top of page

Blog

  • Anne

La Coiffe rose des fées




Autres noms : Rhodotus palmatus ; Chapeau-pêche ; Pêche ridée ; Rhodote à filet ; Rhodote en filet ; Rhodote palmé ; Rhodotus réticulé ;



Mycologie :


Selon Robert Kühner, auteur d'un article intitulé "Les grandes lignes de la classification des Agaricales, Plutéales, Tricholomatales (suite)." (In : Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 49ᵉ année, n°4, avril 1980. pp. 225-272) :


[...] L'un des traits les plus remarquables du carpophore de palmatus est le fait que le chapeau est revêtu d'une épaisse cuticule gélatineuse ; il est curieux que cette particularité n'ait pas été signalée par Fries dans sa première description de subpalmatus, car il l'a clairement précisée à partir de Monogr.. Ce revêtement gélifié, dont l'épaisseur oscille autour de 400 à 700 /μm, se différencie de très bonne heure puisque, selon Doguet, il a déjà 300 jam d'épaisseur sur de très jeunes ébauches de carpophores dont le chapeau n'a pas encore 4 mm de large. Il est constitué d'hyphes filiformes, grêles, X 2.5-4.5 /μm, contrastant avec celles de la chair, aérifère par places, dont les hyphes emmêlées sont à base d'articles cylindriques beaucoup plus larges, x 8-15 μm.

R. Maire a bien remarqué que la gélification atteint aussi partiellement la trame des lames ; selon lui, celle-ci comprend un médiostrate assez mince, à éléments assez étroits, duquel divergent des hyphes gélifiées formant un hyménopode gélatineux, épais, surmonté d'un sous-hyménium mince, rameux, dense. D'après nos observations, les hyphes de la région gélifiée de la trame des lames ressemblent à celles de la région gélifiée du chapeau par le fait qu'elles sont, comme elles, filiformes, grêles X 3-3.5 /μm ; dans la base des lames s'observe un coin très marqué, formé d'hyphes plus grosses, et qui n'est qu'une pénétration de la chair piléique dans les lames ; cette pénétration diminue progressivement de largeur au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la base des lames et s'oblitère complètement à quelque distance de celle-ci. La bilatéralité de la trame des lames, notée par Maire, est faible selon nous ; selon Singer si elle est distincte dans la jeunesse, elle l'est moins plus tard. [...]

*

*




Symbolisme :


On me raconte à l'oreille :


Les marbrures si particulières de ce champignon ainsi que sa douce couleur saumon en font une coiffe particulièrement prisée par les Fées des pêchers et celles des rosiers pour une occasion bien spécifique : les bals des débutantes où les jeunes fées doivent faire la preuve de leurs dons magiques. Outre la coiffe la plus extravagante possible creusée dans le champignon, elles doivent trouver une utilité à la fois pratique et esthétique aux gouttelettes dorées qui perlent du pied du rhodote en filet.

Toutes cherchent à surpasser la Fée Roselinette qui en l'an 208 de l'ère féérique 3 gagna haut la main le concours en confectionnant une coiffe à la fois grandiose et délicieusement élégante. Elle parfuma les gouttes d'or avec les molécules exquises de la rose de Damas et réussit à en faire de petits diffuseurs permanents.

Qui la détrônera ?

*

*

2 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page