top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

La Vernéite





Minéralogie :


Tonči BALIĆ-ŽUNIĆ, Anna GARAVELLI, Daniella PINTO and Donatella MITOLO, auteurs de : « Verneite, Na2Ca3Al2F14, a new aluminum fluoride mineral from Icelandic and Vesuvius fumaroles », in Minerals (Basel) vol. 8 (2018), Article n° 553 (10 pages), expliquent le choix du nom de ce "nouveau" minéral :


Le nouveau minéral vernéite, Na2Ca3Al2F14, a été découvert parmi les échantillons collectés à partir de fumerolles sur les volcans Eldfell et Hekla, où un nombre considérable de nouveaux minéraux fumeroliens a été observé ; six d’entre eux ont jusqu’à présent été entièrement décrits. La même phase minérale a été identifiée à peu près au même moment dans un échantillon jailli du Vésuve, appartenant à la la collection Pelloux, conservée dans la section minéralogique du Musée des Sciences de la Terre de l'Université de Bari. L’étiquette originale de cet échantillon du Musée, datée de 1925, indique « Avogadrite du Vésuve ».

[...]

La Vernéite doit son nom à Jules Verne (1828-1905), le célèbre auteur français de romans, de poésie, et de pièces de théâtre, surtout connu pour ses romans d’aventures et sa profonde influence sur le genre littéraire de la science-fiction et, à travers elle, la promotion de la science, en particulier auprès des jeunes. Dans son roman Voyage au centre de la Terre (1864), Verne décrit un groupe de personnages partis explorer le cratère d'un volcan tranquille en Islande (Snæfell) qui, après un voyage aventureux à travers les passionnants paysages souterrains de la Terre, sont finalement éjectés dans le sud de l’Italie par l’éruption d’un volcan (Stromboli).

Nous considérons donc que le nom de vernéite est approprié pour un minéral trouvé et décrit par la même équipe de chercheurs sur les volcans islandais et italiens les plus connus. Le minéral et le nom du minéral ont été approuvés par la Commission des nouveaux minéraux, de la nomenclature et de la classification des IMA (n° 2016-112).

*

*




Littérature :


Jean-Claude Bollinger, dans un article intitulé "Jules Verne & la science d'aujourd'hui : du Snarffels au Stromboli, de la géologie à la géocritique ". (In : Bulletin de la Société Jules Verne, 2020, vol. 201, pp. 38-39) rapproche Verne de Goethe :


Jules Verne partage avec Goethe l’éminent honneur de voir son nom attaché à une espèce minérale. Dans le cas de J.W. Goethe (1749-1832), écrivain allemand, juriste et homme politique, mais aussi scientifique et particulièrement géologue, c’est un oxy-hydroxyde de fer qui a été nommé ‘goethite’ (1) : [...] Quant à la ‘vernéite’, qui est un alumino-fluorure de calcium et sodium, son nom a semblé une évidence pour les géologues danois et italiens qui l’ont caractérisée dans les dépôts de fumerolles des volcans Hekla (en Islande) et Vésuve (en Italie) (2) : comme ils le rappellent eux-mêmes, cette double localisation ne pouvait que faire penser aux héros du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, qui partant du Snæffels, volcan éteint d’Islande, sont ressortis au Stromboli, volcan actif d’Italie !

Il est vrai que Voyage au centre de la Terre est un roman géologique, emblématique des œuvres de Jules Verne, et dont les rapports avec la science de son temps ont été discutés avec force détails par John Breyer et William Butcher. [...]

Enfin, on ne peut que regretter que, jusqu’à présent tout au moins, aucune espèce minérale n’a été baptisée ‘lidenbrockite’ en l’honneur du Professeur Otto Lidenbrock, qui « joignait au génie du géologue l’œil du minéralogiste », et avait été l’auteur d’un Traité de Cristallographie transcendante qui malheureusement « ne fit pas ses frais » (VCT, I, 41) ; pour ma part, je suggérerais bien une géode avec des propriétés magnétiques … Je m’explique : les géodes, qui sont des roches creuses contenant des cristaux (l’améthyste en est un bel exemple), font partie des collections du Professeur (« ses précieuses géodes [siliceuses] » ; VCT, IV, 61 et V, 72) et leur structure correspond bien au passage des héros dans une zone où « [l]a lumière […], répercutée par les petites facettes de la masse rocheuse [peuvent leur faire imaginer] voyager à travers un diamant creux » (VCT, XXII, 203 [...] ; quant aux propriétés magnétiques, elles se rapporteraient bien entendu aux problèmes liés au fonctionnement de leur « damnée boussole » (VCT, XLV, 374).


Notes : 1) Richard S. MITCHELL : « Who's who in mineral names », in Rocks & Minerals (London) vol. 56 (1981), pp. 216-218.

2) Tonči BALIĆ-ŽUNIĆ, Anna GARAVELLI, Daniella PINTO and Donatella MITOLO : « Verneite, Na2Ca3Al2F14, a new aluminum fluoride mineral from Icelandic and Vesuvius fumaroles », in Minerals (Basel) vol. 8 (2018), Article n° 553 (10 pages).

*

*


14 vues

Posts récents

Voir tout

留言


bottom of page