Blog

  • Anne

La Canne à sucre



Étymologie :

  • SUCRE, subst. masc.

Étymol. et Hist. A. 1. Aliment. 1176-81 çucre « substance de saveur douce extraite de la canne à sucre » (Chrétien de Troyes, Chevalier au lion, éd. M. Roques, 1406) ; ca 1180 zucre (Guillaume de Berneville, St Gilles, éd. G. Paris et A. Bos, 854) ; fin xiiie s. sucre (Simples medecines, éd. P. Dorveaux, 979) ; 2. au fig. a) av. 1461 synon. de douceur (G. Chastellain, Exposition sur vérité mal prise ds Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 6, p. 254 : ingrat envers ta bonne fortune et ceux qui te ont bien fait, tu payes sucre par venin, tu payes baisers par morsures) ; 1661 être tout sucre et tout miel (Molière, L'École des maris, I, 1, éd. R. Bray, p. 97) ; b) 1866 casser du sucre « faire des cancans » ici, dans l'arg. des cabotins (Delvau, p. 65) ; 1867 id. « dénoncer un complice » (Delvau, p. 509). B. 1. 1824 méd. « principe sucré contenu dans le sang et qui, chez les diabétiques, passe dans les urines » (J. Riffault, trad. de l'angl. d'A. Ure, Dict. de chimie, IV, 393 d'apr. R. Arveiller ds Z. rom. Philol. t. 107, p. 371) ; 2. 1855 chim. « toute substance qui a la propriété de se transformer en alcool et acide carbonique » (Littré-Robin). Empr. à l'ital. zucchero « sucre », att. dep. le xiiie s. (dér. zuccherato « sucré », Iacopone da Todi ; zucchero au xive s., Crescenzi ds Tomm.-Bell.), lui-même empr. à l'ar. sukkar qui, de même que le gr. σ α ́ κ χ α ρ ο ν, lat. saccharum, est d'orig. indienne (skr. sárkarā ) ; ce sont en effet les Arabes qui ont introduit la culture de la canne à sucre en Andalousie et en Sicile. Voir FEW t. 19, p. 161b et 163.


Lire également la définition du nom sucre afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Mythologie :


D'après Charles Illouz, auteur d'un "Hommage à Marie-Joseph Dubois. Petite énigme d'ethnobotanique, Maré (îles Loyauté)." (In : Journal de la Société des océanistes, 110, 2000-1. pp. 97-11) :


[...] La canne à sucre aussi est très souvent évoquée avec un sens sexuel.

  • « Un pied de canne à sucre est wa-ea, mot qui se contracte en wia en lifou. Un plant de canne est formé généralement de l'extrémité de la tige avec un nœud et un bourgeon, et ses feuilles coupées. Il est u-re-ea = pénis de canne. Arracher la canne est îha-dugo - frapper le pubis (féminin) avec le pénis en éjaculant. [...] Beaucoup de noms d'hommes sont en ea- ou en wia-, faisant allusion à la vigueur du pénis, donc de la race, ou de la force politique du groupe. [...] Faire le coït est faire glisser la canne à sucre dans le faisceau = Icol othe-waea » (Dubois, 1984b : 134-135).

*

*

3 vues