Blog

  • Anne

La Ximénésie



Autres noms : Ximenesia encelioides ; Verbesina encelioides ;



Botanique :


Légende de l'illustration :


1) Bidens laevis ;

2) Arnica cordifolia ; Arnica

3) Gaillardia aristata ; Gaillarde aristée

4) Senecio fendleri ; Séneçon flagellaire

5) Ximenesia encelioides ; Ximénésie

6) Actinella richardsonii ;

7) Helianthella parryi ;















*

Selon Jean-Paul Peltier, rédacteur du site Biodiversité végétale du sud-ouest marocain :


La Verbesina encelioides est une plante originaire du Mexique, de naturalisation récente au Maroc (Dobignard, 2004). Zones anthropisées et rudéralisées sablonneuses de toute la zone littorale depuis la région d'Essaouira jusqu'à Tiznit, remonte l'oued Sous encore très à l'amont de Taroudannt.

Dans le Souss il s'agit de la sous espèce encelioides à feuilles densément pubescentes et presque toutes auriculées.
















Symbolisme :


Emma Faucon, autrice d'un ouvrage intitulé Le langage des fleurs. (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) rapporte une équivalence du Calendrier de Flore :


Novembre - Ximénésie enceloïde

Le troisième jour de ce mois est la fête du patron des chasseurs, et la Saint-Hubert rassemble chaque année les amateurs de la chasse. Dans les principaux châteaux de l'Allemagne, le seigneur du lieu convie ses amis à une messe solennelle qui est célébrée en l'honneur du saint, afin qu'il soit favorable aux chasseurs,

Autrefois, les Égyptiens honoraient particulièrement Osiris, fille des eaux, et c'était avec raison, puisque le Nil, rentré dans son lit, laisse éclore de toutes parts, dans les campagnes qu'il a quittées, les fleurs, les fruits, les grains et la verdure fécondés par son limon.


Les vents froids sont venus, leur souffle décolore

L'émail qu'en nos jardins le printemps fit éclore ;

Sur ses bras tortueux languissamment couché

Le triste chèvrefeuille expire desséché ;

Le pavot, à ses pieds, voit tomber sa couronne,

Le panache azuré, dont l'iris s'environne,

Effeuillé par les vents, flotte dans les bosquets ;

Le lilas, tout honteux, cherche en vain ses bouquets ;

De l’amoureux pasteur la parure est flétrie,

Le gazon pâlissant languit dans la prairie ;

Et jusqu'au fond des bois, les chênes, les ormeaux,

D'un feuillage moins vert, ont bruni leurs rameaux.

 

Dans le Nouveau langage des fleurs et des fruits : ouvrage complet (Bernardin-Béchet Libraire-Éditeur, 1872) proposé par Mlle Clémentine Vatteau, on a une équivalence symbolique entre la ximénésie et un défaut humain :


XIMÉNÉSIE, plante à fleurs jaunes : Tentation.

*

*


9 vues

Posts récents

Voir tout