les plus braves en seraient troublées, magnétisés de terreur.

Ils sont là, tous en arrêt, dans leurs allures de combat, sous ce redoutable arsenal, offensif et défensif, qu’ils portaient si légèrement, fortes pinces, lances acérées, mandibules à trancher le fer, cuirasses hérissées de dards qui n’ont qu’à vous embrasser pour vous poignarder mille fois. On rend grâce à la nature qui les fit de cette grosseur. Car qui aurait pu les combattre ? Nulle arme à feu n’y eût mordu. L’éléphant se fût caché ; le tigre eût monté aux arbres ; la peau du rhinocéros ne l’eût pas mis en sûreté.

On sent que l’agent intérieur, le moteur de cette machine, centralisé dans sa forme (presque toujours circulaire), eut par cela seul une force énorme. La svelte élégance de l’homme, sa forme longitudinale, divisée en trois parties, avec quatre grands appendices, divergents, éloignés du centre, en font, quoi qu’on dise, un être très faible. Dans ces armures de chevaliers, les grands bras télégraphiques, les lourdes jambes pendantes, donnent la triste impression d’un être décentralisé, impuissant et chancelant, qu’un choc léger couchait par terre. Au contraire, chez le crustacé, les appendices tiennent de si près et si bien à la masse ronde, courte, ramassée, que le moindre coup qu’il donna fut donné par toute la masse. Quand l’animal pinça, piqua, trancha, ce fut de tout son être, qui, même au bout de son arme, avait sa complète énergie.

Il a deux cerveaux (tête et tronc) ; mais, pour se serrer, obtenir cette terrible centralisation, l’animal a pris un parti, c’est de n’avoir pas de cou, d’avoir sa tête dans son ventre. Merveilleuse simplification. Cette tête unit les yeux, les palpes, les pinces et les mâchoires. Dès que l’œil perçant a vu, les palpes tâtent, les pinces serrent, les mâchoires brisent, et derrière elles, sans intermédiaire, l’estomac, qui lui-même a une machine pour broyer, triture et dissout. En un moment tout est fini, la proie disparue, digérée.

Tout est supérieur en cet être :

Les yeux voient devant et derrière. Convexes, extérieurs, à facettes, ils sont à même d’embrasser une grande partie de l’horizon.

Les palpes ou antennes, organes d’essai, d’avertissement, de triple expérimentation, ont le tact au bout, à la base de l’ouïe, l’odorat. Avantage immense que nous n’avons pas. Que serait-ce si la main humaine flairait, entendait ? Combien notre observation serait rapide et d’ensemble ! Dispersée entre trois sens qui travaillent séparément, l’impression par cela est souvent inexacte, ou s’évanouit.

Des dix pieds (du décapode), six sont des mains, des tenailles, et, de plus, par l’extrémité, ce sont des organes de respiration. Le guerrier se tire ici par un expédient révolutionnaire du problème qui a tant embarrassé le pauvre mollusque : « Respirer, malgré la coquille. » Il a répondu à cela : « Je respirerai par le pied, la main. Cet endroit faible où je pourrais donner prise, je le mets dans l’armée de guerre. Et qu’on vienne l’attaquer là ! »


Leurs seuls ennemis redoutables sont la tempête et le rocher. Peu voyagent en haute mer, peu au fond. Ils sont presque tous au rivage à guetter des proies. Souvent, pendant qu’ils sont là à attendre que l’huître bâille pour en faire leur déjeuner, la mer grossit, les prend, les roule. Leur armure fait leur péril. Dure, sans élasticité, elle reçoit tous les chocs à sec, rudement et de manière cassante. Leurs pointes aux pointes du roc s’écachent, éclatent, se brisent. Ils ne s’en tirent que mutilés. Heureusement, comme l’oursin, ils peuvent se réparer, substituer au membre brisé un membre supplémentaire. Ils comptent tellement là-dessus, que, pris, eux-mêmes ils se cassent un membre pour se délivrer.

Il semble que la nature favorise spécialement des serviteurs si utiles. Contre son infini fécond, elle a dans les crustacés un infini d’absorption. Ils sont partout, sur toutes plages, aussi diversifiés que la mer. Ses vautours goëlands, mouettes, partagent avec les crustacés la fonction essentielle d’agents de la salubrité. Qu’un gros animal échoue, à l’instant l’oiseau dessus, le crabe dessous et dedans travaillent à le faire disparaître.

