Blog

  • Anne

Le Dragon du Feu


Symbolisme :

*




Symbolisme celte :


Dans L'Oracle des Druides, Comment utiliser les animaux sacrés de la tradition druidique (Édition originale 1994 ; traduction française Guy Trédaniel Éditeur 2006) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots clefs qui définissent le dragon du feu (Draig-teine) sont :


Transformation ; Maîtrise ; Énergie.

La carte représente le dragon de feu dont la vision apparut au roi Uther. Nous apercevons au loin le Tor de Glastonbury dans lequel, d'après la légende, se trouve une grotte secrète utilisée lors des rites d'initiation. Des dragons crachant le feu gardent souvent l'entrée de ces cavernes pour empêcher les envieux de les profaner, mais ils laissent accéder aux trésors ceux qui en sont dignes. Sur le rocher au premier plan repose une torque en or - collier celtique qui indiquait le rang et la maîtrise du commandement et de la connaissance.

Le Dragon du feu apporte la vitalité, l'enthousiasme, le courage et l'énergie qui permettent d'affronter et de surmonter les obstacles et les problèmes de la vie quotidienne. Sa puissance vous aidera à maîtriser le commandement et la connaissance. Il alimentera avec soin votre feu intérieur, vous aidera à le canaliser et à l'utiliser avec précision pour accomplir les tâches et objectifs que vous vous serez fixés.


Renversée, la carte laisse présumer que vous réprimez de profonds sentiments de colère. Vous avez peut-être l'impression de ne pas parvenir à contrôler votre énergie vitale ; elle semble vous submerger, s'exprimant par des explosions inattendues ou un incessant bouillonnement à fleur de peau, mais elle peut aussi se dissiper, s'éparpiller. Manquez-vous souvent d'énergie, de vitalité, de motivation ou de passion ? Ou êtes-vous au contraire nerveux et surexcité, incapable de dormir, de vous concentrer ou de vous détendre ? Que vous souffriez d'un surplus ou d'un manque d'énergie, demandez au dragon de vous accorder une part plus importante du trésor qu'il détient. Si vous êtes trop nerveux, demandez-lui inversement de reprendre un peu de votre énergie en charge, sachant qu'il la conservera précieusement pour le moment où vous en aurez besoin. Ce dragon peut être aussi dangereux qu'un volcan, mais si vous parvenez à exprimer et analyser votre rage intérieure dans un but thérapeutique, il deviendra un formidable allié.


Le Dragon de Feu dans la Tradition


C'est lui, le dragon d'étincelles s'enroulant sous les tumulus,

La nuit dans le ciel il ondule

Enveloppé de flammes, terrorisant les hommes

Beowulf


Uther, père du roi Arthur, fort impressionné par sa vision, demanda aux druides de lui expliquer la signification du dragon de feu. Apprenant qu'il annonçait son accession au trône, il prit le nom de "Pendragon", qui signifie "Tête de Dragon" ; la bête devint l'emblème héraldique et le totem de la plus grande dynastie britannique - les Pendragons.

La signification du dragon de feu se résume dans cet événement qui marque le début de 'épopée arthurienne. Les quatre dragons de l'eau, de la terre, de l'air et du feu représentent tous l'énergie et la puissance, mais chacun d'une façon différente. Nous devons parvenir à assimiler et intégrer ces quatre types d'énergie en les dosant soigneusement. Le dragon du feu symbolisant la royauté, l'esprit de commandement et le contrôle, les druides purent interpréter avec précision la vision d'Uther. Arthur, fils d'Uther, porta toujours par la suite un dragon doré sur son casque pour indiquer son rang. De nos jours, le dragon du feu symbolise encore l'autorité et le pouvoir.

Merlin et les deux dragons

D'après la légende, le dragon du feu représenté sur le drapeau gallois date de l'époque du roi Vortigern. Les fondations de la forteresse que le roi faisait construire à Dinas Emryn s'effondrant continuellement, il fit venir à la cour le jeune Merlin qui se nommait alors encore Emrys. Merlin expliqua grâce à ses visions que deux dragons vivant dans un lac situé sous la forteresse faisaient trembler le sol en se battant. Le dragon rouge représentait les Gallois, le blanc les Saxons. Vortigern ordonna que l'on creuse le sol pour vérifier si Merlin disait la vérité. On trouva effectivement les deux dragons, qui commencèrent à se battre. Le dragon rouge finit par prendre le dessus et devint l'emblème du pays de Galles.

