top of page

Blog

  • Photo du rédacteurAnne

Le Paulownia



Étymologie :


  • PAULOWNIA, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1864 (Rev. des cours sc., p.272 ds Rob. 1985). Du nom d'Anna Paulowna, fille du tsar Paul 1er, à qui cet arbre fut dédié en 1835 par les botanistes allemands Siebold et Zuccarini, suff. -ia*, sur le modèle de nombreux noms botaniques : magnolia*, bégonia*, fuchsia*.


Lire aussi la définition du nom paulownia pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Arbre d'Adam - Arbre d'Anna Paulowna - Arbre de l'Impératrice.

*

*




Symbolisme :


Selon Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, auteurs du Dictionnaire des symboles, (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982),


"Le paulownia est, dans la Chine antique, un arbre cardinal : la porte du paulownia (t'ong) est la porte du nord. Il s'agit surtout, il est vrai, du paulownia creux (k'ong-tong). Or le paulownia sert à la fabrication d'instruments de musique, et notamment de caisses de résonance à l'aide desquelles on peut rythmer la marche du soleil. Il sert encore à faire des tambours de guerre. Le caractère t'ong qui désigne le paulownia est homophone du caractère t'ong qui désigne le bruit du tambour.

Quant au palais de Paulownia (T'ong-kong), où fut inhumé T'ang-le-Victorieux, où fut exilé T'ai-kia, lieu de deuil et de retraite, il peut très bien avoir été situé au nord. On se souvient en effet que le séjour des morts est au septentrion C'est à partir du solstice d'hiver que se développe le processus de régénération, et le paulownia se substitue, au nord, à l'acacia, emblème bien connu de l'immortalité."

*

*

On peut lire sur le site Univers du Japon :


En japonais, kiri désigne le paulownia, un arbre originaire de Chine. Au Japon, une coutume veut qu’un arbre de paulownia soit planté à la naissance d’une fille et, lorsque celle-ci est en âge de se marier, le bois de cet arbre est utilisé pour confectionner les objets qui constitueront sa dot. La fleur de paulownia est, après le chrysanthème, la deuxième fleur la plus importante au Japon. La représentation la plus courante est composée de trois feuilles surmontées de petites grappes de fleurs.

 

Et sur Wikipédia :

Selon la tradition chinoise, le paulownia est associé symboliquement avec le phénix et l'impératrice. Attribué à Zhuangzi, un personnage légendaire ayant vécu à Meng, en Chine du nord, de 370 à 301 av. J.-C., le recueil de légendes qui porte son nom précise que le phénix ne peut se poser que sur les paulownias. Motifs utilisés dans les vêtements destinés à la maison impériale chinoise dès le début du XIe siècle, le paulownia et le phénix sont associés aux symboles des quatre orients.

Dans certaines régions de Chine, la tradition voulait qu'on plante un paulownia à la naissance d'une fille. L'arbre grandissait avec elle et pour son mariage, l'arbre était abattu et son bois servait de dot.


Au Japon, depuis l'époque de l'empereur Go-Daigo qui a régné de 1318 à 1339, les feuilles de paulownia constituent un des emblèmes destinées à honorer des personnages méritants. Le shogun Ashikaga Takauji a reçu de Go-Daigo cette distinction, dont la famille Ashikaga s'est emparée jusqu’au XVIe siècle. À partir de cette époque, l'empereur l'a attribuée au daimyo, Toyotomi Hideyoshi (1536-1598). Fondé par l'empereur Meiji en 1875, l’ordre du Soleil levant décoré avec des feuilles de paulownia constitue une importante distinction du gouvernement japonais, le même mon étant utilisé pour représenter le Cabinet du premier ministre.

Dans le jeu de cartes traditionnel japonais Hanafuda, des paulownias sont représentés sur la série des quatre cartes du mois de décembre (novembre dans la version coréenne).

*

*



371 vues

Posts récents

Voir tout

La Molène

bottom of page