Le crabe minime et sauteur qu’on prendrait pour un insecte (le talitre) occupe les plages sablonneuses, habite dessous. Qu’un naufrage jette en quantité les méduses ou autres corps, vous voyez le sable onduler, se mouvoir, puis se couvrir des nuées de ces croque-morts danseurs, qui fourmillants, sautillants, approprient gaiement la plage, s’efforçant de balayer tout entre deux marées.

Grands, robustes, pleins de ruse, les crabes ou cancres sont un peuple de combat. Ils ont si bien l’instinct de guerre, qu’ils savent employer jusqu’au bruit pour effrayer leurs ennemis. En attitude menaçante, ils vont au combat, les tenailles hautes et faisant claquer leurs pinces. Avec cela, circonspects devant une force supérieure. Au moment de la basse mer, du haut d’un roc, je les voyais. Mais, quoique je fusse bien haut, dès qu’ils se sentaient regardés, l’assemblée battait en retraite, les guerriers, courant de travers, comme ils font, en un moment, rentraient chacun sous sa guérite. Ce ne sont pas des Achille, mais plutôt des Annibal. Dès qu’ils se sentent forts, ils attaquent. Ils mangent les vivants et les morts. L’homme blessé a tout à craindre. On conte qu’en une île déserte ils mangèrent plusieurs des marins de Drake, assaillis, accablés de leurs grouillantes légions.

Nul être vivant ne peut les combattre à armes égales. Le poulpe géant qui étouffe le plus petit crustacé y risque ses tentacules. Le poisson le plus glouton hésite pour avaler un être si épineux.


Dès que le crustacé grossit, il est le tyran, l’effroi des deux éléments. Son inattaquable armure est en état d’attaquer tout. Il multiplierait à l’excès, romprait la balance des êtres, s’il n’avait dans cette armure son entrave et son danger. Fixe et dure, ne prêtant pas aux variations de la vie, elle est pour lui une prison.

Pour s’ouvrir, à travers ce mur, la voie de la respiration, il a dû en placer la porte dans un membre casuel qu’il perd fréquemment, la patte. Pour faire place à la croissance, à l’extension progressive de ses organes intérieurs, il faut, chose si dangereuse ! que la cuirasse, amollie par moments et flasque, ne soit qu’une peau. Elle n’admet un tel changement qu’en se dépouillant, se pelant, jetant une partie d’elle-même. Mue complète. Les yeux, les branchies qui leur tiennent lieu de poumons, la subissent, comme tout le reste.

C’est un spectacle de voir l’écrevisse se renverser, s’agiter, se tourmenter, pour s’arracher d’elle-même. L’opération est si violente, qu’elle y brise quelquefois ses pattes. Elle reste épuisée, faible, molle. En deux ou trois jours, le calcaire reparaît, cuirasse la peau. Le crabe n’en est pas quitte ainsi ; il lui faut beaucoup de temps pour reprendre sa carapace. Et jusque-là tous les êtres, les plus faibles, en font curée. La justice et l’égalité reviennent ici terribles. Les victimes ont leur revanche. Le fort subit la loi des faibles, tombe à leur niveau, comme espèce, au grand balancement de la mort.

Si l’on ne mourait qu’une fois ici-bas, il y aurait moins de tristesse. Mais tout être qui a vie doit mourir un peu tous les jours, c’est-à-dire muer, subir la petite mort partielle qui renouvelle et fait vivre. De là un état de faiblesse et aussi de mélancolie qu’on n’avoue pas facilement. Mais que faire ? L’oiseau, qui change de plumage par saison, est triste. Plus triste la pauvre couleuvre à son grand changement de peau. La personne humaine aussi mue de peau et de tout tissu, par mois, par jour, par instants, elle perd un peu d’elle-même incessamment, doucement. Elle n’en est pas abattue, elle est seulement affaiblie, dans un moment vague et rêveur, où pâlit la flamme vitale pour revenir plus lucide.

Combien la chose est plus terrible chez l’être où tout doit changer à la fois, la charpente se disjoindre, l’inflexible enveloppe s’écarter, s’arracher ! Il est accablé, assommé, défaillant, absent de lui-même, livré au premier venu.

