Blog

  • Anne

Le Dragon de l'Air



*

Dans L'Oracle des Druides, Comment utiliser les animaux sacrés de la tradition druidique (Édition originale 1994 ; traduction française Guy Trédaniel Éditeur 2006) de Philip et Stephanie Carr-Gomm, les mots-clefs qui définissent le dragon de l'air (Draig-athar) sont :


- Inspiration ;

- Perspicacité ;

- Vitalité.


La carte représente un des dragons de Béli, volant haut ans le ciel au dessus de Dinas Affaraon, la ville enchantée du Snowdon. Au moi,, un éclair sillonne le ciel, nous rappelant que le dragon de l'air est l'un des serviteurs du dieu du ciel.

La rencontre entre la psyché, l'intellect et le dragon de l'air peut frapper comme la foudre. On doit la préparer avec soin et l'attendre avec respect. Le dragon du feu donne à notre esprit la perspicacité et la clarté, se manifestant parfois dans nos pensées et notre imagination comme une soudaine illumination. Messager transportant le pouvoir immanent, le dragon de l'air symbolise la visite du dieu du ciel sur terre.


Renversée, la carte indique peut-être que vous pouvez être à la merci d'une idée, ou soumis à un système dogmatique ou religieux. Confronté aux concepts et énergies du monde spirituel, l'intellect peut être trompé ou tourmenté. Pour éviter ce risque, il est essentiel de mettre constamment les concepts et énergies spirituels à l'épreuve de la réalité de notre vie personnelle.


Le dragon de l'Air dans la Tradition


Le loup squelettique et le dragon ailé

faisaient régner la terreur sur le val

Polwhele


Les ruines d'Emrys, la ville des druides alchimistes qu'on appelait les Pheryllts, se cachent dans les montagnes galloises du Snowdon. Connue également sous le nom de Dinas Affaraon ou "ville des grands pouvoirs", cette ville merveilleuse abritait les deux dragons de Béli, l'un des dieux originels de Grande-Bretagne, Taliesin décrit l'un d'eux dans son poème Protéger l'Île du miel : "Une caverne profonde s'ouvre devant moi, assombrie par de grands rochers. Le dragon qui en sort rampe vers les coupes du chant."

Les dragons sortaient de cavernes situées bien au-dessus des campagnes environnantes pour être attachés au char de la déesse Ceridwen. Mais on dit que le plupart des dragons de l'air volaient librement, sans attache. On raconte dans le Devon qu'un dragon traverse toutes les nuits la vallée de l'Exe, entre les forts des collines de Cadbury et Dolbury, pour garder les trésors qui y sont enterrés. Dans le Devon encore, on parle de dragons aériens vivant à Winkleigh, à Challacombe on Exmoor et près de la mine d'étain de Manaton. Ce dernier, bien que de taille humaine, fait avec ses ailes un bruit que l'on entend à des kilomètres à la ronde.

Dans l'Essex, à Henham, on a repéré à plusieurs reprises un dragon d'environ trois mètres de long ; il a de grands yeux, des dents effilées et des ailes ridiculement petites. Dans le Somerset, un dragon crachant des flammes traverse régulièrement les marais de Curry Rivelle à Aller, terrifiant les villageois du bruit de ses ailes.

Certains auteurs ont suggéré l'idée que la trajectoire du vol des dragons est calquée sur "les lignes du dragon" de l'énergie terrestre, sillonnant la campagne en reliant parfois les sites sacrés. D'autres avancent l'hypothèse que les dragons du feu dérivent des visions de comètes rasant la terre, avec leurs corps lumineux et leurs sombres queues fourchues. Il n'est pas pensable que les dragons des légendes soient issus de souvenirs remontant à l'époque des dinosaures car soixante millions d'années séparent les premiers humains des derniers dinosaures. Certaines de ces histoires ont pu être inventées par des contrebandiers pour tenir les populations à distance de leurs caches dans les cavernes ou les bois. D'autres résultent peut-être de l'apparition de sauriens exotiques échappés de ménageries privées ou à des inventions d'auteurs ou d'éditeurs jouant sur la crédulité du public ; certains contes décrivent des sangliers dangereux ou de méchants seigneur sous les traits d'un dragon pour amplifier leur férocité. Cependant aucune de ces hypothèses ne peut expliquer que le dragon se retrouve dans les mythes et les contes de toutes les civilisations du monde.


Le Serviteur du Dieu du Ciel

Nous avons la preuve que certains dragons sont des inventions poétiques ou fantasmatiques dérivant de phénomènes célestes inhabituels. Les tornades peuvent donner l'étrange impression d'être "vivantes" et l'on dit que les dragons de Longwitton dans le Yorkshire et de Torrylin dans la région d'Arran pouvaient se transformer en tourbillons de vent. L'année 793 après J.C. "apporta de terribles avertissements dans le pays des Northumbriens, terrifiant le peuple au plus haut point. D'immenses rideaux de feu parcoururent le ciel et des tourbillons et des dragons féroces volèrent d'un bout à l'autre du firmament." Cent ans plus tard, en Écosse, "nombre de gens observèrent des phénomènes aériens inhabituels, d'une intense couleur rouge, surgissant au nord et volant rapidement vers l'est ; ils les nommèrent dragons." Que l'on croit ou non à l'explication de ces phénomènes par des météores, des boules de foudre, des rideaux d'éclairs, des aurores boréales ou des O. V. N. I., cela ne peut expliquer les autres catégories de dragons - ceux de la terre et de l'eau - ou même les dragons aériens qui n'ont absolument aucun rapport avec de tels phénomènes célestes.

