top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Corail violet des bois




Étymologie :


Étymol. et Hist. 1778 (Lamarck, Flore, Paris, t. 1, no 1288). Empr. au lat. des botanistes clavaria « id. » terme créé en 1697 par P. Bocco, Museum, Venise, I, t. 307 ds Linné, Species plantarum, Vindobonae, 1764, t. 2, p. 1651) à partir du lat. clava « massue » ; cf. lat. clavaria, xixe s. ds DEI.


Lire également la définition du nom clavaire afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Clavulina amethystina - Clavaire améthyste -

Clavaria zollingeri - Clavaire de Zollinger - Clavaire violette -

Ramariopsis pulchella - Clavaire lilacine -

*





Mycologie :


Le Dr. Joseph Roques, auteur d'une Histoire des champignons comestibles et vénéneux (Fortin, Masson et Cie Libraires-Éditeurs, 1841) décrit rapidement la Clavaire améthyste :


Clavaria amethystea : La clavaire améthyste est une jolie espèce qu'on trouve dans les bois et dans les bruyères , où elle se divise en rameaux plus ou moins nombreux, glabres, cylindriques, pleins, fragiles, et ordinairement unis à leur surface. Elle est entièrement de couleur lilas ou d'un violet plus ou moins intense ; mais avec l'âge elle devient brune et presque noire ; sa hauteur est d'un à deux pouces.

Cette petite plante a un goût très fin, et quelques amateurs la préfèrent aux autres espèces. Mais elle est rare, et ses formes sont si exiguës, qu'il est assez difficile d'en former un plat convenable.

 

Jean Baptiste Louis Letellier, auteur d'une Histoire et description des champignons alimentaires et vénéneux qui croissant aux environs de Paris : précédées des principes de botanique indispensables a leur étude, et suives de planches représentant plus de cent espèces, lithographiées et coloriées d'après nature. (Chez Crevot, 1826) complète la description de la clavaire améthyste :


Clavaire améthyste. Clavaria amethystea. Bull,

Tout le champignon a une teinte violette, quelquefois très brillante, souvent mêlée de jaune, de brun, et même de noir. De nombreux rameaux cylindriques naissent de tiges minces, et se terminent tout à coup sans s'amincir, ce qui, joint à une petite taille puisqu'elle n'a guère que deux pouces, la distingue facilement de quelques variétés de clavaire blanche à base violette.

 

Clavaire de Zollinger
.pdf
Télécharger PDF • 308KB

B Senn-Irlet, propose des "Fiches pratiques sur les champignons : Clavaire de Zollinger. Clavaria zollingeri Lév." [en ligne November 2012, Birmensdorf, Institut fédéral de recherches WSL. 2 p.]

*

*




Usages traditionnels :


Jean Baptiste Louis Letellier, auteur d'une Histoire et description des champignons alimentaires et vénéneux qui croissant aux environs de Paris : précédées des principes de botanique indispensables a leur étude, et suives de planches représentant plus de cent espèces, lithographiées et coloriées d'après nature. (Chez Crevot, 1826) mentionne la comestibilité de cette petite clavaire :


Ces quatre espèces [Clavaria alba, Clavaria flava, Clavaria cinerea, Clavaria amethystea] qu'on a souvent confondues ensemble sous le nom de clavaria coralloides, jouissent des mêmes propriétés ; translucides, fragiles, fines, elles possèdent à peine une faible odeur, leur saveur est nulle.

Elles croissent dans les bois humides, sur la terre et sous les monceaux de feuilles. La première paraît la plus commune, et la dernière, qui est la plus rare, est aussi la plus estimée. On les recherche dans les campagnes où en les connaît sous les noms de barbe de chèvre, chevelures, gallinalle, poule, mainotte, buisson, etc. , et on les distingue par leur couleur.

On les prépare, après les avoir lavées, avec du beurre, de la farine, du bouillon, et une liaison.

*



Symbolisme :




14 vues

Posts récents

Voir tout

Le Corail

Comments


bottom of page