Blog

  • Anne

La Moutarde


Étymologie :

  • MOUTARDE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1223 « condiment préparé avec des graines de moutarde pilées, additionnées d'aromates et délayées avec du moût » (Gautier de Coinci, éd. V. F. Koenig, I Mir. 11, 1081) ; b) 1269-78 bot. (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 14426 : un grain de moustarde) ; 2. 1640 la moustarde me monte au nez (Oudin Ital.-Fr., s.v. mostarda) ; 3. a) 1658 sauce moutarde « galantine » (d'apr. FEW t. 6, 3, p. 272b) ; b) 1935 sauce moutarde (Ac.) ; 4. 1916 en appos. « couleur de moutarde » (d'apr. Esn. Poilu, 297) ; 5. 1931 gaz moutarde « ypérite » (Lar. 20e). Dér. de moût*, ce condiment étant d'abord fabriqué avec du moût.

Étymol. et Hist. Ca 1256 (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. Landouzy et Pépin, 77, 25). D'un lat. pop. *sinapatum, dér. de sinape, sinapi, sinapis « sénevé, moutarde (plante) et sa graine », gr. σ ι ́ν α π ι « sénevé ».


Lire également la définition des noms moutarde et sénevé pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Brassica nigra ; Grênette ; Navuce rouge ; Ravenelle ; Sangre ; Sénevé à feuilles de rave ; Sénevé noir ; Sèrbé ; Sinfe noire ;

Sinapis alba ; Bûre ; Graine de beurre ; Heurleu ; Jotte blanche ; Moutarde à feuille d'ache ; Orille ; Ravenelle blanche ; Sénevé blanc ; Verzou.

*

*




Botanique :


*




Fleurs de Bach :


D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


La fleur de moutarde est pour " Ceux qui sont sujets à des moments sombres ou même de désespoir, comme si un nuage noir et froid au-dessus d’eux leur cachait la lumière et la joie de vivre. Il peut être impossible de donner une raison ou explication à de telles crises. Dans de telles circonstances, il est presque impossible de paraître heureux ou gai."

*

*

Selon Mechthild Scheffer, auteure du coffret de cartes Les Fleurs du Dr Bach, le chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française : Médicis-Entrelacs, 2001), la fleur de moutarde est "la fleur de la lumière" qui nous guide dans le processus de transformation "de la sombre mélancolie... vers la clarté intérieure."


Message de la carte :

Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Si l'on s'ouvre inconsciemment à des vagues d'émotion collective sans pouvoir se raccorder consciemment à son propre Moi supérieur, on devient le jeu de ces mouvements oscillatoires et contradictoires. tout ce que l'on peut faire dans ce cas c'est attendre que la vague nous porte vers le haut. En acceptant consciemment ces émotions quand elles se présentent, on contribue à la transformation de ces potentialités inconscientes propres, ainsi qu'à celles du courant émotionnel collectif.


Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Sous la conduite de mon Moi supérieur, je me décide à développer davantage mon individualité, de sorte que je serai moins exposé sans recours aux mouvements d'émotion collective. Je pourrai vivre de manière plus consciente les hauts et les bas de l'existence et je pourrai u trouver un sens personnel.


Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Mustard s'accroît :

J'ai un aperçu plus différencié de mon monde émotionnel et je le vis de manière plus consciente.


État d'âme négatif : Désintérêt - Démotivation : Profonde tristesse ; des périodes de mélancolie viennent et s'en vont sans raison apparente.

*

*

*

*




Symbolisme :


La parabole biblique du grain de moutarde : « Le royaume de Dieu est semblable à un grain de moutarde qu’un homme a pris et semé dans son champ. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais quand elle a poussé, elle est plus grande que les légumes et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel, viennent habiter dans ses branches. »

(Mathieu 13 : 31 et 32)

 

Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Moutarde - Vous êtes cause de mes larmes.

Cette plante, dont toutes les espèces croissent dans les champs, est trop connue pour être décrite . On connaît l'action de la farine tirée de ses graines, soit comme condiment dans la cuisine, soit comme sinapisme dans la médecine.