Il est des crustacés d’eau douce qui doivent mourir ainsi vingt fois en deux mois. D’autres (des crustacés suceurs) succombent à cette fatigue, ne peuvent pas se refaire les mêmes, mais se déforment et perdent le mouvement. Ils donnent, pour ainsi dire, leur démission d’êtres chasseurs. Ils cherchent lâchement une vie paresseuse et parasitique, un honteux abri aux viscères des grands animaux, qui, malgré eux, les nourrissent, s’épuisent à leur profit, quêtent et travaillent pour eux.


L’insecte, dans sa chrysalide, paraît s’oublier, s’ignorer, rester étranger aux souffrances, on dirait plutôt jouir de cette mort relative, comme un nourrisson dans le berceau tiède. Mais le crustacé, dans la mue, se voit, se sait tel qu’il est ; précipité tout à coup de la vie la plus énergique à une déplorable impuissance. Il semble effaré, éperdu. Tout ce qu’il sait faire, c’est de passer sous une pierre, d’attendre tremblant. N’ayant jamais rencontré d’ennemi sérieux ni d’obstacle, dispensé de toute industrie par la supériorité de ses armes terribles, au jour où elles lui manquent, il n’a nulle ressource. L’association pourrait le protéger peut-être si la mue ne venait pour tous, et si chacun à ce moment n’était également désarmé, hors d’état de protéger les malades, l’étant lui-même. On dit pourtant qu’en certaines espèces le mâle veut défendre sa femelle, la suit, et que, si on la prend, les époux sont pris tous les deux.

Cette terrible servitude de la mue, l’âpre recherche de l’homme (de plus en plus roi des rivages), enfin la disparition d’espèces antiques qui les nourrissaient richement, ont dû amener pour eux une certaine décadence. Le poulpe, qui n’est bon à rien, qu’on ne chasse ni ne mange, a bien déchu de taille et de nombre. Combien plus le crustacé, dont la chair est si excellente, et dont toute la nature a le goût et l’appétit !

Ils ont l’air de le savoir. Ceux d’entre eux qui sont les moins forts imaginent, on ne peut dire des arts pour se protéger, mais de grossières petites fraudes. Ils s’ingénient et s’intriguent. Ce dernier mot est le vrai. Ils font l’effet d’intrigants, de gens déclassés, qui, sans métier avouable, vivent d’expédients, de ressources peu choisies. Factotums bâtards, ni chair, ni poisson, ils s’arrangent un peu de tout, des morts, des mourants, des vivants, parfois d’animaux terrestres. L’Oxystome se fait un masque, une visière et vole la nuit. Le Birgus, le soir venu, quitte la mer, va à la maraude, monte même sur les cocotiers, mange des fruits, ne trouvant mieux. Les Dromies se dissimulent en se faisant un habit de corps étrangers. Le Bernard-l’ermite, qui ne peut pas achever de durcir sa carapace, imagine, pour garder mieux la partie qui reste molle, de se faire un faux mollusque. Il avise une coquille bien à sa taille, mange l’habitant, s’accommode du logis volé, si bien qu’il le porte avec lui. Le soir, dans ce déguisement, il va aux vivres : on l’entend, on le reconnaît, le pèlerin, au bruit de sa coquille, qu’il ne peut s’empêcher de faire en boitant et trébuchant.

D’autres enfin, plus honnêtes, découragés du mouvement et des combats de la mer, se laissent gagner à la terre, moins guerrière et moins agitée. L’hiver, et presque toujours, ils l’habitent, y font des terriers. Peut-être ils changeraient tout à fait, et se constitueraient insectes, si la mer ne leur restait chère, comme leur patrie d’amour. De même qu’une fois par an les douze tribus d’Israël s’en allaient à Jérusalem pour la fête des Tabernacles, on voit sur certaines plages ces fidèles enfants de la mer qui s’en vont, en corps de peuple, lui présenter leurs hommages, lui confier leurs tendres œufs, à cette grande et bonne nourrice, et recommander leurs petits à celle qui berça leurs aïeux.


Jules Michelet, La Mer, X. Crustacés, la guerre et l'intrigue, 1874.

*

*