Blog

  • Anne

L'Ulloa




Étymologie :


Le genre Juanulloa a été créé en hommage à deux explorateurs espagnols, George Juan et Antonio de Ulloa (1716-1795), qui ont exploré le Pérou.


Autres noms : Juanulloa aurantiaca ;




Botanique :


Dans sa thèse intitulée De la famille des Solanacées (Paris, Martinet imprimeur, 1864) M. Alphonse Milne Edwards propose une des rares descriptions en français disponible sur le net :


Le genre Juanulloa , dans lequel se fondent les genres Ulloa (Pers.) , Juanulloa et Sarcophysa , de Miers, se compose de plantes frutescentes des parties les plus chaudes de l'Amérique du Sud. Le calice, ample, coloré, renflé, ovale ou tubuleux, charnu ou membraneux, présente 5 divisions plus ou moins longues, dressées et aiguës ; la corolle, charnue ou membraneuse, est tubuleuse, à limbe court, à 5 lobes arrondis en préfloraison imbriquée ou quinconciale ; les étamines, au nombre de 5, dressées, plus courtes que le tube, sont insérées à la base de la corolle ; les filets, linéaires et villeux à la base, supportent des anthères linéaires, sagittées, à déhiscence longitudinale, introrse ; l'ovaire est entouré par un disque charnu, il se compose de 2 loges multi-ovulées et devient une baie protégée par le calice.

Le Juanulloa aurantiaca, que l'on cultive dans le jardin botanique du Muséum, porte des fleurs d'un jaune orangé. Le calice (figure ci-dessous) est découpé en 5 grandes dents aiguës, qui se développent en préfloraison valvaire et un peu réduplicative ; la corolle, en préfloraison quinconciale, présente 5 lobes obtus et ouverts ; les 5 étamines alternent avec les pétales ; elles sont incluses, à filets insérés sur la partie contractée de la corolle ; les uns sont poilus, les autres glabres ; les filets supportent des anthères submucronées,

biloculaires, attachées au filet par un connectif linéaire ; l'ovaire, entouré d'une couronne glanduleuse à la base, est supère, à style dressé, lisse, épais et fistuleux ; il se termine par 2 palettes stigmatiques, superposées aux loges ; les ovules sont anatropes.








Symbolisme :


Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Uloa - Je compte sur vos services.

Joli arbrisseau du Mexique qui porte des fleurs tubuleuses d'un beau jaune orange. On le cultive en serre tempérée.

 

*

*

12 vues

Posts récents

Voir tout