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), le Mouron des oiseaux (Stellaria media) a les caractéristiques suivantes :


La Moutarde noire (Brassica nigra) est celle dont les graines, mises à macérer avec du vinaigre et divers aromates, servent à confectionner le condiment de table.

Les autres Moutardes font partie du genre Sinapis.

La Moutarde blanche (Sinapis alba) fournit la farine de Moutarde, employée pendant plusieurs siècles pour confectionner des cataplasmes, ou dans la préparation des bains de pieds sinapisés.


Genre : Masculin

Planète : Mars

Élément : Feu

Divinité : Asclépios-Esculape

Pouvoirs : : Fécondité ; Voyage astral ; Protection.


Utilisation magique : Les fakirs employaient la graine de Moutarde pour les voyages hors du corps ; on remarquera cependant que la tradition hindoue, dans son ensemble, condamne l'utilisation d'adjuvants, quels qu'ils soient. Seuls les esprits grossiers ont besoin de s'aider artificiellement à briser les liens de la matière ; un vrai yogi « décolle » très rapidement, par les seules techniques de respiration (prana).

Au Moyen-Orient, les graines de la Moutarde blanche entrent dans des sachets protecteurs que l'on porte généralement sur son cœur ; en Afghanistan, ils sont en tissu rouge.

Dans la région de Roccastrada, en Toscane, les paysans répandaient des graines de Moutarde sauvage sur le pas de leur porte pour protéger le foyer. Dans beaucoup de communes d’Italie du Nord, on brûlait de la Moutarde dans les étables contre les maladies du bétail.

La Moutarde favorise la fécondité ; les femmes qui veulent être enceintes devraient consommer beaucoup de ce condiment, l'idéal étant de le confectionner soi-même à la maison, selon de vieilles recettes familiales. Rappelons ici, une fois de plus, que les plantes et les herbes qui ont subi les préparations industrielles modernes n'ont plus, en magie, aucune valeur.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


Si, selon Pline, toutes les moutardes sont "très salutaires pour l'organisme", on distinguera la moutarde blanche de la moutarde noire : la première, employée depuis fort longtemps dans la pharmacopée populaire (sa farine sert à confectionner des cataplasmes et des bains de pied), est, selon Pythagore, excellente pour la mémoire et rend gai. La seconde, à la base du condiment de table, est "le sénevé de l’Évangile" : ses graines sont comparées au Royaume de Dieu. Mais, comme la farine de moutarde noire provoque le larmoiement, "certains auteurs de l'Antiquité présentaient la moutarde comme une plante cruelle qui engendre pleurs et tristesse".

En Inde, où le sénevé ou moutarde sauvage symbolise la génération en raison de l'abondance de graines sur un même pied et de sa facilité à proliférer, l'un de ses noms savants est "asûri" ou "àsuri" (la diablesse, la sorcière), parce que ses graines permettent de découvrir les sorcières. Les fakirs utilisaient les graines de moutarde pour "les voyages hors de corps". En Inde toujours, la moutarde servait à un envoûtement, qui se faisait en réduisant la plante en farine avec laquelle on confectionnait "une figurine de la personne qu'on voulait vaincre ou détruire. Alors, après avoir marmotté certains charmes pour rendre le rite plus efficace, l'enchanteur décapitait l'image, la frottait de beurre fondu ou de lait caillé ou de quelque chose de semblable et la brûlait dans une marmite sacrée".

En France, le sénevé entre dans la composition des remèdes destinés à délivrer une personne ensorcelée (Montagne Noire). Aux États-Unis, mettre des graines de moutarde autour de son lit protège de la sorcellerie.

En Toscane, on répand des graines de moutarde sauvage sur le seuil des maisons pour protège le foyer et, dans le nord de l'Italie, les fumigations de moutarde remédient aux maladies du bétail.

Des graines de moutarde, utilisées par les voyants "pour leurs vertus talismaniques", aident également, lorsqu'elles sont enfilées sur une épingle, à prendre des décisions importantes.

