Blog

  • Anne

Le Cercocarpe



Étymologie :


D'après Wikipédia, "Le nom vient du nom grec Kerkos (qui a donné Cerco) qui signifie « Queue » ainsi que du mot Carpus qui signifie « Fruit ». C'est donc l'arbre aux « fruits en forme de queues »."

*




Symbolisme :


Eliot Cowan, auteur de Soigner avec l'Esprit des Plantes, Une voie de guérison spirituelle (Édition originale 2014 ; traduction française Éditions Guy Trédaniel, 2019) raconte plusieurs histoires de guérison dont il a fait l'expérience à partir du moment où il est entré sur la voie de la Guérison avec l'Esprit des plantes :


Après son premier traitement par l'esprit des plantes, Glenda, une de mes patientes, déclara que pendant deux semaines elle avait ressenti qu'elle était sur le point de recevoir un "message spirituel". A la deuxième séance, je lui ai donné du cercocarpe. L'esprit de cette plante s'était montré à moi sus l'aspect d'une vieille et sage grand-mère amérindienne venant d'une tribu qui tient ses cérémonies dans des cavités souterraines. J'avais l'espoir que cette grand-mère pourrait donner à Glenda les enseignements dont elle avait besoin, car les grands-mères sont les gardiennes et les enseignantes du savoir spirituel traditionnel.

Après son traitement avec le cercocarpe, Glenda commença à entendre ces deux mots : "Second Mesa", se répéter dans sa tête. Elle n'avait jamais entendu ces deux mots ensemble et n'avait aucune idée de ce qu'ils pouvaient signifier. Le jour suivant, elle et son mari ont regardé un documentaire à la télévision sur les Indiens Hopis, et tous deux l'ont trouvé très intéressant. A la in du film, Glenda s'est tournée vers son mari et a dit : " C'est ça, c'est les Hopis ! Il y a quelqu'un là-bas qui a un message pour moi. Chéri, il faut que nous allions rendre visite aux Hopis !

- O.K. chérie, mais où faut-il que nous allions ? Je ne sais même pas où vivent les Hopis. Tu le sais, toi ?

- Comment le saurais-je ? Je n'ai jamais quitté la Californie de ma vie !

- Bon, je vais regarder dans l'atlas. Je crois avoir entendu dire qu'ils vivaient quelque part en Arizona."

Ils étudièrent tous les deux attentivement la carte de l'Arizona et, effectivement, c'était là que se trouvait la réserve hopi, et ils regardèrent la carte de plus près.

" C'est là : Second Mesa ! Regarde, c'est un village dans la réserve hopi ! Le week-end prochain, nous irons à Second Mesa !"

Quand le vendredi est arrivé, toutes les autres secrétaires du bureau de Glenda étaient souffrantes et absentes, et elle se dit qu'elle ne pouvait pas prendre un congé pour aller à Second Mesa. Elle était effondrée. Son mari essaya de lui remonter le moral : "Tu sais quoi, chérie, on va faire un tour en voiture seulement jusqu'au pied des montagnes. On pourra peut-être trouver là-bas quelques Indiens pour toi."

Ils roulèrent jusqu'au pied des montagnes. Apercevant un panneau indiquant "Galerie d'art amérindien", ils s'arrêtèrent pour aller admirer les peintures. Après quelques minutes, le gardien marcha droit sur Glenda et, sans se présenter, lui dit de but en blanc : "J'ai une grand-tante. Elle st très âgée et très avisée. C'est une Indienne Hopi pur sang, et elle vit dans la réserve en Arizona dans un petit village qui se nomme Second Mesa. Vous devriez aller la voir." Puis il tourna les talons et s'éloigna.

Pour autant que je sache, Glenda n'a toujours pas rendu visite à sa très sage vieille grand-mère. Il est toutefois intéressant de noter que Grand-Mère cercocarpe est justement la seule de mes amies plantes que l'on trouve aussi bien en Californie que dans le territoire hopi.

Cette histoire montre de quelle façon le soin avec les plantes nous connecte à l'esprit du lieu, c'est-à-dire à l'esprit de la nature."

*

*


6 vues