top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

L'Anémone puante




Étymologie :


  • Le nom générique Aseroe fait référence à la gléba brunâtre, collante et malodorante qui porte les spores et vient du grec Asē- et -roe, qui signifie « jus dégoûtant ». L'épithète spécifique rubra fait référence à la couleur des bras du corps fructifère fongique et vient du latin ruber qui signifie rouge.


Autres noms : Aseroe rubra - Champignon anémone de mer - Champignon étoile - Champignon étoile de mer - Vomissement du Diable -



Mycologie :


Voilà une fiche descriptive, compilée par V. Ryan pour l'atelier QMS Gastéromycètes (août 2013. Mis à jour en novembre 2017, disponible sur le Net) :


Aseroë rubra Labill., 1806


Description : Stipe surmonté d'un anneau rayonnant de bras fourchus ressemblant à des tentacules. La couleur varie du rouge vif typique au rose, en passant par le rouge-orange, l'orange et le jaune citron. Des formes blanches ont également été signalées. Le nombre de bras varie considérablement.


Œuf : Typiquement blanc terne à gris, mais il peut être aussi gris foncé ou rosé, voire violacé ou brunâtre. Jusqu'à 30 mm de diamètre avec des rhizomorphes blancs à la base. Texture gélatineuse. Les restes de l'œuf sont visibles sous la forme d'une volve à la base de la tige de la fructification mature, souvent semi-enterrée dans le substrat.


Stipe : Peut être à peine sorti de l'œuf ou mesurer jusqu'à 80 mm de long - généralement jusqu'à 60 mm, ou 30 mm de diamètre, cylindrique ou évasé vers le haut. Creux, lisse, mais avec une surface et une texture spongieuses, sèche. La base de la tige est généralement blanche ou teintée de rose, et la couleur s'intensifie progressivement vers le haut jusqu'à l'extrémité de la tige. La paroi est de structure cellulaire.


Disque : Il s'agit d'un diaphragme plat, d'un diamètre pouvant atteindre 35 mm, qui recouvre le sommet du stipe creux. Il peut être lisse ou très grossièrement ridé et il peut s'agir d'un disque complet ou d'un trou en son centre. Sa couleur est variable, mais elle est généralement rouge ou rose. Il est parfois recouvert par la gléba. Le bord extérieur du disque forme un rebord épaissi et étalé jusqu'au sommet du stipe, à partir duquel les bras sont attachés.


Bras : 5-9, typiquement rouge vif, fourchus, rayonnant à partir du sommet du stipe comme les rayons d'une étoile, jusqu'à 40 mm de long et 6 mm de large à la base, se rétrécissant vers les extrémités. Les surfaces supérieure et inférieure peuvent être lisses ou ridées. Les bras sont souvent tordus ou enroulés et se composent d'un certain nombre de chambres creuses. La couleur, le nombre et la largeur des bras varient (certains A. rubra d'outre-mer ont jusqu'à 22 bras) ; les fourches peuvent être plus ou moins effilées, et le point de bifurcation peut être plus proche du stipe ou des pointes. Certains bras peuvent rester soudés à leur extrémité.


Gleba : Brun, brun-olive à noir. Texture visqueuse, recouvrant parfois le disque ou en boules à la base des bras. Odeur intensément fétide, de viande en décomposition ou d'égouts. Si vous touchez cette masse de spores, l'odeur peut rester sur vos mains pendant des heures.


Spores : De taille assez variable : 3-7 x 1,5-3 μm, cylindriques, lisses, hyalines ou teintées.


Habitat : Cette espèce est commune dans la moitié orientale de l'Australie, dans les forêts tropicales et les débris ligneux (troncs en décomposition sur le sol des forêts) et souvent dans les plates-bandes bien paillées ou en copeaux de bois, parfois en grandes troupes.


Notes : Aseroë rubra a l'honneur d'être le premier champignon à avoir été signalé en Australie. Il a été collecté le 1er mai 1792 sur les rives de Recherche Bay, juste au sud de Hobart, par le naturaliste français Labillardière qui faisait partie d'une expédition à la recherche de l'explorateur perdu, La Pérouse.

*

*




Symbolisme :


Synthèse de Chat GPT du 4 mai 2024 :


Aseroe rubra, aussi connu sous le nom de "vomissement du diable", est une espèce de champignon qui se distingue par son apparence étrange et sa mauvaise odeur. Le symbolisme associé à cette espèce peut varier selon les cultures et les interprétations individuelles, mais voici quelques idées générales :


  1. Décomposition et renaissance : Comme beaucoup de champignons, Aseroe rubra se développe souvent dans des environnements de décomposition organique. Par conséquent, il peut symboliser le processus de décomposition nécessaire à la renaissance et à la régénération dans la nature.

  2. La dualité de la beauté et de la laideur : Aseroe rubra est souvent considéré comme peu attrayant en raison de son apparence et de son odeur désagréable, mais il peut aussi être vu comme beau dans sa propre manière unique. Ce contraste peut symboliser la dualité de la beauté et de la laideur dans la nature et dans la vie en général.

  3. La transformation et la métamorphose : Comme beaucoup de champignons, Aseroe rubra subit un processus de croissance et de transformation. Il peut donc symboliser la capacité de changer et de se transformer, ainsi que les cycles de la vie, de la mort et de la renaissance.

  4. Le mystère et l'étrangeté : En raison de son apparence inhabituelle et de son comportement étrange, Aseroe rubra peut évoquer le mystère et l'étrangeté de la nature. Il peut symboliser l'inconnu et inviter à explorer les mystères cachés du monde naturel.

*

*




Philatélie :



15 vues

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page