Blog

  • Anne

Le Prunellier





Étymologie :

  • PRUNELLIER, subst. masc.

Étymol. et Hist. xve s. pronnelier (Gloss. Lille, 39a ds T.-L.) ; 1549 prunelier (Est.) ; 1694 prunellier (Ac.). Dér. de prunelle* (sens 1) ; suff. -ier*. Cf. ca 1220 a. rouergue prunelier (Lo romans dels auzels cassadors, éd. E. Monaci, 3163).

  • ÉPINE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1. Fin du xe s. « arbuste aux branches garnies de piquants » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 247 : espines) ; 2. ca 1260 « piquant » (Vers de la mort, 28, 2 ds T.-L.) ; 3. xive s. « espèce de poisson, plectognathe » (G. de Bibbesworth, Traité sur la langue fr., éd. A. Owen, p. 96, addition du ms. B) ; 4. 1314 anat. « épine dorsale » (Mondeville, Chirurgie, 416 ds T.-L.) ; 5. av. 1475 au fig. « difficulté » (G. Chastellain, Chron., 1. 6, chap. 93 ds Œuvres, éd. J. Kervyn de Lettenhove, t. 5, p. 41) ; 6. 1571 bot. poire d'espine (Belleforest, Secrets de la vraye agriculture, Paris, p. 111) ; 1654 espine rose (Jardinier françois ds Roll. Flore t. 5, p. 43) ; 7. 1660 « piquant de certains animaux » (Oudin Fr.-Esp. : espine ou tuyau de porc espic). Du lat. spina « épine, arbuste ou plante épineuse ; piquant d'animaux, épine dorsale » ; fig. « difficultés ».


Lire également la définition des noms prunellier et épine noire pour amorcer la réflexion symbolique.




Botanique :

*




Symbolisme :































*

Voir aussi la fiche sur l'ogham correspondant.












0 vue