Blog

  • Anne

Le Podophylle




Autres noms : Podophyllum peltaltum ; Citron des ratons laveurs ; Citron sauvage ; Mandragore d'Amérique ; Pied-de-canard ; Podophylle d'Amérique ; Podophylle pelté ; Pomme aux cochons ; Pomme de mai ; Pomme des nègres.




Botanique :





Usages traditionnels :


Ernest Small et Paul M. Catling, auteurs de Les Cultures médicinales canadiennes (Les Presses scientifiques du CNRC, Ottawa, 2000) recensent divers usages du Podophylle :


Les Ménomini faisaient bouillir la plante entière et utilisaient le liquide ainsi obtenu comme insecticide pour la culture des pommes de terre, qui venait d'être introduite. Comme le podophylle est sans doute utilisé par les Amérindiens depuis plusieurs milliers d'années, ces peuples ont pu cultiver l'espèce et l'ont probablement disséminée. D'ailleurs, plusieurs des stations les plus nordiques de l'espèce, au Canada, sont à proximité d'anciennes habitations amérindiennes. Dès 1619, Samuel de Champlain avait observé que les Hurons de Cahiagué (une des plus grandes agglomérations de l'époque, avec 5000 habitants, dans le nord du comté de Simcoe, en Ontario) consommaient les baies de podophylle. Champlain a même écrit que « ces fruits sont abondants et extrêmement bons à manger. » Les premiers colons faisaient des confitures avec les fruits du podophylle et cultivaient un peu la plante. Au 19e siècle, le botaniste Asa Gray, de l'université Harvard, disait que le fruit était consommé « par les cochons et les petits garçons ». Selon la plupart des livres modernes sur les plantes sauvages comestibles, ce fruit a bon goût. Il faut seulement se rappeler que le fruit non mûr est à la fois amer et toxique. On dit que le fruit mûr fait d'excellentes gelées et marmelades. Dans certaines localités, on prépare une boisson fort populaire en mélangeant des baies de podophylle à de la limonade ou du madère. Un grand spécialiste des plantes médicinales, James A. Duke, a même écrit une petite chanson à ce sujet :


Les toxicologues disent que c'est risqué

De voire du madère podophyllé,

Mais si la liste était dressée

Des toxines que nous mangeons,

C'est de peur que nous mourrions.

*

*



Symbolisme :


Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Podophylle (Podophyllum peltaltum et Podophyllum emodi) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mercure

Élément : Feu

Pouvoirs : Identiques à ceux de la mandragore.

Parties toxiques : Feuilles et rhizome.


Les Podophylles sont de hautes plantes vivaces, à rhizome horizontal blanchâtre, d'où naissent deux grandes feuilles très découpées sur les bords. Les fleurs, blanches, sont solitaires et cachées par les feuilles. Le fruit est une baie jaune clair, grosse comme une belle prune. On en connaît deux espèces : le Podophyllum emodi, originaire de l’Himalaya, et le Podophyllum peltaltum, très courant dans le sud des Etats-Unis. Les feuilles des deux variétés sont vénéneuses. Le rhizome du Podophylle américain contient une résine active, bien connue des Indiens, longtemps avant l'arrivée des colons anglais, pour ses propriétés médicinales, et, par extension, magiques. Dans les Etats du Sud, les Noirs mangeaient les fruits de ce Podophylle, les disputant aux ratons laveurs qui en sont eux aussi très friands.

Dans les années vingt, le Ku-Klux-Klan plantait des Podophylles en bordure des champs de coton. Des sentinelles cachées veillaient. Lorsqu'un « raton » s'approchait pour cueillir les Pommes de mai, aussitôt les hommes du Klan lui sautaient dessus. Le malheureux était vite ficelé et pendu haut et court pour « vol sur une propriété privée ».


Utilisation magique : La mandragore d'Amérique, c'est-à-dire le Podophylle pelté, est généralement utilisée comme substitut de la vraie mandragore. Ses vertus sont pratiquement identiques. Notons toutefois que les Podophylles asiatiques et américains n'ont aucune relation botanique avec la mandragore européenne.

*

*

Selon Ernest Small et Paul M. Catling, auteurs de Les Cultures médicinales canadiennes (Les Presses scientifiques du CNRC, Ottawa, 2000) :


Mythes, légendes et anecdotes :

  • Le podophylle pousse parfois en cercles (en ronds de sorcière), comme certains champignons et certaines fougères.

  • E. M. Frieders écrit dans un des sites webs énumérés plus loin : « Comme les petits fruits comestibles du podophylle sont jaunes et ont la forme d'un citron, pourquoi n'appelle-t-on pas la plante "citron de mai", plutôt que "pomme de mai" ? »

*

*

12 vues

Posts récents

Voir tout