Blog

  • Anne

Le Rokh




Symbolisme :


Dans le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, on peut lire que :


"Le rokh (voir M. Mokri, Le Chasseur de Dieu et le mythe du Roi-Aigle, Dawra-y-Dâmyri Wiesbaden, 1967), oiseau des Mille et une nuits, est célèbre dans la littérature européenne du Moyen Âge, les Croisés ayant rapporté d'Orient les légendes où cet oiseau fabuleux est décrit avec une grande abondance de détails. Marco Polo (Marco Polo, La Description du Monde, éd. Hambis, Paris, 1955, p. 289) en parle, lui aussi ; il rapporte que les indigènes de l'île de Magastar lui avaient dépeint le rokh comme un oiseau dont les ailes ouvertes couvrent plus de trente pas, et dont les pennes d'ailes sont longues de douze pas ; il est si grand et si puissant qu'il prend un éléphant et l'emporte en l'air bien haut sans l'aide d'un autre oiseau, puis le laisse choir à terre, si bien que l'éléphant se défait tout ; alors, l'oiseau griffon descend sur lui, le déchire, le mange et s'en repaît à discrétion.

Dans la légende kurde du Prince Ibrâhim et la princesse Nûshâfarîn, le rokh est décrit comme un oiseau blanc, long de 18 mètres, originaire de la mer de Muhît (Méditerranée) qui accomplit les mêmes exploits que le sîmorgh.

L'auteur de Nuzhat-ul-qulûb (The Geographical part of the Nuzhat-ul-qulûb composed by Hand-Allâh Mustawfi of Quazwin, éd. H. Le Stange, p. 230-231) mentionne aussi le rokh parmi les noms d'animaux et d'oiseaux originaires de la mer de Chine.

Tous les symboles rattachés au sîmorgh conviennent également au rokh, bien que l'aspect légendaire l'emporte souvent sur l'aspect symbolique.

Le rokh symbolise également un roi puissant ou un émir dont la bravoure est renommée."

*

*