Blog

  • Anne

Le Fusain



Étymologie :

  • FUSAIN, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1180-90 bot. (Al. de Paris, Alexandre, branche II, 30, vers 613, éd. Elliot Monographs, t. 2, p. 87) ; 2. a) 1704 arts graph. « charbon fait avec le fusain, dont on se sert pour dessiner » (Trév.) ; b) 1853 « dessin fait au fusain » (Delacroix, Journal, p. 131). D'un b. lat. *fusago, fusaginis « id. », dér. de fusus (fuseau*) l'arbre étant ainsi nommé parce que son bois dur sert à faire des fuseaux. Lat. médiév. fusenus (av. 1150 ds Latham).


Lire également la définition pour amorcer la réflexion symbolique.

Selon Michel Botineau, auteur du Guide des plantes à fruits charnus comestibles et toxiques. (Lavoisier, 2015) :


Du grec euônumus, de eu, bien et ônoma, le nom, donc le bien-nommé (pour son effet néfaste) ; fusain vient de ce que son bois servait à tourner les fuseaux de rouet.


Autres noms : Euonymus europaeus ; Bois à lardoires ; Bois carré ; Bonnet d'évêque ; Bonnet de prêtre ; Fusain d'Europe.

*

*




Botanique :


D'après Philippe Martin, auteur de Les familles des plantes à fleurs d'Europe: botanique systématique et utilitaire, (Presses universitaires de Namur, 2013) :


Euonymus europaeus fournit le fusain pour le dessin (charbon de bois des rameaux). On ne sous-estimera pas la toxicité de la plante (alcaloïdes et hétérosides cardiotoniques, notamment au niveau des fruits, typiquement colorés ("bonnet de prêtre") mais amers et coriaces, ce qui limite les ingestions malencontreuses.


Dans le Guide des plantes à fruits charnus comestibles et toxiques. (Lavoisier, 2015) de Michel Botineau, on apprend que :

Description :

  • Fruits :

=> Maturité : septembre à octobre.

=> Type : capsules à 4 lobes de 13-15 mm,

longtemps verts puis roses à maturité, ce qui a valu à

la plante le surnom de "bonnet

d'évêque".

=> Chair : absente (fruit sec)

=> Graines : l'ouverture des capsules dégage 4 graines

de 5-6 mm, blanches mais presque totalement

entourées par un arille charnu rouge orangé brillant

=> Dispersion : par de nombreux passereaux ; au sol,

les fourmis sont attirées par les arilles.

  • Port : petit arbuste de 2-5 m, à tiges presque quadrangulaires et vert-gris lorsqu'elles sont jeunes.

  • Feuilles : caduques, opposées, simples, lancéolées, finement denticulées, d'un vert mat foncé dessus, le feuillage se colore l'automne en rouge plus ou moins vif.

  • Inflorescences et fleurs : courtes cymes corymbiformes, insérées à l'aisselle des feuilles, de petites fleurs d'un blanc verdâtre, hermaphrodites ou unisexuées, souvent à 4 pétales en croix mais parfois 5. Floraison : avril-mai.

  • Habitat : haies et lisières forestières ; évite les terrains trop acides.

  • Origine géographique - Répartition en France : Europe et Asie ; en France, commun presque partout, mais se raréfie sur le pourtour méditerranéen, et manque dans l'extrême Ouest entre Loire et Pays Basque.

Risques de confusion : On cultive fréquemment dans les parcs et les jardins d'autres espèces de Fusain, le Fusain du Japon, Euonymus Japonicus L. au feuillage persistant ; il serait également toxique.


Toxicité : les graines de Fusain, amères, contiennent de petites quantités d'alcaloïdes mais surtout des hétérosides cardiotoniques ; les accidents semblent cependant rares, se limitant semble-t-il à des troubles digestifs. Le traitement consiste à éliminer ce qui a pu être absorbé et à soulager les symptômes.


Comestibilité : aucune.


Usage thérapeutique : aucun.


Usage ancien : la calcination du bois de Fusain permet d'obtenir un charbon sec et léger, à l'origine du fusain des dessinateurs ; l'autre surnom de "Bois à lardoires" attaché à cet arbuste traduit son utilisation pour fabriquer broches, aiguilles, fuseaux, navettes, etc. ; son grain est très fin, jaune, rappelant celui du Buis mais nettement moins dur.


N.B. Bien que cette page ne mentionne aucune application thérapeutique, le même ouvrage préconise le Fusain pour l'appareil cardio-vasculaire. Ainsi, pour remédier aux troubles du rythme, il est précisé :

Pour le Fusain, l'administration de charbon activé est préconisée mais son efficacité est relative en raison du temps de latence des premiers troubles circulatoires après la diarrhée.

