Blog

  • Anne

Le Coucou (fleur)




Étymologie :

  • COUCOU, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. 1. 2e moitié xie s. judéo-fr. cucu « oiseau grimpeur du genre pie » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, p. 38) ; ca 1180 cucu (M. de France, Fables, 46, 8 ds T.-L.) ; 1538 couquou (Est., s.v. cuculus) ; d'où 1832 « horloge dont la sonnerie imite le cri du coucou » (G. Sand, Valentine, p. 327) ; [1829 coucou « montre » ds Bras-de-Fer, Nouv. dict. d'arg., p. 44] ; 2. a) 1557 coquu « primevère » (L'Escluse ds Roll. Flore t. 9, p. 67) ; 1667 cocou (Pomey, Indiculus univers., p. 49, ibid.) ; 1671 coucou (Pomey) ; b) 1845 « narcisse des bois, des prés » (Besch.) ; 3. a) [ca 1800 « petite voiture publique qui conduisait les voyageurs dans les environs de Paris » ds Brunot t. 10, p. 900 et FEW t. 2, p. 1455 a] 1813, 19 juin cochers de coucou (Jouy, Hermite, t. 4, p. 6) ; b) 1914, 24 déc. « avion » (Lectures pour tous, août 1915, p. 148 ds Esn. Poilu, p. 176) ; c) 1916 « petit train » (ibid., p. 177). II. 1660 « cri des enfants jouant à cache-cache » faire Coucou (Oudin, Fr.-Esp.) ; 1887 « cri pour manifester sa présence » (Zola, loc. cit.). I du lat. class. cŭcūlus « oiseau grimpeur du genre pie » avec infl. du cri de l'oiseau pour le développement phonét. : redoublement du [k] [type kükü], peu à peu assimilation des deux voyelles (types koku, kuku) ; le lat. désigne à l'époque impériale la morelle noire (Pline ds André Bot. ); cf. brachacuculi « primevère » (1542 ds Roll. Flore t. 9, p. 63) ; brayes de cocu (1544, ibid., p. 65). II, onomatopée imitant le cri de l'oiseau du même nom.


Lire également la définition du nom coucou pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Primula veris ; Clef de Saint-Pierre ; Fleur des clefs (à cause de la ressemblance de l'ombelle à un trousseau de clefs) ; Primevère officinale ;

*

*




Botanique :


*




Utilisation et bienfaits :


Selon Patrick Mioulane auteur d'un article intitulé PRIMEVÈRE OFFICINALE : APPELEZ-MOI COUCOU… :


Les jeunes feuilles du coucou se consomment cuites à la vapeur, ou en soupe, avec des pommes de terre et des oignons. On s’en sert aussi parfois pour aromatiser le thé.

Les fleurs peuvent décorer des salades. Mais on en prépare aussi une boisson apaisante en les faisant fermenter dans du vin, du miel et du citron. La macération donne un breuvage naturellement pétillant, le coucou renfermant une concentration importante d’acide carbonique.

[…]

Le coucou qui guérit

Au douzième siècle, Sainte Hildegarde recommandait le coucou contre la mélancolie, la paralysie et l’apoplexie. Après avoir été délaissée plusieurs siècles, elle est revenue en grâce à la Renaissance.

De nos jours, on a confirmé que les racines (en réalité les rhizomes) de la primevère vraie et à un degré moindre les feuilles et les fleurs, possèdent des vertus expectorantes, d’où son nom courant de « primevère officinale ». La décoction de racine se prépare à raison de 30 g/l ; il faut en prendre trois tasses par jour bien sucrées. Avec son goût d’anis dû à la présence de primuline et de primulavérine (des glucosides), cette tisane permet de lutter contre les affections respiratoires, notamment les bronchites.

Les fleurs hachées, mélangées à du miel dilué dans un peu d’eau constituent un remède apprécié contre la toux.

Les feuilles bouillies appliquées chaudes sur les articulations calment les rhumatismes.

*

*




Symbolisme :


D'après Nicole Parrot, auteure de Le Langage des fleurs (Éditions Flammarion, 2000) :


"Le coucou vante la suavité, la gourmandise et la tendre sensualité. Peut-être parce qu'il est uniquement jaune, couleur crainte par les superstitieux, il est parfois associé à "l'infidélité". Celui qui offre les petites clochettes d'or craint-il d'en souffrir ? Ou craint-il d'y céder ? C'est selon.

