Blog

  • Anne

Le Saguaro





Botanique :


Hugues Demeude, dans Les Incroyables Pouvoirs de la Nature (Éditions Arthaud, 2020) nous fait découvrir les secrets du cactus saguaro :


Au fil de l'évolution les plantes se sont adaptées à leur miliex, développant des capacités exceptionnelles, jsqu'à vivire dasn l'eau, ou bien à l'inverse, dans le désert. A l'image du cactus saguaro (Carnegia gigantea) qui a élu domicile dans le désert de Sonotra - le plus grand et le plus chaud des déserts nord-américains (devant le Mojave, le Grand Bassin et le Chihuahua).

Ce désert qui occupe 260 0000 kilomètres carrés comprend le sud-ouest de l'Arizona, le sud-est de la Californie, la péninsule de Basse-Californie et la moitié de l'Etat mexicain de Sonora. Le saguaro est devenu l'emblème de ce territoire aux températures extrêmes, avec ses branches dressées vers le ciel à la manière d'un chandelier. Son allure de colosse, pouvant atteindre jusqu'à 15 mètres de hauteur pour un poids de plusieurs tonnes, en a fait une vedette incontournable et abondamment portée à l'écran dan la majorité des westerns.

A voir la stature imposante de cette force de la nature et le nombre impressionnant de spécimens répartis dans cet univers minéral, on a peine à imaginer le temps qu'il a fallu pour qu'un tel paysage se mette en place. Contrairement au roseau, le saguaro est en effet une plante à croissance lente. Il lui faut vingt-cinq ans pour atteindre 30 centimètres ! Et près de cent ans pour qu'il commence à se ramifier et à dresser ses bras vers le ciel. Un signe de victoire sans doute. Ce cactus est alors à peine au midi de son existence, car il peut vivre jusqu'à deux cent cinquante ans. Les plus anciens ont donc été les témoins de l'épopée des pionniers du Far West.

Si le saguaro est devenu l'emblème du désert de Sonora, c'est aussi et surtout parce qu'il est la clé de voûte de cet écosystème étonnamment riche en biodiversité. Car, dans cette véritableétuve, parvient à vvire une grande variété de faune et de flore. Le saguaro, vrai champion du règne végétal, rend bien des services à cet écosystème, jusqu'à devenir indispensable à sa survie, à l'image de sa fleur, symbole de l'Arizona.

Presque tous les animaux du Sonora l'utilisent en effet d'une manière ou d'une autre. D'abord comme nourriture : ces cactus représentent des réservoirs remplis de jus nourrissant, avec une structure en forme d'accordéon qui leur permet de se gonfler pour stocker le surplus d'eau dès qu'une rare averse les mouille. Le journaliste Douglas Chadwick évoquait cet aspect lors d'un reportage sur le désert de Sonora en septembre 2006 (« Les chants du Sonora », National Geographic, septembre 2006) : « En mai et juin, les mois les plus secs, quand les pluies de l'hiver ne sont plus qu'un lointain souvenir pour a plupart des plantes, le cactus saguaro se couvre de fleurs blanches extravagantes. Leur nectar nourrit les chauves-souris, mais aussi les oiseaux et les insectes qui assurent par ailleurs la pollinisation des fleurs. Celles-ci deviennent ensuite, jusqu'au pluies d'orage, de succulents fruits qui fournissent le boire et le manger à une gamme encore lus large d'animaux allant des iguanes aux renards véloces. »

Les saguaros, vénérés par les Indiens qui leur témoignent toujours beaucoup de respect, sont aussi utilisés comme sites de nidification pour des mammifères, reptiles et oiseaux, à l'exemple des fous à pieds bleus. Ils servent également de refuge à la fraîcheur toute relative mais salvatrice, quand les températures deviennent infernales.

*

*




Usages traditionnels :


Dans un article intitulé "Le cactus Saguaro est un symbole emblématique du sud-ouest américain" (publié le 8 septembre 2021 sur le site iHow) on apprend l'importance de ce cactus dans l'économie indigène de sa région d'origine :


Cactus emblématiques : Les saguaros sont les plus grands cactus d'Amérique du Nord, originaires et communs dans tout le désert de Sonora dans le coin sud-ouest des États-Unis et du nord-ouest du Mexique. Les saguaros sont importants pour l'écosystème de Sonora, car ils fournissent de la nourriture et un abri à divers animaux du désert. Parce qu'ils sont souvent la chose la plus haute du paysage désertique, ils peuvent remplir la niche qui est généralement occupée par les arbres : ils sont la référence du désert pour les oiseaux nicheurs et perchoirs et la protection des autres animaux. Une fois qu'un saguaro est mort et est tombé, son corps en décomposition fournit une importante matière organique à l'écosystème du désert.

Les cactus Saguaro ont également été une importante source de nourriture pour les peuples autochtones du désert de Sonora.

"Les Tohono O'odham (Papago), Kimel O'odham (Pima), Hia c-ed O'odham (Sand Papago) et Seri ont utilisé le saguaro comme plante alimentaire et les côtes de saguaro comme matériau de construction ", explique Kat Rumbley, responsable marketing et média au Arizona-Sonora Desert Museum à Tuscon, Arizona, dans une interview par e-mail. "De nombreux membres de la nation Tohono O'odham récoltent encore des fruits de saguaro à ce jour, car la récolte marque leur nouvelle année et leur fournit du sirop de saguaro pour l'année à venir. Dans les traditions culturelles des Tohono O'odham, les saguaros sont considérés comme des êtres humains, les ancêtres des Tohono O'odham d'aujourd'hui."

*

*




Symbolisme :


Sur le site de l'Université du Québec à Montréal, on peut lire une publication de la Chaire Raloul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques, signée de Sofia Ababou en mai 2020 :


Au sud des États-Unis, le mur de Trump menace la biodiversité


En 2016, le président américain avait promis de construire un mur sur les 3155 kilomètres de frontière qui séparent les États-Unis du Mexique. À quelques mois de l’élection présidentielle, il met les bouchées doubles pour tenir sa promesse de campagne. Or le long de la frontière méridionale, déjà murée sur un tiers de son tracé, la construction du mur a des impacts désastreux sur l’environnement. Le mur menace la biodiversité des écosystèmes transfrontaliers, et provoque la destruction et la fragmentation des habitats de centaines d’espèces menacées, pourtant protégées par le gouvernement. Et ces impacts environnementaux finissent par peser très lourdement sur les communautés des zones frontalières, déjà marginalisées.

[...]

La destruction des emblématiques cactus saguaro, protégés par le Native Plant Protection Act de 1934, alerte tout particulièrement les associations environnementales. Cette plante est non seulement sacrée pour la nation autochtone Tohono O’odham, mais elle est également l’emblème de l’État d’Arizona, et même sur des terrains privés, il faut une autorisation de l’État pour les déplacer.

*

*



Voir aussi : Cactus ; Biznaga ;

6 vues

Posts récents

Voir tout