top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Polypore nid d'abeilles




Autres noms : Hexagonia nitida - Apoxona nitida - Scenidium nitidum - Daedaleopsis nitida - Tramète du chêne vert - Tramète brillant -




Mycologie :


Jacques Delaigue, auteur d'un article intitulé "Apoxona nitida (Dur. et Mont.) Donk en France." (In : Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 45ᵉ année, n°4, avril 1976. pp. 150-168) démontre que ce polypore est bien moins rare en France qu'on ne l'a cru pendant une période :


[...] Ce bilan provisoire est franchement positif et permet d'arriver logiquement aux considérations chorologiques et écologiques suivantes : Apoxona nitida n'est pas un champignon très rare. [...]

Apoxona nitida a pour hôte habituel, en France, l'yeuse ou chêne vert : Quercus Ilex L. Cependant dans d'autres pays du pourtour méditerranéen il a été signalé parfois sur d'autres chênes. [...]

Apoxona nitida, lié au Quercus Ilex L., ne peut évidemment se trouver que dans la zone de végétation de cet arbre, dans l'étage du chêne vert.

Bien qu'en régression, l'yeuse offre encore, en certaines régions (contreforts du massif de l'Aigoual par exemple) de très vastes populations. Ailleurs, son aréa spécifique est morcelée en bois ou boqueteaux, revêtant fréquemment un faciès de taillis. Les grands arbres se trouvent près des mas, et les plus belles futaies dans les grands domaines languedociens ou provençaux, ou dans les forêts communales ou domaniales.

On peut donc théoriquement trouver ce polypore partout où le climat suffisamment chaud et ensoleillé permet la végétation de cet arbre xérophile. D'où sa répartition géographique sur la côte atlantique (Vendée - Charente), dans le Languedoc-Roussillon, Provence-Côte d'Azur et vallée du Rhône jusqu'à l'extrême limite de la zone d'extension du chêne vert (station de la vallée de la Cance). [...]

Apoxona nitida, champignon méditerranéen, lié au chêne vert, est conditionné par l'altitude. Alors qu'en Afrique du Nord c'est un champignon des montagnes, ne venant, selon l'avis de M. G. Malençon qui le connaît bien du Maroc, qu'entre 1 000 et 2 000 mètres, en France, pays plus septentrionnal, c'est un champignon de basse altitude. [...]

Apoxona nitida est indifférent à la nature du terrain. [...]

Apoxona nitida est assez peu sensible à l'exposition de la station : en particulier son orientation selon les quatre points cardinaux ne semble pas primordiale, sauf vers la limite septentrionale de l'aire de végétation de l'yeuse. [...]

Cependant, plus que les caractéristiques physiques du biotope, c'est l'état biologique de l'hôte lui-même qui importe.

Apoxona nitida ne vient que sur bois mort. Jamais je ne l'ai trouvé sur bois vivant, alors que j'ai pu dénombrer plus de deux mille carpophores. Et mes observations confirment celles de mes vingt-cinq correspondants qui pareillement l'ont tous et toujours rencontré uniquement sur bois mort. [...]

C'est en effet sur des branches mortes encore en place sur l'arbre vivant qu'on peut habituellement observer les carpophores. C'est le cas le plus fréquent ; on les trouve alors généralement sur les plus basses branches, les premières à mourir par manque de lumière, et les moins desséchées ; mais parfois aussi, surtout sur les arbres sénescents, sur les branches sommitales, et dans les grandes futaies l'usage des jumelles devient indispensable pour les distinguer nettement.

 

Polypore nid d'abeille
.pdf
Télécharger PDF • 1.82MB

Sur le site Mycocharentes on découvre la fiche suivante :



*

*




Symbolisme :


Andy Carstens, sur le site Asknature explique la spécificité de la structure en nid d'abeille :


Les abeilles et les guêpes construisent des nids solides et peu encombrants à l'aide de cellules hexagonales.


Introduction : La question de savoir pourquoi les abeilles mellifères se sont adaptées à la construction de leurs nids à partir de cellules hexagonales a été débattue pendant des siècles. Dans Sur l'origine des espèces, Darwin a émis l'hypothèse que la sélection naturelle conduisait à "une économie de cire". Être économe avec la cire est un travail judicieux pour une abeille, car elle doit consommer environ huit livres de miel pour produire une livre de cire.

Mais il a fallu que des mathématiciens étudiant la forme hexagonale se dirigent directement vers la vérité. Vers 36 avant JC, un érudit du nom de Marcus Terentius Varro a écrit pour la première fois sur ce problème mathématique particulier, surnommé plus tard « la conjecture en nid d'abeille ». En 1999, Thomas Hales a prouvé mathématiquement que les hexagones convexes organisés en grille minimisent la surface totale du périmètre par rapport à toute autre forme pavée.

[...]

La stratégie : Dans une interview en 2019, Thomas Hales - le mathématicien qui a finalement prouvé la conjecture - a déclaré qu'en fin de compte, "un nid d'abeille hexagonal est le moyen d'adapter la plus grande surface avec le moins de périmètre". Du point de vue d'une abeille, cela signifie stocker plus de miel dans un plus grand volume tout en dépensant moins d'énergie pour construire une structure pour le contenir. En d'autres termes, Darwin avait raison.

Et l'efficacité de l'espace n'est pas le seul avantage de la construction avec des hexagones. Empilés ensemble, les hexagones remplissent les travées dans un agencement décalé avec six murs courts autour de chaque "tube", donnant aux structures une résistance à la compression élevée. Les ruches dissipent également bien la chaleur, empêchant la structure cireuse de fondre par temps chaud. Bien que peu d'espèces de guêpes stockent du miel, elles aussi construisent des nids à l'aide de cellules hexagonales, profitant de ces mêmes avantages. L'efficacité, la résistance et la perte de chaleur contrôlée sont également importantes pour les structures humaines, il n'est donc pas étonnant que les nids d'abeilles inspirent la conception humaine.


Le potentiel : Les scientifiques et les ingénieurs ont incorporé des conceptions hexagonales dans des applications apparemment sans fin, notamment des matériaux de construction légers, des panneaux flexibles pour la construction de ponts, l'absorption acoustique, la diffusion de la lumière, catalyseur la conception, le blindage magnétique, l'ingénierie tissulaire et même la construction de meilleures planches de surf.

"Ce doit être un homme terne qui peut examiner la structure exquise d'un peigne, si magnifiquement adapté à sa fin, sans admiration enthousiaste", a écrit Darwin. Alors que nous examinons ces structures plus d'un siècle et demi plus tard, nous trouvons encore de nouvelles choses à admirer et à imiter.

*

*






20 vues

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page