*

*




Utilisations :


D'après Pietro Di Crescenci, auteur de Le Livre des prouffitz champestres et rureaulx . (Paris : À l'Enseigne de l'Éléphant, 1533), cité par P. Mille dans "Le choix des essences opéré par les artisans du bois à la fin du Moyen Âge. Glossaire" (paru dans la Revue Forestière Française, 1993) :


Au XIIIe siècle, « Son bois jaune est bon à faire cercles, flèches et cages » [chapitre 17]




Symbolisme :


Il existe une sorte de fusain exotique nommé khat : "originaire du Yémen et d'Éthiopie, dont la culture s'est étendue à l'Arabie (surtout au Yémen) vers le XVe siècle. Il est consommé par les habitants de ces régions qui en mâchent longuement les feuilles pour leur effet stimulant et euphorisant comparable à celui de l'amphétamine.

Khat désigne aussi la substance psychotrope contenue dans les feuilles de cette plante.

Son nom scientifique est Catha edulis (Vahl) Forssk. ex Endl. (synonyme : Celastrus edulis Vahl)" (Wikipedia)

Dans sa thèse intitulée Etude bibliographique d'une plante mal connue dans les pays occidentaux : Catha edulis, Forsk. (soutenue en 2008 à la faculté de Pharmacie de l'université Henri Poicaré de Nancy I), Jennifer Didier précise les liens de cette espèce de fusain avec la religion musulmane :

Les origines du khat demeurent difficiles à établir avec certitude d'autant qu'il n'existe aucun document ancien capable de préciser l'origine exacte de la culture et de l'usage du khat.

La légende prend donc très souvent le pas sur la réalité comme en témoignent nombre de récits transmis de génération en génération.

Ainsi certains évoquent l'histoire de ce berger yéménite ou abyssin nommé Awzulkernayien, qui avait remarqué l'effet euphorisant de ces feuilles sur ses chèvres. Essayant alors sur lui-même, il nota une stimulation de ses fonctions intellectuelles, ainsi qu'une sensation d'éveil qui lui permirent de prier toute la nuit.

Il vanta les mérites de cette plante et rendit la consommation si populaire que sa culture se développa tant et si bien qu'elle domine actuellement toute l'économie yéménite.

De nos jours, certains consommateurs évoquent son nom en guise d'hommage au début des séances de khat.

[...]

D'autres légendes existent, comme le souligne le professeur Le Bras dans son article intitulé « Le problème du kat ».

Ainsi cet ange, qui aurait révélé à deux prophètes, les propriétés du khat pour leur permettre de ne pas succomber au sommeil, et de poursuivre leurs prières et leurs méditations toute la nuit.

De même, une autre tradition rapporte que le khat aurait été introduit d'Ethiopie au Yémen par le Cheikh Ibrahim Abou-Zarbay, martyr venu d'Arabie vers 1 430, et qui aurait été lui-même, un grand amateur de khat.

Cet aperçu légendaire témoigne du lien entre le khat et la religion musulmane. Parallèlement à cette tradition orale, il est important de noter comme le fait EI-Mahi en 1 962, dans sa recherche sur l'origine du mot khat, le lien qui existe entre le khat et le café. En effet, ces deux mots dérivent étymologiquement de Kaffa, ville éthiopienne où ces deux arbustes sont cultivés. De même le rapprochement avec le terme arabe pour désigner le café : kahwa. Qui plus est, en Galla, dialecte éthiopien, le khat se nomme gaja, ce qui évoque le terme arabe désignant la décoction réalisée à partir de feuilles de khat : kafta.

[...]

Description d'une séance de khat. (D'après J. FLEURENTIN)

Du Yémen au nord de Madagascar, en passant par l'Ethiopie, la République de Djibouti, la Somalie ou le Kenya, plusieurs millions de personne s'adonnent quotidiennement à la mastication des feuilles de Khat. Pour les musulmans, le khat permet de mieux communiquer avec la divinité, et le coran n'a jamais rejeté cette plante stimulante. Cette drogue officielle représente également une alternative à l'alcool et aux drogues interdites par le Coran. Ainsi, dans cette région de forte consommation, toute la vie est rythmée par le khat, au point que par endroits (district de Harrar notamment), le khat est élevé au rang de divinité. Cette consommation est une coutume profondément ancrée dans les traditions, et elle exerce un rôle socialisant sur les populations.

Tous les après midi, dès 13 ou 14 heures, les administrations, les banques et les hôpitaux ferment leurs portes. Les hommes déjeunent rapidement et se hâtent vers le souk pour choisir et acheter le khat qu'ils emportent sous le bras vers une maison amie ou ils mâcheront la plante euphorisante.

*

*




Ogham :

Voir la fiche dédiée à l'Ogham Oir.

*

*

191 vues

Posts récents

Voir tout