Blog

  • Anne

Le Rouge-Queue




Étymologie :

Étymol. et Hist. 1640 (J. A. Comenius, Janua aurea reserata [...] A Nathanaele Dhuez in idioma Gallicum & Italicum traducta, p. 47: le rouge queuë ou rougecul). Comp. de rouge* et de queue*.


Lire également la définition de rouge-queue afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Rossignol des murailles ; Rubiette.




Croyances populaires :

Selon Ignace Mariétan, auteur d'un article intitulé "Légendes et erreurs se rapportant aux animaux" paru dans le Bulletin de la Murithienne, 1940, n°58, pp. 27-62 :


Il ne faut jamais faire de mal à un Rouge-Queue, sinon, si on a une vache rouge il lui arrivera malheur. Dans le Jura neuchâtelois on dit que la foudre tombera sur la maison. Jolie formule utilisée dans la vallée d'Anniviers pour prêcher la protection des oiseaux, elle est à rapprocher de celle de Guillaume Tell disant à son fils, dans la forêt protectrice au-dessus d'Altorf : « Il ne faut jamais frapper les arbres sinon ils saignent ».

A Hérémence le Rouge-Queue est regardé comme un oiseau mystérieux, ayant des pouvoirs surnaturels. Si un enfant a le malheur de tuer un de ces oiseaux posé sur le toit de sa maison, son père ou sa mère mourra. Si au contraire on le tue posé sur le toit de l'étable on subira la perte de la plus belle bête de l'étable.

La présence du Rouge-Queue est un porte-bonheur, s'il niche dans l'une ou l'autre partie de la maison ce sera une année de bonheur et de prospérité.

*

*