Cependant, en même temps, le coucou recommande : "attendons un moment plus propice". Allons, cette sage précaution montre son sérieux et devrait dissiper toute inquiétude. D'ailleurs sa triste réputation provient sans doute de son homonymie avec l'oiseau du même nom, un profiteur qui dépose ses œufs dans le nid d'autres oiseaux. Tout s'explique.

La petite fleur jaune à minuscules conques jaunes réunies en faisceau est également appelée primevère officinale - qui elle-même n'est ps la primevère des jardins, de toutes les couleurs. Poussant au printemps dans la mousse des sous-bois, le coucou exhale un parfum unique, délicieux. Il mérite qu'on se penche jusqu'à lui pour le respirer avant de le cueillir. Ce que faisait peut-être Winston Churchill. Il aimait poser un bouquet e coucous sur son bureau, devant la photo de sa belle Clémentine. Un environnement parfait pour écrire dans le calme les superbes discours qui réconfortèrent son peuple durant les années de guerre.


Mots-clefs : "Inconstance et sensualité"

*

*

Sur le site de Newsjardintv.com en date du 14 novembre 2014, Patrick Mioulane propose un article intitulé PRIMEVÈRE OFFICINALE : APPELEZ-MOI COUCOU… dans lequel il évoque quelques anecdotes à propos du coucou :


Le coucou est associé à la fête des Rameaux (le dimanche qui précède Pâques). Il était de coutume à cette occasion de disposer sur les tombes, des potées de primevères de printemps, dans une tradition similaire à celle des chrysanthèmes à la Toussaint. Les raisons du choix de la plante sont d’ailleurs identiques, à savoir leur époque de floraison précoce pour l’une, tardive pour l’autre.

[…]

La Ligue de la primevère

La petite histoire veut, que, en Angleterre, vers la fin des années 1870, alors que Benjamin Disraeli (1804-1881) venait d’être reconduit par la reine Victoria pour un second mandat de premier ministre, lors d’un bal donné en l’honneur de ce leader du parti conservateur, une jeune femme fit une entrée remarquée parce qu’elle portait pour seul bijou une couronne de coucous. Elle avait cueilli les fleurs elle-même dans un pré voisin. Séduit par cette charmante présence bucolique, Benjamin Disraeli, qui fut également un auteur de romans réputé et qui portait le titre de 1er comte de Beaconsfield, veilla à porter chaque printemps une fleur de coucou à sa boutonnière.

Lors des funérailles de Disraeli, la Reine Victoria (1819-1901) fit personnellement envoyer une couronne de primevères avec un mot écrit de sa main. En 1883, il fut fondé en son honneur la « Ligue de la primevère », notamment par Randolph Churchill (1849-1895), le père de Winston. Les membres se faisaient un honneur de déposer chaque 19 avril (jour du décès de Disraeli) des bouquets de coucous sur sa tombe et des couronnes sur ses statues. La Ligue de la primevère (Primrose league) fut active jusque dans les années 1860.

*

*





Contes et légendes :


Sur le site Plantes-sauvages-comestibles.com, on apprend que :


En Europe du Nord, la légende dit qu’à l’endroit précis où tombèrent les clés du paradis des mains de Saint Pierre, naquit la primevère avec ses fleurs capables d’ouvrir la porte du ciel. En effet, quand, à la sortie de la grisaille de l’hiver, on contemple la première fleur de primevère, on s’y croirait presque… Elles ont quelque chose d’apaisant, de joyeusement paisible et elles sentent délicieusement bon le miel. Pas étonnant que Hildegarde de Bingen conseillait leur usage pour lutter contre la mélancholie.

*




Littérature :


Le Coucou


Coucous des bois et des jardins,

J’ai le cœur joyeux, j’ai le cœur tranquille.

Coucou fleuri, coucou malin,

Je viendrai te cueillir demain.

J’ai le cœur joyeux, j’ai le cœur tranquille,

De bon matin.


Robert Desnos, "Le Coucou" in Chantefables et Chantefleurs, 1952.

*

*


Lire également l'article sur la Primevère.


236 vues