Blog

  • Anne

Le Chardon doré




Autres noms : Scolymus hispanicus ; Cardon d'Espagne ; Cardousse ; Chardon d'Espagne ; Epine jaune ; Scolyme d'Espagne ;




Botanique :


Manel Baibeche, Rania Chouieb, et Z. Medjahed, Encadreur, autrices de Propriétés anti-oxydantes de trois plantes médicinales Plantago serraria, Plantago lanceolata et Scolymus hispanicus. (Thèse de doctorat. Université de Jijel, 2020) nous présentent le Chardon d'Espagne :


Généralités sur la Famille de Scolymus : La famille de Scolymus présente des caractères morphologiques divers : herbes annuelles ou vivaces, plus rarement des arbustes, arbres ou plantes grimpantes et quelques fois, plantes charnues (Junich et al., 1994). Les scolymes se distinguent notamment d'eux par leurs fleurs ligulées (et non tubulées) et par le fait que les capitules poussent à l'aisselle des feuilles, et non à l'extrémité de la tige. Les feuilles, épineuses, alternes, sont nombreuses et profondément découpées, surtout au sommet de la tige. Les fleurs, formant des capitules axillaires, sont jaune dorées, à cinq dents. Les fruits sont des akènes à Pappus assez peu important, parfois absent. (Brahim, 2011).

Genre Scolymus : Le genre Scolymus appartient à la famille des Astéracées qui sont une famille appartenant aux dicotylédones, comprenant plus de 1500 genres et plus de 25000 espèces (Brahim, 2011). Il comprend 3 espèces, le S. hispanicus le S. maculatus et le S. grandiflorus. Ce sont des chardons qui se caractérisent par des capitules homogames, multiflores avec des fleurs ligulées, tous hermaphrodites involucres à bractées imbriquées sur plusieurs rangs , portant par ailleurs un involucre supplémentaire constitué par des bractées pectinées épineuses (Quezel et Santa, 1963)


Présentation de la plante : Scolymus hispanicus est une plante bisannuelle qui atteint jusqu'à 1,20 m et même plus, elle est caractérisée par des fleurs jaunes, des tiges à des ailles interrompues, très rameuse, Bractées externes de l’involucre non cupide, les feuille sinuées-pennatifides, épineuses, dépourvues de bord cartilagineux (Quezel et Santa, 1963). Le chardon doré (Scolymus hispanicus) appartient à la famille des astéracées.

Cette plante est utilisée à la fois comme médicament et comme légume ; c'est la partie centrale des feuilles de cette plante qui est consommée.


Habitat et répartition : Scolymus hispanicus se trouve dans des régions non cultivées, mais comme c'est l'un des légumes célèbres et préférés sur les marchés turcs, il est également nécessaire de cultiver cette plante dans les champs et les fermes (Sari et al., 2011). C’est une plante très rustique et résistante au froid, il préfère généralement le sol qui est riche en matière organique (Vázquez, 2000). Elle est largement utilisée par les habitants de Portugal, le Maroc, l’Algérie, la Grèce, l'Italie, la Turquie et la France (Vázquez, 2000).

*

*




Usages traditionnels et bienfaits :


Selon Manel Baibeche, Rania Chouieb, et Z. Medjahed, Encadreur, autrices de Propriétés anti-oxydantes de trois plantes médicinales Plantago serraria, Plantago lanceolata et Scolymus hispanicus. (Thèse de doctorat. Université de Jijel, 2020) :


Une enquête publiée en 2006, menée auprès des herboristes a montré que Scolymus hispanicus s’emploie traditionnellement contre les calculs rénaux, (Tunalier et al., 2006). La partie centrale des feuilles de cette plante est consommée comme alimentation humaine. Les racines sont utilisées comme substitut du café et les fleurs comme alternative du safran (Polo et al., 2009).

En Algérie, Scolymus hispanicus est consommée comme salade, soupes ou ragoûts. Elles soulagent les maux d’estomac. La plante adulte est utilisée contre les maladies du foie et des intestins (Siddhuraju et al., 2007).


Propriétés anti- oxydantes des composés identifiés : Le contenu phénolique extrait de cette plante a été testé pour son pouvoir antioxydant, et il a ensuite été observé que la concentration des composés phénoliques de S. hispanicus à 10 μg / ml a montré une capacité antioxydant et une protection de l'ADN d'environ 20% dans les lymphocytes, où les dommages oxydatifs à l'ADN ont été introduits à l'aide de peroxyde d'hydrogène (Kapiszewska et al., 2005). Sari et Tutar, (2009) ont rapporté que les racines de S. hispanicus contiennent du taraxastérol et des triterpénoïdes d'acétate de taraxastérol, et que les triterpénoïdes ont des effets anti cancérigènes, il a été rapporté qu'ils arrêtent les cycles cellulaires chez les cellules cancéreuses (Kapiszewska et al., 2005). Il est également rapporté qu'ils améliorent la croissance des cellules fibroblastiques (Shirai et al., 2015). [...]


En 1997, Des études ont était mené sur l’extrait éthanoïque de l’écorce et de la racine de S. hispanicus, son composé principal l’acétate de Taraxasteryl à montrer une activité antispasmodique sur l’iléon des rats isolé (Kirimer et al., 1997). L’extrait hydro alcoolique de S. hispanicus est testé sur l’activité antifongique , il a été prouvé que cet extrait inhibe le développement d’un champignon (Botrytis cinerea) à 4% (Ionescu et al., 2009). Des études ont été mené afin d’étudier le potentiel thérapeutique des extraits aqueux et méthanoliques de S. hispanicus contre le diabète type 1 qui a été provoqué par une injection de la streptozotocine (65mg/kg de poids corporel) chez des rats, les résultats ont montré que les extrait sont diminué (p<0,05) à jeun le niveau de glucose dans le sang (Ozkol et al., 2013). En Turquie l’écorce et les racines de S. hispanicus sont commercialisés comme traitement contre les calculs rénaux et de la vessie (Vazquez, 2000 , Tunalier et al., 2006).

*

*




Mythes et légendes :


D'après Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


SCOLYMON, chez les Grecs ; Scolymus chez les Latins : plante aphrodisiaque. — Elle fleurit, dit Porta (Phytognonomica, Naples, 1588), dans le temps « quo mulieres libidinis avidissimae et viri ad coitum pigerrimi ». Porta ajoute cette explication : « Aestate, quia viri ad venerem languidiores, herbae nascuntur venerem adjuvantes. Scolymon venerem stimulat in vino, Hesiodo et Alcinoo testibus, qui, florente ea, cicadas acerrimi cantus esse, et mulieres libidinis avidissimas, virosque in coitum pigerrimos scripsere, veluti providentia Naturae, hoc adjumento valentissimo, ex Plinio. »

*

*


Voir aussi : Carline ; Cardère ; Chardon ; Chardon Roland ; Panicaut ;



18 vues

Posts récents

Voir tout