Blog

  • Anne

L'Osmonde royale




Étymologie :

  • OSMONDE, subst. fém.

Étymol. et Hist. Ca 1200 (La Naissance du Chevalier au Cygne, Elioxe, éd. E. J. Mickel, 1981). Orig. inconnue.


Lire également la définition du nom Osmonde afin d'amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Osmunda regalis ; Fougère aquatique ; Fougère des marais ; Fougère fleurie ; Fougère franche ; Fougère royale ; Mondria ; Osmondriale ; Racine du monde royal ;




Botanique :


*



Vertus médicinales :


Selon les recherches de Marie-Claire concernant les fougères :


L'osmonde royale (Osmunda regalis) : Comme ses sœurs, l'osmonde est elle aussi associée aux archaïques traditions d'invisibilité lorsque sa graine miraculeuse jaillit des profondeurs de la terre pendant la courte nuit du solstice d'été.


Constituants : On utilise le rhizome et les fondes riches en tanins.


Propriétés : Astringente ; Diurétique ; Tonique ; Vulnéraire ; Purgative.


Usage thérapeutique

  • Décoction de racines ou infusion ; rhumatismes, diurèse

  • Baume et onguent ; blessures et ecchymoses

  • Cataplasme ; rhumatismes

  • Matelas de feuilles fraîches ou séchées ; rhumatismes, rachitisme chez l'enfant

*

*




Symbolisme :


Louise Cortambert et Louis-Aimé. Martin, auteurs de Le langage des fleurs. (Société belge de librairie, 1842) évoquent rapidement le symbolisme de l'osmonde :


OSMONDE - RÊVERIE.

Mathiole attribue à cette jolie fougère, qui croit sur les rochers humides, la vertu d'inspirer des songes prophétiques.

 

Dans Les Fleurs naturelles : traité sur l'art de composer les couronnes, les parures, les bouquets, etc., de tous genres pour bals et soirées suivi du langage des fleurs (Auto-édition, Paris, 1847) Jules Lachaume établit les correspondances entre les fleurs et les sentiments humains :


Osmonde royal - Rêverie.

Cette plante croit sur le bord des eaux et dans les lieux solitaires recherchés par les amants de la rêverie.

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), l l'Osmonde royale (Osmunda regalis) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mercure

Élément : Air

Divinités : Sylphes, sylphide ; Dryades ; Faunes ; Satyres ; et dans les mythologies celte, germanique et scandinave, toutes les divinités champêtres et sylvicoles.

Pouvoirs : Ceux que l'on attribue généralement à la grande famille des Fougères dont l'Osmonde fait partie.


« Dites-moi, Jeanne : que faut-il avoir pour gâter le blé ?

- Il faut avoir le cœur d'un crapaud, l'œil gauche d'un corbeau, et de la graine de fougère des marais ramassée la nuit du feu de la Saint-Jean. Avec un plat d'argent que j'avais eu en héritage, j'en ramassai une brassée... oui ! entre onze heures et le coup de minuit. Seulement, mon ami, il y a encore une autre herbe que je ne nommerai pas ; et sans celle-là, les autres n'ont aucune vertu, dame non !.


Utilisation magique : La sève des Osmondes vous gardera éternellement jeune - si jamais vous parvenez à l'extraire.

Si vous êtes incommodé par les puces, brûlez deux pieds de fougère Osmonde le jour de la fête de Saint-Abadon (30 juillet) et répandez la cendre sur le plancher de votre maison ; les puces crèveront plus vite qu'elles ne peuvent sauter (Vosges).

Pour désenvoûter un lieu, on l'enfumera pendant plusieurs heures, entretenant un minimum de trois grands brasiers sur lesquels on jette des brassées d'Osmonde. Lorsque l'atmosphère est devenue irrespirable, on empile encore des fougères en tenant entre ses lèvres une image pieuse bénie par un moine en blanc ; il n'y a plus qu'à laisser les feux s'éteindre lentement. Les esprits malveillants n'y reviendront pas de sitôt.

On appelle graine de fougère royale l'or avec lequel on graisse la patte d'un homme qu'on veut corrompre.

On guérit de toutes sortes de maladies intérieures si l'on porte sur soi une ceinture d'Osmondes cueillies la veille de la Saint-Jean, à midi précis, et tressée de telle sorte qu'elle forme le caractère magique hvty. Un synode, tenu à Bordeaux en 1600, condamna l'usage de cette ceinture.

Si une jeune fille prend un visible plaisir à manier des feuilles d'Osmonde, c'est un présage qu'elle se couchera dessus prochainement (Naintré, Vienne).

Brûlées à l'extérieur, par exemple au cours de débroussaillages, les hautes Osmondes d'eau peuvent attirer la pluie. De toute façon, leur fumée éloigne, dans un rayon de plusieurs centaines de mètres, les serpents, scorpions, tarentules, etc. Tout ce qui pique, rampe et crache du venin se comporte, face à des feux de fougères, comme des diablotins aspergés d'eau bénite.

Si vous vous trouvez à minuit : pile en un lieu désert où poussent des Osmondes, et que vous n'entendiez pas un bruit - mais alors pas le moindre son -, un lutin apparaîtra et vous donnera une bourse remplie de pièces d'or. Dans l'Angleterre rurale du XVIII e siècle, des paysans, souvent accompagnés par leur épouse, sortaient de sous leurs draps chauds et trottaient sous la lune pour se trouver, à l'heure légendaire, sur un coin de lande marécageuse où ils avaient repéré une forte concentration d'Osmondes. Et là, rigoureusement immobiles, retenant leur souffle, maudissant le cri du hibou, ils attendaient... On appelait cela « gueuser la fougère ».

Comme ses sœurs la fougère mâle et la fougère à l'aigle, la grande Osmonde des marais est elle aussi associée aux archaïques traditions d'invisibilité lorsque sa graine miraculeuse jaillit des profondeurs de la tourbière pendant la courte nuit du solstice.

*

*


23 vues

Posts récents

Voir tout