Blog

  • Anne

Après le stage...



Vidéo éphémère (peinture sur sable déjà envolée) partagée par Pascale : "Bon lundi de Pâques et encore merci pour cette initiation."

Moi c'est Niuk ! Anne tu peux me faire "apparaitre" sur le blog commun, ça ne me gêne pas ! Juste pour dire que la sensation après stage est super agréable. Je n'ai pas eu encore le temps d'écrire l'expérience de ce week-end et donc de prendre du recul par rapport à tout ce qui s'est passé. Sur le vif, j'ai une impression de légèreté physique et mentale, un calme olympien et une joie de vivre retrouvée, une sorte de fluidité dans mes actes et mes pensées et c'est très agréable. Le seul couack c'est qu'en rebranchant mon portable dimanche soir, mon fils me demandait de faire un soin pour son amie, lundi matin. Je me sentais tellement portée par le stage que j'ai demandé à Anne si je pouvais le faire, ainsi qu'à mon guide Jésus. Les 2 réponses positives, je cale 1H30 entre mes verrines de betteraves et la réception de mes invités, (c'est comme si le temps était élastique car j'arrive à tout mettre en place sans courir, jusqu'à un bouquet de fleurs fraîches coupées en pleine conscience pour l'autel) et je me lance.

Tout se passe super bien (j'avais recopié le protocole et je vérifiais au fur et à mesure), donc, plus sûre de moi, je finis en beauté sans vérifier le dernier paragraphe, persuadée que je "maîtrise le protocole"... sauf que dans l'élan, j'ai complètement oublié reconnecter ma patiente à la terre et au ciel ! Mes invités arrivent, et je reste avec une impression de flottement au-dessus de la terrasse... je flotte, flotte, flotte puis me dit que ce n'est pas normal, ma patiente elle pour le coup est super détendue, et soudain je réalise que j'ai oublié de la reconnecter ! Panique à bord, je sms Anne qui me dit de l'allonger rapidement et de la reconnecter, ce que je fais illico. Apparemment elle va bien. Comme j'avais du monde qui dormait à la maison, lundi soir j'ai dormi sur le lit qui m'a servi à faire les soins et bizarrement, j'ai eu l'impression d'avoir des soins toute la nuit dans le dos ! Je me suis levée aux aurores ce matin, sans fatigue et grand-père lune m'a aidée à me reconnecter à la terre, je ne flotte plus, je marche mais je suis toujours très calme, en paix avec juste la tête un peu "légère" par moments. Voilà donc mes impressions "sur le vif", avec une grosse grosse envie de vous dire encore MERCI à tous pour cette belle expérience du week-end et si du coup je ne suis plus du tout sûre de me rappeler le début du protocole de soin, une chose est ancrée, je dois reconnecter la patiente à la fin du soin !!

Je ne suis pas prête de l'oublier! Merci à toi Anne, particulièrement, pour m'avoir assistée à distance pour ce premier soin et d'avoir su assurer le S.A.V. hyper rapidement ! Bonne journée à tous et gros bisous. Niuki

J'ai l'honneur de partager avec vous mon changement de nom celte au cours de cette nouvelle initiation. Il y a sept ans (chiffre ô combien symbolique, un cycle créateur est donc clos), lors de mon premier stage chamanique avec Ulla Straessle, les Esprits m'ont baptisée du prénom de Belline, avec la précision généalogique "fille de Bel". A l'époque, je ne savais même pas qui était Bel et combien il illuminerait ma vie spirituelle.

A l'occasion d'une cérémonie sacrée particulièrement transformatrice pour moi, toujours grâce à Ulla, ma généalogie s'est enrichie d'une mère spirituelle et je suis devenue Belline, fille de Bel et d'Amane, et c'est ainsi que je me présentais à chaque fois que j'entrais dans une forêt.

En 2015, lors de mon intronisation à la dignité de Barde du Collège Druidique des Gaules par le Druide Pwill, les Esprits m'ont expliqué la nécessité de m'ôter une L afin de devenir Beline, accompagnée d'une zibeline sacrée.