A Penmark Place dans le Glamorgan, on parle souvent des ravages causés dans es environs par des serpents ou des dragons ailés et on raconte qu'un roi et une reine dragon vivaient dans la forêt près de Bewper. A Penllyne, un vieillard interrogé en 1901 se souvenait des dragons qu'il avait vus voler "avec leurs brillantes ailes déployées et parfois, des yeux qui ressemblaient à ceux des plumes de paon." Il insistait sur la véracité de ses souvenirs "qui n'étaient pas des histoires inventées pour effrayer les petits enfants." Son père et son oncle avaient d'ailleurs tué plusieurs dragons qui volaient la volaille.

Dans la tradition druidique, le dragon de l'air est la créature du dieu du ciel, venant peut-être de la constellation du dragon qui tourne autour de l'étoile polaire. Il représente la venue de l'esprit, la descente sur terre d'un autre monde nous invitant à voyager vers des niveaux de conscience plus élevés. Il peut se révéler aussi terrible que le tonnerre et la foudre, semant la destruction dans son sillage. Mais traité avec respect, il peut devenir notre allié et nous aider à voyager dans le monde spirituel, nous accompagnant encore plus lois loin dans notre quête de l'illumination."

*

*

Selon Gilles Wurtz, auteur de Chamanisme celtique, Animaux de pouvoir sauvages et mythiques de nos terres (Éditions Véga, 2014),


"Le dragon ailé ou "dragon de l'air" est bleu gris, il arbore un plastron blanc. Il est recouvert soit de petites écailles très serrées, tout près du corps, soit d'une peau parfaitement lisse, qui lui confèrent sa grâce aérodynamique. Les Celtes le considéraient à l'origine de certains vents qui étaient selon eux, des manifestations de son souffle purificateur. Le dragon ailé était le gardien de l'élément air et le régulateur des vents qu'il accordait aux besoins de la terre. Les vents tourbillonnants, comme certaines tornades capables de dévaster les cultures et les habitations, étaient perçus comme des rassemblements de dragons volants. En tournoyant et virevoltant ensemble, ils provoquaient ces puissants vortex qui ébranlaient la terre sur des couloirs plus ou moins longs et larges. ces vents-là causaient des dégâts ciblé"s, ils passaient pour des réactions à de mauvaises actions commises par les hommes.


Applications chamaniques celtiques de jadis

Les Celtes priaient beaucoup les dragons de l'air car ceux-ci avaient une grande influence sur le climat. Les dragons ailés pouvaient déchaîner les vents et déclencher de grosses tempêtes, mais ils pouvaient également chasser les nuages et permettre le retour du beau temps. Nos ancêtres celtiques faisaient des rituels précis, agrémentés d'offrandes, dédiés aux dragons ailés pour leur demander d'être cléments envers leurs constructions et leurs cultures. Quand les intempéries persistantes commençaient à avoir des effets négatifs sur les plantations, des cérémonies étaient organisée, souvent menées par des chamans pour appeler les dragons ailés et leur demander de chasser le mauvais temps.

Dans un autre registre, les Vikings invoquaient les dragons ailés lors des expéditions en mer quand le vent était trop faible pour gonfler les voiles des drakkars et les faire avancer.

C'est aux dragons ailés que les Celtes confiaient la protection de leurs terres et de leurs villages durant leurs longues absences dues aux campagnes guerrières. car du haut des airs, ces dragons avaient une excellente vue d'ensemble et pouvaient réagir très vite si nécessaire.

Comme les dragons de la terre, de l'eau et du feu, les dragons de l'air étaient également consultés pour leur sagesse, leurs savoirs et leurs connaissances pour éclairer les hommes.

A l'instar des trois autres espèces de dragons liées aux éléments, les dragons de l'air étaient dotés de vertus médicinales propres : ils pouvaient agir sur l'ensemble du système respiratoire. Les celtes allaient donc les retrouver à travers des voyages chamaniques pour leur demander conseil ou pour recevoir un soin. Les chamans et guérisseurs travaillaient en étroite collaboration avec eux pour faire des interventions sur des personnes qui avaient de sérieux troubles respiratoires. Les sages-gemmes pratiquaient elles aussi un petit rituel, lors d'une naissance, et invoquaient l'esprit du dragon de l'air pour s'assurer que le nouveau-né respire bien.

Enfin, vertu capitale : le dragon de l'air ranimait le souffle de vie chez les personnes abattues, épuisées.


Applications chamaniques celtiques de nos jours

De nos jours, un cultivateur initié aux traditions de nos ancêtres peut également prier et appeler le dragon ailé pour aider à chasser les nuages si le mauvais temps persistant lui est défavorable. Imaginons un skipper praticien chamanique celtique qui fait une course en voilier et qui reçoit le soutien et l'aide de l'esprit du dragon ailée avec lequel il interagit durant l'épreuve, à l'exemple des Vikings. comme au temps des Celtes, un praticien chamanique de nos jours peut également demander la protection de son logement, de sa propriété, au dragon de l'air durant une absence prolongée.

Pour des maladies qui touchent au système respiratoire ou à des problèmes respiratoires comme l'asthme, si répandu de nos jours, l'esprit du dragon de l'air est plein de ressources bénéfiques.

Il peut aussi faciliter la première respiration du nouveau-né, la rendre indolore.

Et bien sûr, il est un refuge pour toute personne qui se sent anéantie, accablée. auprès de lui, nous pouvons littéralement reprendre notre souffle...


Mots-clefs : L'air qui purifie : Le souffle de vie."

*