Blog

  • Anne

La Clavaire lumineuse


Étymologie :

  • CLAVAIRE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 1778 (Lamarck, Flore, Paris, t. 1, n°1288). Empr. au lat. des botanistes clavaria « id. » terme créé en 1697 par P. Bocco, Museum, Venise, I, t. 307 ds Linné, Species plantarum, Vindobonae, 1764, t. 2, p. 1651) à partir du lat. clava « massue »; cf. lat. clavaria, xixe s. ds DEI.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Mycologie :


Lire la fiche extraite du site http://www.champyves.fr/ ainsi que celle du site http://www.mycodb.fr/

*




Symbolisme :


On peut faire l'hypothèse qu'il est intimement lié à ses noms vernaculaires, en particulier à celui qu'on lui donne en anglais : Le Bâton jaune des Fées (Yellow Fairy Club).


Symbolisme du bâton :


Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982),


"Le bâton apparaît dans la symbolique sous divers aspects, mais essentiellement comme arme, et surtout comme arme magique ; comme soutien de la marche du pasteur et du pèlerin ; comme axe du monde.

Il revêt tous ces sens dans l'iconographie hindoue : arme entre les mains de plusieurs divinités, mais surtout de Yama, gardien du sud et du royaume des morts ; son danda joue un rôle de contrainte et de punition. En revanche, entre les mains de Vâmana, le Nain, avâtara de Vichnu, le danda est un bâton de pèlerin ; nous dirons qu'il est axe entre celles du brahmane. Les bâtons de Nînurta frappent le monde et s'apparentent à la foudre.

La canne du pasteur se retrouve dans la crosse de l'évêque, dont Segalen souligne que le balancé de sa marche rituelle est la transcription splendide et périmée e celle des princes pasteurs, dans les pâturages anciens. Appui pour la marche, mais signe d'autorité : la houlette du berger et le bâton du commandement.

(à suivre)


Symbolisme de la fée : voir la page qui lui est consacrée.

*


32 vues