Ce week-end, j'ai eu la grande surprise et, avec le recul, le grand bonheur de voir mon nom initiatique encore modifié. Alors que j'infusais pendant mon deuxième soin, la porte s'est ouverte assez brutalement et j'ai senti Gwenhyfar, toute vêtue de vert bien que symbolisant la chouette blanche, entrer et se positionner à mon chevet. Elle poursuit le travail de hierogamos entamé au soin précédent en consacrant l'union en moi de Beline et Apollon, que je comprends pour la première fois comme (à) Belen. C'est de ce mariage intérieur que va naître mon nouveau nom Bel(l)one. Outre la surprise, je ressens une forme de gêne car je n'aime pas les sonorités de ce nouveau nom. Je me raccroche au souvenir que le nom de Belline ne me plaisait pas vraiment non plus au début...


C'est lors du troisième soin reçu pendant le week-end que la beauté a émergé avec le sens de la lettre O. En effet, le dernier soin m'a baignée dans la lumière de la Source qui faisait couler sur moi son eau-lumière d'amour inconditionnel afin de me guérir encore et encore. Mais je sentais qu'une petite quantité seulement de cette eau magique m'atteignait. Rien à voir avec la douche féconde de l'expérience de mort imminente. La Source m'a alors percée de toutes parts, comme si elle débouchait tous les pores de ma peau afin d'y faire pénétrer la lumière. J'ai alors senti combien cette lumière me pénétrait pour aller se loger dans le cœur de mes os, au centre de la moelle, c'est-à-dire à ma disposition, quand je sera prête à la ressentir !

O des os et de l'eau, je te chéris !

Après cette magnifique expérience, une question subsistait : une L ou deux ? La réponse ne se fit pas attendre : alors que nous nous promenions en ville, le lundi de Pâques, mon regard fut attiré sans raison aucune dans la rue que nous croisions... une camionnette d'assainissement me donnait la réponse.

Pour information : "Au rebours de la thèse traditionnelle, Bernard Sergent, spécialiste de mythologie comparée, s'attache à montrer dans Le livre des dieux. Celtes et Grecs, II (Payot, 2004) l'identité d'Apollon et du dieu celtique Lug. Pour lui, le dieu n'est pas asiatique mais gréco-celtique, et par-delà, indo-européen. Il remonte au moins à la séparation des ancêtres des Celtes et des Grecs, au IVe millénaire av. J.-C., et il est arrivé « tout d'un bloc » en Grèce : ce n'est pas une divinité composite. Il possède des homologues en domaine germanique (Wotan) ou indien (Varuna).Apollon serait la « version divine du roi humain ». Les poèmes homériques lui donnent systématiquement l'épithète anax, qui remonte à la désignation mycénienne du roi, wanax. Or le roi indo-européen est rattaché aux trois fonctions définies par Georges Dumézil, d'où la complexité d’Apollon : il remplit toutes les fonctions que puisse avoir un dieu. La définition de Lug donnée par C.-J. Guyonvarc'h et F. Le Roux peut aussi bien s'appliquer à lui : il est « tous les dieux résumés en un seul théonyme ».

B. Sergent compare une à une toutes les caractéristiques connues de Lug et d'Apollon et relève de nombreux points et de nombreux attributs communs. C'est surtout à Delphes que le caractère complexe du dieu se révèle, dans son rôle d'inspirateur de la Pythie et des hommes, qu'il révèle à soi." (Wikipédia)

=> Lug et Bel[en] = divinités solaires ; Dauphiné lié étymologiquement à Delphes...

Venue pour découvrir, repartie enchantée ... tant sur le plan du contenu, de l'organisation, des rencontres humaines et autres. Merci à tous et toutes pour votre accueil, votre présence, votre écoute, vos partages, vos soins, vos enseignements. A tout bientôt, c'est certain.

Véronique


34 vues