Blog

  • Anne

Le Pois-de-cœur





Autres noms : Cardiospermum halicacabum ; Bonnet de prêtre (Maurice) ; Cardiosperme merveilleux ; Cœur des Indes ; Liane poc-poc ; Liane tipoc-poc (Rodrigues) ; Pok-pok (La Réunion) ;




Botanique :






Usages traditionnels :


Dans un article intitulé "Les fleurs de Tselatra. Symbolique des fleurs et condition humaine chez un poète malgache du début du XXe siècle." de Gabriel Lefèvre, Marie-Laurent Randrihasipara et al. (In : Études océan Indien, 2008, no 40-41, pp. 101-137) on découvre que :


[...] pour écarter des maux redoutés comme l’horrible chancre du kialo, on peut recourir à la plante voafaria (Cardiospermum halicacabum L., Sapindaceae) dont le nom semble vouloir dire « pris-et-rejeté »…

 

Selon les recherches de Jean-Baptiste Gallé, Sophie Groeber, Allison Ledoux, et al., auteurs de Quelques plantes employées dans le Sud-Ouest de Madagascar. (In : Madagascar : Jardins du Monde, 2014) :


Utilisation en médecine traditionnelle : Partie utilisée : feuille, plante entière


Données issues des enquêtes :

  • La décoction des feuilles est employée pour soulager les maux de ventre et pour nettoyer les organes internes.

  • La plante entre également dans un rituel magico-religieux destiné à éloigner le malheur et les mauvais esprits. Deux tiges de mandravasarotra (Sida spinosa), de romba (Ocimum sp.) et de voafaria (Cardiospermum halicacabum) servent à confectionner un petit rameau pour asperger la maison et la cour avec de l’eau.

Propriétés pharmacologiques : Anti-inflammatoire, analgésique, antipyrétique, anti-allergique antibactérien pour le soin des affections rhumatismales et des dermatoses. L’activité anti-inflammatoire est liée à une inhibition spécifique de la COX2 ainsi qu’une diminution de l’action du TNFalpha et du NO et l’activité insecticide, liée au flavone aglycone.

Les extraits aqueux et éthanoliques montrent une activité antioxydante, et la cardiospermine extraite des racines une activité anxiolytique. L’extrait à froid est un répulsif contre trois types de moustiques vecteurs de maladies : Culex quinquefasciatus, Aedes aegypti et Anopheles stephensi.

Son effet protecteur contre les ulcères gastriques, pourrait être la conséquence des propriétés antioxydantes de la plante.


Discussion : L’usage externe de la plante est à recommander et son usage interne à éviter dans l’attente de précisions sur la toxicité de la plante.

*

*




Symbolisme :


Dans La Vie érotique de mon potager (Éditions Terre Vivante, 2019), Xavier Mathias nous donne quelques précisions sur le symbolisme du Pois de cœur :


Pour bien des jardiniers, étrangement, la sexualité passe avant tout par le cœur. Pourquoi, se demandera-t-on légitimement ? Quel peut-être le lien entre ces deux organes, hormis bien sûr que le cœur peut faire affluer le sang dans ces étranges appendices situés un étage plus bas ? Et après tout, est-ce tellement important de le savoir ?

Mais, si nombreux sont ceux à voir dans la relation forte que nous établissons entre sexualité et sentiments un signe de cette humanité qi parfois semble faire tant défaut à notre espèce, surtout, cultivons ce pois de cœur pour la Saint-Valentin ou pour la fête des mères, qu'importe !

Le pois de cœur n'est pas aphrodisiaque, n'a pas dans son mode de croissance un détail qui pourrait, par analogie, évoquer notre comportement. non, plus évident et plus magique, le pois de cœur est, tout simplement. Il est une magnifique plante grimpante munie de vrilles, aux feuilles découpées, qui se couvre de petits lampions après avoir fleuri tout l'été, ce qu'il est précisément en train de faire pour mon plus grand plaisir. Quand ces petits lampions évoquant les physalis, par exemple, après avoir totalement séché ont pris une belle teinte de papier parcheminé, retenez votre souffle, ouvrez-les tout doucement et regardez de plus près : trois petites graines ave ce cœur blanc se détachant nettement sur le fond noir sont blotties à l'intérieur. Allez-y, prenez-les et offrez-les à l'élu(e) de votre cœur ! Prenez ensuite soin de bien en conserver quelques unes à ressemer l'année prochaine. Louis Chédid nous l'a rappelé il y a peu : « On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime. »

*

*


31 vues

Posts récents

Voir tout