Au Moyen Orient, "les graines de moutarde entrent dans des sachets protecteurs, que l'on porte généralement sur son cœur".

La moutarde, la meilleure étant celle que l'on fabrique soi-même favorise la conception : une femme qui veut être mère doit en consommer beaucoup.

Aux environs de Valence, on dit qu'une jeune femme qui touche de la moutarde sauvage va se quereller avec sa belle-mère.

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi la Moutarde (Brassica) : "Il existe de nombreuses variétés de cette plante annuelle qui pousse à l'état sauvage un peu partout en Amérique du Nord. Les fleurs sen sont toujours jaunes et c'est pour ses graines que l'on cultive cette plante.


Propriétés médicinales : Une de ses utilités est d'activer la circulation sanguine. C'est, en fait, un irritant qui encourage la montée du sang vers la surface, ce qui est recommandé dans les cas de rhumatismes, de sciatique et de névralgie. On peut aussi en consommer en infusion, en très petite quantité, pour stimuler l'appétit et la production des sucs gastriques. La moutarde blanche, une des variétés, est habituellement celle dont on se sert pour les cataplasmes dans les cas de bronchites et de pleurésies ; on recommande alors de mélanger les graines pulvérisées avec des blancs d’œufs afin de diminuer l'irritation causée par les graines elles-mêmes. On peut aussi ingurgiter quelques graines entières comme purgatif.


Genre : Masculin.


Déités : Isis.


Propriétés magiques : Fertilité - Protection - Connaissance des secrets de la magie.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS

  • Les strege (sorcières) italiennes plaçaient des graines de moutarde sur le pas de leur porte afin de protéger leur demeure des esprits négatifs.

RITUEL POUR CONNAÎTRE LES SECRETS MAGIQUES

Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle noire

  • une chandelle blanche

  • de l'encens de myrrhe

  • des graines de moutarde

  • un sac de soie blanche

Rituel : Allumez les deux chandelles et placez l'encens entre elles, avant de le faire brûler. Placez ensuite les graines de moutarde dans le petit sac en disant :


J'en appelle aux esprits des connaissances secrètes

Je demande le privilège de connaître le savoir caché

Et je promets de ne rien divulguer

Su mon honneur je jure de ne jamais dévoiler

Ce que mes songes m'apprendront au courant des nuits secrètes.


Placez ce sac sous votre oreiller et, dans vos rêves, vous seront dévoilés les secrets de la magie."

*

*




Symbolisme alimentaire :


Pour Christiane Beerlandt, auteure de La Symbolique des aliments, la corne d'abondance (Éditions Beerlandt Publications, 2005, 2014), nos choix alimentaires reflètent notre état psychique :


La Moutarde te place devant un choix radical : soit tu peux le faire, soit tu ne le peux pas ! Soit tu vie selon la conviction que tu n'es pas capable de quelque chose, soit tu vis selon la conviction que tu en es capable. Et tu t'étires dans tous les sens possibles et imaginables pour te "déployer", t'élargir, t'allonger (au sens figuré : prolonger la vie), pour t'élever.

La Moutarde même est brûlante et saisissante ; mélangeant plusieurs saveurs en un seul arôme, elle fait en sorte que personne ne se rappelle sa composition exacte. La Moutarde donne notamment le conseil suivant : "va cueillir les divers ingrédients au fin fond de toi-même et mélange-les de main de maître, de façon que tu puisses fonctionner en tant qu'être humain unique et propulser ta vie dans une direction haute en couleur.