Tous les dragons ne sont pas féroces et ne crachent pas des flammes. Les dragons de la terre restent placides, dormant, enroulés autour des collines et des tumulus ou sous ceux-ci. Les dragons du feu, au contraire, sont généralement actifs et féroces. L'un d'eux vivait dans les ruines du château de Newcastle Emlyn au pays de Galles, un autre à Challacombe-on-Exmoor. Un troisième terrorisait les habitants de Bistherne, dans le Hampshire et deux autres encore vivaient dans le Somerset - l'un à Kingston Saint Mary, l'autre à Curry Rivell. Ce dernier survolait parfois les marécages jusqu'à Aller, détruisant les récoltes et tout ce qui se trouvait à portée de son souffle brûlant. On raconte que les laitières s'enfuyaient au moindre bruissement de ses ailes et que tous vivaient dans la crainte d'une mort affreuse. Enfin, un chevalier nommé John Aller vint courageusement en aide aux habitants de la région. Le corps enduit de poix et le visage protégé par un masque pour échapper au souffle enflammé, il tua le dragon d'un coup de lance. Brûlé par le souffle de la bête, il mourut peu après, mais on peut voir encore aujourd'hui dans l'église de Low Ham la lance qui lui servit à occire le dragon.


Nwyvre - Le Feu du Dragon

Ces contes populaires mettent en scène des dragons malveillants, mais dans la tradition druidique, le dragon du eu est neutre ; ses effets sont bénéfiques ou néfastes selon que nous sommes préparés ou non à l'affronter. Souvenons-nous que la connaissance ou le pouvoir qui tombe entre de mauvaises mains est source de grands dangers. Affronté par des personnes insuffisamment préparées ou trop faibles pour recevoir les énergies qu'il porte en lui, le dragon du feu peut s'avérer dangereux et conduire à l’épuisement de la fatigue nerveuse.

Le dragon garde le précieux trésor que représente notre feu intérieur. Appelé Nwyvre (feu du dragon) dans la tradition druidique et Kundalini dans les traditions asiatiques, ce feu circule dans nos chakras, nos centres psychiques. Drogues ou pratiques ésotériques inappropriées peuvent causer son éveil prématuré, entraînant de graves déséquilibres psychologiques ou des maladies physiques. Les conséquences d'une mauvaise utilisation des pouvoirs du dragon du feu sont graves, ce qui justifie la férocité des traits sous lesquels on le représente."

*

*

Selon Gilles Wurtz, auteur de Chamanisme celtique, Animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga, 2014),


"Le dragon du feu, ou dragon cracheur de feu, est souvent représenté le corps couvert d'écailles rouges, parfois muni d'une paire d'ailes. Les Celtes voyaient en lui le gardien du feu de la Terre et du Soleil. Lors d'un orage, c’était lui qui crachait les éclairs du haut des cieux. <Et la foudre qui frappait et provoquait des désastres sur les habitations par exemple passait pour a conséquence d'une mauvaise action. Lorsqu'elle marquait un arbre ou un rocher, ceux-ci pouvaient devenir des lieux sacrés et les gens de la région venaient y apporter des offrandes et prier, on y pratiquait également des guérisons. Les incendies de forêts, es éruptions volcaniques étaient également considérés comme des purifications de la Terre opérées pare le dragon du feu : soit parce que la terre en avait tout simplement besoin soit suite à des événements négatifs qu avaient eu lieu et dont il fallait libérer la terre de l'empreinte dommageable.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Les Celtes invoquaient le dragon cracheur de feu pour aider à attiser et à équilibrer le feu intérieur, le feu de vie, le feu qui anime chaque individu, et qui se traduit notamment par la chaleur que peut dégager un corps. Les chamans et les guérisseurs faisaient appel à l'esprit du dragon du feu pour soigner les malades et les blessés dont le corps était envahi par le froid, pour revigorer leur feu intérieur. C'était lui aussi que l'on appelait à l'aide, à bord des navires notamment, quand quelqu'un venait de tomber dans l'eau glacée, pour préserver le feu intérieur du malheureux. Les guérisseurs qui coupaient le feu - qui anesthésiaient la douleur causée par une brûlure - le faisaient avec l'aide de l'esprit du dragon du feu. C'était encore lui que l'on consultait pour faire baisser une fièvre et réguler le feu intérieur de la personne.

Le dragon du feu était intimement lié au soleil dont la lumière et la chaleur sont indispensables à la vie. Les Celtes priaient l'esprit du dragon du feu pour profiter chaque jour de cette lumière et de cette chaleur vitales.

Les dragons des éléments étaient connus pour leur capacité à influencer les éléments et la météo. En cas de périodes prolongées de pluie te de mauvais temps, nos ancêtres pratiquaient des rituels au cours desquels ils demandaient au dragon du feu de venir chasser les nuages pour que le soleil puisse à nouveau dispenser sa lumière et sa chaleur sur la terre et ses habitants. Et au plus froid de l'hiver, on le priait pour qu'il réchauffe la demeure à travers le feu du foyer.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

A notre époque, nous pouvons toujours faire appel à l'esprit du dragon du feu.

Dans le domaine des soins, le travail avec l'esprit du dragon du feu garde toute son efficacité dans les mêmes domaines que jadis : hypothermies ou fièvres, couper le feu chez (grand) brûlé.

Un praticien chamanique celtique peut ainsi par exemple, de manière régulière, aller à la rencontre de l'esprit du dragon du feu pour lui demander de l'aider à équilibrer son feu intérieur. De même que si on peut l'invoquer pour calmer des perturbations climatiques, il peut également nous aider à apaiser nos tempêtes intérieures.


Mot-clef : Le feu"

*

*