Blog

  • Anne

La Turquoise




Étymologie :

  • TURQUOISE, subst. fém.

Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1200 turkeise « pierre fine d'un bleu tirant sur le vert » (Simund de Freine, Roman de philosophie, éd. J. E. Matzke, 455) ; déb. xiiie s. turkoyse (Lapidaires anglo-norm., éd. P. Studer et J. Evans, VII a, XLIII, p. 284) ; ca 1298 torchoise (Rusticien de Pise, Marco Polo, éd. L. F. Benedetto, p. 27) ; 1478-80 turquoise (G. Coquillart, Plaidoyer, 561 ds Œuvres, éd. M. J. Freeman, p. 38) ;

2. a) 1617 bleu turquoise (D'Aubigné, Faeneste, I, 2 ds Œuvres, éd. H. Weber, bibl. de la Pléiade, p. 679 : un vlu Turquoise [imitation caricaturale de la prononc. gasc.]) ; 1844 (Al. Brongniart, Arts céram., t. 2, p. 558 : le cuivre donne un bleu turquoise aujourd'hui très-estimé ; p. 560 : la teinte bleu turquoise) ; 1839 bleu de turquoise (Balzac, Béatrix, p. 27) ; b) 1867 subst. et adj. « (de) couleur bleu turquoise » (A. de Beaumont, Les Arts décoratifs en Orient et en France ds R. des Deux Mondes, 1er nov., p. 147 : des angles rose de Chine et turquoise [...] des tons, tels que le turquoise ou le vert-de-gris). B. 1. 1771 hist. du mobilier (Encyclop., Planches, t. 9, Tapissier, pl. XIII, fig. 1) ; 2. 1778 text. (doc. ds Arch. hist. de la Saintonge, t. 3, p. 225 : une veste et culotte de turquoise) ; 1779 (J. général de France, 10 janv. ds Havard) ; 3. 1762 entomol. nom usuel d'un petit papillon, le Procris statices (E.-L. Geoffroy, Hist. abr. des insectes des environs de Paris, Paris, t. 2, p. 130) ; 1817 (Cuvier, Règne animal t. 3, p. 560 : la G[laucopide] turquoise). Fém. subst. de l'adj. a. fr. turcois « turc ».


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.




Lithothérapie :


Reynald Georges Boschiero, dans le Nouveau dictionnaire des pierres utilisées en lithothérapie (2001), nous apprend que la turquoise est aussi appelée callaïte.


"C'est la pierre qui évoque les mers du sud, lorsque les teintes du ciel et de la mer se mêlent si intimement qu'il est difficile de les différencier. La turquoise élève l'esprit vers le ciel et régit les fluides vitaux du corps.

Depuis la nuit des temps, la turquoise est une pierre sacrée en Égypte, en Perse, au Tibet, en Inde, et chez les Amérindiens du sud comme du nord. Magique, elle a la propriété de protéger votre entourage de vos propres pensées négatives en les absorbant à tel point qu'elle peut pâlir et mourir, voire se fendre lorsque la maladie ou la mort frappe son propriétaire, comme si elle s'offrait en sacrifice.

Elle protège aussi des énergies négatives émises par l'entourage, du mauvais œil, des agressions physiques, des accidents, de la mort violente.

C'est une pierre positive, optimiste qui permet de discerner le bien du mal. Elle est sincère et diffuse la confiance partagée sous le signe de la vérité. Elle conforte l'amitié et le sentiment d'affection réciproque.

Pierre de la jeunesse éternelle, elle est néanmoins porteuse d'une solide expérience qui donne courage et savoir-faire intuitif.

La turquoise est un bon régulateur du système nerveux. Ses effets apaisants contribuent à maîtriser ses coups de colère.

La turquoise donne un sens artistique passif qui permet de discerner le bon goût du mauvais.

Elle a une action purificatrice sur les fluides vitaux du corps : sang, urine, sperme, liquide céphalo-rachidien, sécrétions hormonales.

