Blog

  • Anne

L’Ébénier




Étymologie :

  • ÉBÉNIER, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1680 « cytise » (Rich.), cf. 1771 Faux-Ebénier (Trév., s.v. albour) ; 2. 1690 (Fur. : Ébénier. Arbre (...) qui porte l'ébène). Dér. de ébène* ; suff. -ier*.

  • ÉBÈNE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 ebenus « bois de l'ébénier » (Eneas, 6430 ds T.-L.) ; 2e moitié xiiie s. [ms.] lit d'ebaine (Alexandre de Paris, éd. Michelant, p. 535, 28 [Elliott Monographs, vol. 2, br. IV, 1260 : Un lit de laine]) ; 1542 [éd.] masc. ébène noir (Rabelais, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, chap. XIII, note 193), d'où 1794 ses cheveux d'ébène (Chénier, Bucoliques, p. 29) ; 2. 1833 « surnom donné aux noirs » trafiquants de bois d'ébène (Mérimée, Mosaïque, p. 48). Empr. au lat. impérial ebenus, fém. « ébénier ; bois de l'ébénier », lui-même empr. au gr. ε ́ ϐ ε ν ο ς empr. à l'égyptien hbnj peut-être d'orig. nubienne (Chantraine).


Lire aussi les définitions de ébène et ébénier.


Autres noms : Diospyros Ebenum K. ;

*

*




Botanique :


Ébène du Gabon


Nom botanique : Diospyros crassiflora

ébène du Gabon ou ébène d'Afrique

Provenance : gabon

Densité : 1.77 à 1,10

Grain fin.

Descriptif : De couleur noire parfois et souvent parsemé de petites tâches blanchâtres, grisâtres. L'ébène du Cameroun est plus grisâtre d'aspect.

Autre nom : ébène d'Afrique.

Ébène du Mozambique / GRENADILLE


Nom botanique : Dalbergia melanoxylon

C’est un Dalbergia (palissandre) et non un Diospyros (Ebène).

Provenance : Mozambique, Sénégal.

Densité : 1,15 à 1,25

Descriptif : De couleur chocolat-noir avec des maillures indistinctes. Ce bois est très dur et a un grain fin à très fin avec un fil généralement droit. Veinures existantes ton sur ton marquées.

Autres noms : "Blackwood" ; Grenadille d'Afrique ; Ébène des pharaons.

*

*




Symbolisme :


D'après le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


"L'ébène est caractérisée par sa couleur noire. Les maillets maçonniques sont parfois peints en noir en vue de ressemble à l'ébène : la dureté du bois ne paraît pas suffisante à justifier symboliquement cette pratique.

L'ébène passait autrefois pour protéger de la peur ; aussi était-elle utilisée dans la confection des berceaux.

Pluton, roi des Enfers, était assis sur une trône d'ébène. La symbolique de l'ébène serait, comme le noir, liée à celle des enfers et au passage par les ténèbres."

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), l'Ébénier (Diospyros ebenum) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Féminin

Planète : Vénus

Élément : Eau

Pouvoirs : Protection ; pouvoirs psychiques, communication avec les esprits.


L'Ébénier est un plaqueminier (Diospyros) dont le bois, lourd et dense, est très recherché en ébénisterie. C'est en vieillissant à l'air libre qu'il devient noir.


Utilisation rituelle :

D'après Pausanias, la statue d'Apollon Pythien, ainsi que beaucoup de représentations des dieux égyptiens étaient en ébène. Il suffit de descendre vers l'équateur pour voir qu'il en est encore de même aujourd'hui où énormément de statuettes africaines sont sculptées dans ce bois, parce que, selon les populations locales, les esprits aiment se manifester par l'entremise de l'ébène.

Très estimé au Moyen Age, l'ébène passait pour avoir certaines vertus magiques, notamment celle de protéger contre les terreurs nocturnes. Au XVI e siècle, on construisait des berceaux en ébène, tout particulièrement pour les jeunes princes, « parce que ce bois a la vertu de les garder d'épouvantement ».


Utilisation magique :

Ce bois noir, très protecteur, fait d'excellentes amulettes. Les baguettes magiques en ébène affinent et purifient le pouvoir du sorcier.

Le fruit du plaqueminier ébénier favorise les états intérieurs médiumniques. Ne restez surtout pas sous cet arbre pendant un orage tropical; si la foudre le prenait pour cible, ce qui est fréquent, on ne retrouverait rien de vous, pas même un tas de cendres : l'esprit de l'Ébénier se serait caché dans votre corps afin de se faire passer pour un humain en arrivant au royaume des morts.

Les anciens navigateurs croyaient que l'ébène était une plante sans feuilles ni fruits, qui se cachait entièrement sous la terre, d'où les « Æthiopiens », qui connaissaient les endroits, venaient l'extraire.

*

*

Jean Paquereau, dans son ouvrage intitulé Au jardin des plantes de la Bible : botanique, symboles et usages. (Forêt privée française, 2016) explicite le symbolisme biblique de l'Ébénier :


Son nom hébreu est « habnim » (pluriel).

Référence biblique : « Les gens de Dédan faisaient aussi du commerce avec toi. Tes marchés s'étendaient à de nombreuses îles et tu te faisais payer en défenses d'ivoire et en bois d'ébène. »

Ézéchiel 27, 15 BFC.

Histoire dans la Bible :

C'est la seule référence biblique. Le nom hébreu habenim est un pluriel, non pas parce qu'il y avait plusieurs espèces d'ébène mais parce que ce bois était si précieux que chaque pièce vendue portait le nom même de l'arbre dont elle était issue.

C'est une des marchandises qui était importée par le port de Tyr avec d'autres objets précieux, en échange de ses produits : Ézéchiel 27, 15.

On employait son bois en Égypte et dans d'autres pays de la région pour la fabrication de statues et d'objets précieux. Ce n'est que plus tard qu'il a été introduit en Afrique occidentale où il forme des forêts denses.

*

*

609 vues

Posts récents

Voir tout