Blog

  • Anne

La Benoîte





Étymologie :

Ét mol. et Hist. xiie s. benëoite « espèce de plante » (Gloss. Tours, éd. L. Delisle, 331 dans T.-L.), seulement dans des gl. en a.fr. ; forme benoiste dep. 1545 (G. Guéroult dans Delb. Rec. dans DG). De l'adj. benoît, sans doute à cause des grandes vertus thérapeutiques de cette plante.


Lire également la définition de la benoîte afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Geum ; Avence ; Bénédictine ; Benoîte des villes ; Bénouette ; Binatte ; Bonnette ; Djèb du feu ; Gariot ; Galiote ; Herbe à la fièvre ; Herbe aux abeilles ; Herbe bénie ; Herbe de cœur ; Herbe du bon soldat ; Herbe Saint-Benoît ; Ombrage des bois ; Racine de giroflée ; Récise ; Salmonde ; Sanicle des montagnes.




Botanique :


*




Symbolisme :


Selon Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani :


La racine de cette plante herbacée des bois, à fleurs jaunes, qui doit son nom au vieux français "benoît" (bénit) possède des propriétés de purification, à condition de l'arracher en prononçant des prières et de porter des gants ayant touché une statue de la Vierge, sinon on s'expose à être ensorcelé.

Pour savoir si les lieux qu'ils exorcisaient notamment avec un encens spécial, étaient réellement assainis, les prêtres inquisiteurs de Grande-Bretagne jetaient le rhizome de "l'herbe bénite" sur du charbon de bois : "si la racine rôtissait normalement, tous les démons avaient définitivement déguerpi. S'il restait encore quelques acharnés, tapis dans les recoins, le rhizome gémissait, entrait en convulsions et poussait même des cris".

Si la plante se fane à l'approche d'un individu, c'est la preuve que ce dernier verse dans la sorcellerie ; aussitôt qu'il se sera éloigné, elle reviendra à la vie.

Comme la médecine populaire l'utilise pour les affections de la tête, attribuées autrefois au diable, et pour les accidents entraînant des saignements, elle est également appelée "herbe de saint Benoît", saint protecteur des accidents et invoqué dans le cas de maladies dites diaboliques.

Cueillie avant le lever du soleil et portée autour du cou dans un petit sachet - un usage allemand conseille d'y joindre du sel et des cierges et de la faire bénir trois fois -, la racine de benoîte arrête non seulement toutes les hémorragies, mais délivre également des hémorroïdes, fortifie la vue et guérit l'ophtalmie. Elle protège également des animaux sauvages et des morsures de serpent.

Selon un manuscrit belge du XVIIe siècle, "sa graine [ou]] sa racine cueillie au défaillant de la lune et pendue au col est bonne à ceux qui tombent du mal Saint-Jean" (épilepsie).

*

*

La Clairière des Carnutes, affiliée à l'OBOD propose un document synthétique sur l'utilisation magique des plantes dans lequel on trouve quelques renseignements sur la benoîte :


- elle est reliée par analogie au Soleil. Comme toutes les plantes solaires, elle se caractérise par sa douceur et sa couleur vive.

- c'est aussi une plante masculine dédiée à Jupiter :

- les herbes masculines possèdent généralement des vibrations fortes. Ce sont celles que l'on utilise pour la protection, la purification, l'exorcisme, ou comme aphrodisiaque, ainsi que pour maintenir le potentiel sexuel, la santé, la force, le courage, etc. Certaines servent également à fortifier l'esprit.

- en tant que plante jupitérienne, elle est utilisée en magie pour :

  • Les affaires juridiques, la guérison, la protection.

  • Cœur, artères, côté droit de l’homme, côté gauche de la femme, œil droit.

N.B. la fiche sur la plante la donne comme dédiée à Jupiter mais elle ne figure pas ans la liste des plantes vouées à cette planète.

- liste dans laquelle elle apparaît en lien avec la planète Mars : en tant que plante martienne , elle fait partie des plantes piquantes, amères, épineuses et agit sur :

  • Le courage, la force, le désir sexuel, la puissance sexuelle, l'exorcisme.

  • Vésicule biliaire, oreille gauche, organes génitaux de l’homme, reins.

- la benoîte est utilisée dans les rituels de magie amoureuse pour ses vertus aphrodisiaques.

- elle permet d'exorciser les lieux malsains

- elle protège contre les bêtes sauvages et les morsures de serpents


Amour : Les Amérindiens l'utilisent à des fins de séduction. Ils s'en enduisent le ventre, le tour de taille, pressent du suc dans leurs cheveux. L'odeur forte, bien caractéristique, doit les rendre irrésistibles auprès de l'autre sexe. Ce rituel concerne uniquement les hommes. Exorcisme : En fumigation, la poudre de racines de benoîte exorcise les lieux malsains. On jetait un rhizome sur du charbon de bois, si il rôtissait normalement tous les démons étaient partis sinon le rhizome gémissait et poussait des cris. Protection : Portée sur soi, une racine protège aussi bien contre les attaques des bêtes sauvages que contre les morsures de serpents. Si vous soupçonnez quelqu'un d'essayer de vous nuire par des moyens occultes, arrangez-vous pour attirer cette personne chez vous et faites-lui visiter le jardin. Lorsqu'elle passera à proximité des Benoîtes, les plantes se faneront aussitôt. Elles retrouveront santé et vigueur dès que l'individu malveillant aura quitté les lieux.

*

*

D'après L'Almanach de la sorcière (2019) proposé par Katherine Quenot : la benoite est une plante purificatrice utilisée pour les exorcismes :


La benoîte est utilisée de préférence fraîche pour la purification.

Puissante plante magique, elle permettait de détecter les démons, à condition de l'arracher en récitant les prières consacrées. Il fallait se munir de gants ayant touché la statuette de la Vierge pour éviter d'être ensorcelé. Avant tout, il fallait brûler un encens spécial dit "de combat" puis ensuite faire brûler le rhizome de la plante sur du charbon de bois. Si la racine rôtissait normalement, c'est que tous les démons avaient déguerpi, sinon, le rhizome "gémissait et poussait même des cris".

Aujourd'hui, on utilise toujours l'Herbe de saint Benoît comme plante purificatrice et protectrice.

Elle est aussi utilisée comme plante médicinale, à tel point qu'on continue de la désigner par des noms tels que herbe de sang, herbe de cœur ou herbe de fièvre.

*

*



14 vues