A suivre

*

*




Mythes et légendes :


D'après Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


SENEVE. — L’un des noms sanscrits du sénevé (Sinapis racemosa, Roxb.) est asurî ou âsurî, « la diablesse, la sorcière ». Par les grains de moutarde (ainsi que par les grains de sésame et de riz), et les branches du çâla, on découvre les sorcières. On allume des lampes pendant la nuit ; on remplit d’eau différentes coupes, et on y verse, goutte par goutte, l’huile des semences de moutarde (cf. Olivier), en prononçant le nom de chaque femme qui est dans le village ; si pendant cette cérémonie, lorsqu’on prononce le nom de telle ou telle autre femme, on remarque dans l’eau l’ombre d’une femme, ce sera un indice certain que telle femme est une sorcière. (Cf. The Hindoos, London, 1835, II, 24.) Comme le sésame, par la facilité avec laquelle il se multiplie, le grain de moutarde est devenu, dans l’Inde, symbole de génération. Lorsque, dans la Rose de Bakawali, roman mythologique hindoustani, le roi de Ceylan détruit le temple dans lequel la nymphe Bakawali, par la malédiction d’Indra, est enfermée, condamnée à être de marbre, pendant douze ans, au-dessous de son ombilic, « un agriculteur laboure l’emplacement du temple de Bakawali, et y sème de la graine de moutarde. Taj-ulmuluk allait s’y promener de temps en temps, pour se distraire de ses ennuis par la vue de cette moutarde, qui ne tarda pas à pousser. Lorsqu’elle fut en fleur, le prince alla deux fois par jour voir ses progrès, et il récita ce quatrain : « O fleurs, expliquez-moi comment votre couleur peut produire sur moi l’odeur de l’amour. Vous sortez de la terre, c’est pour cela que je vous demande si vous n’avez pas quelque nouvelle à me donner de mon jardin. » La moutarde mûrit, le jardinier la récolta, la mit au pressoir, la fit bouillir, et en tira l’huile. Conformément à l’usage des agriculteurs, il en goûta d’abord, lui et sa femme, et Dieu permit que celle-ci, qui était stérile, devint aussitôt enceinte. Neuf mois après, elle mit au monde une fille (Bakawali), belle comme une fée. » La graine de moutarde, ainsi que la graine de sésame, étant infiniment petite, peut devenir infinie ; c’est pourquoi l’Évangile même s’en sert comme d’un terme de comparaison. C’est cette comparaison évangélique qui a motivé le récit qui suit, dans le Milione, de Marco : « Imperô che del 1225, stando in Baldach detto Califa, non pensava mai altro ogni giorno, se non con che modo e forma potesse far convertire alla sua legge gli Christiani habitanti nel suo paese, o vero non volendo, di farli morire. Et dimandando sopra di ciô il consiglio de’ Savii, fu trovato un punto della sorittura dell’ Evangelio che dice cosî : Se alcuno Cristiano havesse tanta fede quanto è un grano di senapa, porgendo i suoi preghi alla Divina Maestà, faria muovere i monti dal suo luogo ; del qual punto rallegrandosi, non credendo per alcun modo questo essere mai possibile, mandô a chiamare tutti i Cristiani Nestorini e Iacopiti che habitavano in Baldach, ch’erano in gran quantità, e disse loro : È vero tutto quello che ‘I testo del vostro Evangelio dice ? » A cui risposero : è vero. Disse loro il Califa : ecco che, s’egli è vero, qui si proverà la vostra fede. Certamente, se tra voi tutti non è almanco uno, il qual sia fedele verso il suo signore in cosi poco di fede, quanto è un grano di senapa, allora vi riputarô iniqui, reprobi e infidelissimi. Per il che vi assegno dieci giorni, fra le quali o che voi, per virtù del vostro Dio, farete muovere i monti qui astanti, o vero torrete la legge di Macometto, nostro Propheta e sarete salvi, o vero non volendo, farovvi tutti crudelmente morire. » La suite de la légende semble se rattacher au mythe du cyclope Polyphème, qui secoue l’Etna ; un bottier monocule, qui a la foi, accomplit le miracle de mettre en mouvement une montagne.

*

*

Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


La cueillette ou le simple, attouchement des plantes attire aussi des. conséquences fâcheuses. Aux environs de Valence, la jeune fille qui manie la moutarde sauvage se battra avec sa belle-mère.


700 vues

Posts récents

Voir tout