Blog

  • Anne

Le Caïlcédrat



Étymologie :

  • CAÏLCEDRA(T),(CAÏLCEDRA, CAÏLCEDRAT), subst. masc.

Étymol. et Hist. 1865 (Littré-Robin). Orig. inconnue (v. NED Suppl.).


Lire également la définition du nom caïlcédrat afin d'amorcer la réflexion symbolique.




Bienfaits :


Selon Victor Ange Amegan naturopathe holistique, dans un article intitulé "Les secrets du caïlcédrat" (http://healthmagbenin.com/les-secrets-du-cailcedrat/ ) :


Dans les années soixante-dix, le boulevard Saint Michel de Cotonou (Benin) jouissait de l’ombrage d’un grand arbre, le Cailcédrat. On le reconnaissait vite à son tronc mis à nu par les populations riveraines et acteurs de la pharmacopée qui raclaient son écorce hautement médicinale.


Le Caïlcédrat : un arbre à pharmacie naturelle 

Le caïlcédrat, de son nom botanique : « khaya senegalensis » ou acajou du Sénégal en français est un arbre monoïque de la famille des Méliacées, pouvant dépasser 15 m de hauteur, un arbre extraordinaire d’une utilité industrielle immense, en termes de reboisement urbain, de production de madriers, de mortiers et pilons artisanaux.

Le caïlcédrat  est connu depuis l’antiquité, comme un arbre à pharmacie, un arbre médicinal puissant, multivalent et multifonctionnel qui peut, à lui seul, traiter et guérir de nombreux maux, grâce aux nombreux principes actifs disséminés dans ses feuilles, ses écorces de tronc et de racines, par opposition aux potions et mixtures. Il est utilisé en poudre d’écorce, en infusion de feuille, en macérât d’alcool et au miel.


On recommande le caïlcédrat dans les cas suivants:

  • l’anémie

  • la drépanocytose

  • les rhumatismes

  • les maladies du sang

  • l’ulcère gastrique

  • les troubles digestifs

  • l’obésité, le surpoids

  • les troubles du foie

  • les coliques et les diarrhées

  • le vomissement

  • les vers intestinaux

  • les maladies amibiennes

  • l’hypertension artérielle

  • le diabète et la plaie diabétique

  • les troubles de la ménopause (bouffée de chaleur)

  • l’arthrose, l’arthrite, l’artériosclérose, la courbature

  • les toux, rhume, sinusite, grippe, angine

  • les hémorroïdes

  • les dermatoses et la candidose

  • la libido et les troubles d’érection

  • la dysménorrhée et l’aménorrhée

Tout ce palmarès de troubles se résume en syndromes métaboliques et hormonaux. Nul doute que le caïlcédrat apporte ses principes actifs et effet amer en renfort aux fonctions du foie et autres organes émonctoires pour évacuer les symptômes, annihiler les facteurs de risques et revitaliser l’organisme humain, tout naturellement.

[...]

Il est donc à retenir que le caïlcédrat, autrefois produit de menuiserie et reboisement, s’est révélé aux thérapeutes, d’une efficacité inouïe contre le diabète, les plaies diabétiques et est aujourd’hui utilisée pour traiter les problèmes liés au système digestif, soulager les douleurs articulaires, pour réguler la tension artérielle etc.

Pourrions nous refaire de notre planète un monde où il ferait bon vivre, en permettant à chacun de connaître les plantes qui l’entourent et leurs vertus pour retrouver son indépendance, sa liberté et sa santé ; et aussi se reconnecter à la Nature que nous pillons et polluons aujourd’hui sans état d’âme.

*

*



Croyances populaires :


TATA ET ARBRE MOUSSA MOLO BALDE : Ces sites mythiques et mystiques de Kolda


Écrit par Daouda MINE (Envoyé spécial)   

Mercredi, 15 Septembre 2010 14:12


À Kolda, le mythique se confond avec le réel. Le tata de Moussa Molo Baldé (fort où il se retranchait du temps de la résistance), implanté au nord de la commune de Kolda, dans la communauté rurale de Ndorna, ainsi que le gigantesque caïlcédrat portant le nom de l’ancien souverain, qui trône fièrement au cœur de Kolda à un jet de pierre du camp militaire Moussa Molo Baldé, sont les symboles de ce mysticisme koldois. On raconte beaucoup de choses sur ces sites. Vrai ou faux, nombre de Foulabés y croient dur comme fer.

[...]

L’arbre Moussa Molo Baldé

Autre symbole mythique du Fouladou, l’arbre Moussa Molo Baldé. Il s’agit d’un caïlcédrat géant qui se dresse au quartier Doumassou, sur un croisement (« sélébé yoon » en wolof) au milieu de la route menant au camp militaire. Aussi bien l’arbre que le camp militaire porte le nom de Moussa Molo Baldé.

Sa taille, son emplacement et sa réputation ont fini de convaincre les sceptiques que l’arbre Moussa Molo Baldé est mystique. Il se raconte que lors de ses conquêtes, c’est sous cet arbre que le roi guerrier peulh se reposait. Pour éviter d’être surpris dans son sommeil, il l’avait « blindé » pour anéantir toute velléité d’attaque. Plus tard, cet arbre a été vénéré par les autochtones et évité par les étrangers.

Des gens y faisaient des bains mystiques nocturnes pour apprivoiser la chance et chasser le mauvais sort. Les femmes qui ne pouvaient pas avoir d’enfants le contournaient trois fois en formulant des prières pour être fécondes.

Aussi, selon la légende, un étranger qui contourne l’arbre à sept reprises sera coupé de ses origines. Il ne pourra plus rentrer chez lui de son propre chef. Les fonctionnaires qui le font sans s’en rendre compte verront toutes leurs demandes d’affectation rejetées.

Mythe ou réalité ? En tout cas, il y a plus d’un Koldois qui y a cru pendant longtemps, même si le vent de la modernité qui souffle à Kolda fait que ces histoires sont maintenant inscrites dans le passé du Fouladou. L’arbre continue à trôner fièrement à un jet de pierre du camp militaire Moussa Molo Baldé occupé en majorité par des soldats venus d’horizons divers qui le contournent chaque jour sans problème.

*

*




Symbolisme :


Pour Sophie Ékoué, auteure de Sagesses africaines (Hachette, 2016) :


"Le caïlcédrat à l'écorce amère sert à purifier l'homme et à le préserver des influences négatives."


54 vues