Elle renforce le système immunitaire.

Elle est efficace contre les intoxications, les empoisonnements, es excès de cholestérol, de triglycérides et de sucre.

Elle protège les muqueuses de la gorge, du nez et de la boîte crânienne ainsi que les yeux.

C'est une pierre de communication qui aide à l'expression et favorise l'écoute des autres.


Signes astrologiques de prédilection : Verseau, Poissons, Gémeaux, Sagittaire, Balance, Scorpion.

*

*

Dans Propriétés énergétiques des pierres et des cristaux (2001), J. M. Garnier nous livre les propriétés de la turquoise :


"La turquoise est une pierre bien vivante, elle peut changer de couleur, se fendre au gré des influences énergétiques qu'elle reçoit. Ce qui en faisait une pierre de divination dans l'ancien temps, car elle prévenait du mal imminent. Dans le commerce, la majorité des turquoises que l'on trouve sont passées dans un un bain de résine afin de les stabiliser. Cela n'affectera pas leurs propriétés intrinsèques.

C'est une pierre qui traitera les affections de la gorge et des voies respiratoires. Elle est aussi très efficace contre les infection bactériennes de tout type (par sa forte teneur en cuivre). Sur le chakra de base et le chakra du cœur, en activant l'oxygénation du sang, elle luttera contre les empoisonnements de celui-ci. Dans l'antiquité déjà elle était utilisée pour se protéger des poisons. Pour cette propriété on l'utilisera contre les maladies causées par un manque de substance nutritive et par exemple pour ceux qui souffrent d'anorexie. Pour les enfants qui bégaye on l'apposera sur le chakra du cœur avec une calcédoine au chakra de la gorge.

C'est une pierre qui absorbe rapidement et fortement les perturbations négatives causées par des points géopathogènes, il est donc recommandé d'en avoir une en voiture, elle évitera la perte de conscience du millième de seconde qui peut provoquer un accident. En outre, elle protège son entourage de ses pensées négatives et favorise le discernement.


Turquoise du Tibet : outre les propriétés générales de la turquoise, celle-ci s'est chargée d'une haute énergie spirituelle eu égard à la zone où elle est née.

Elle possède une forte propension à dissiper les négativités qui nous entourent ou qui émanent de nous-même, principalement sur le plan spirituel. Elle apporte ainsi une certaine paix de l'esprit."

*

*



Symbolisme :

Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Allain Gheerbrant, on peut lire que :


"La turquoise, dans les anciennes cultures mezo-américaines, est toujours en rapport avec le feu ou le soleil. Ainsi, le Soleil, dieu guerrier, à son réveil, chasse du ciel lune et étoiles avec pour arme le serpent de turquoises, identifié au feu et aux rayons. Chez les Aztèques, le dieu du feu se nomme Xiuhtecuhtli, ce qui signifie le maître de la turquoise.

Chez les Pueblo, la chambre cultuelle très secrète du Grand Prêtre des Pluies, (le maître des pluies du Nord), qui n'a pratiquement jamais été ouverte à un Européen, contiendrait un autel comportant deux petites colonnes de cristal et de turquoise plus une pierre en forme de coeur, le coeur du monde.

Huitsilopochtli, dieu aztèque de la guerre, suprême divinité solaire, est le Prince de la turquoise : il représente le soleil au zénith.

Comme il hennit joyeusement

Ecoute le cheval turquoise du Dieu Soleil.


(Chant Navajo, dans Trésor de la Poésie universelle, NRF, 1958)

Dans le Nouveau dictionnaire des pierres utilisées en lithothérapie, Reynald Georges Boschiero associe la turquoise à différentes traditions :


- "Aztèques : le dieu du feu était appelé "Maître de la turquoise".

- Bouddhisme tibétain : richesse matérielle et spirituelle (associée au corail).

- Musulmans : pouvoir spirituel.

- Noces de turquoise : 18 ans de mariage."

En symbolique, la turquoise est associée à : "Feu, soleil et eau."

*

*