Blog

  • Anne

La Gentiane




Étymologie :

  • GENTIANE, subst. fém.

Étymol. et Hist. 2e moitié xiiie s. (Antidotaire Nicolas, éd. P. Dorveaux, p. 3) ; 1890 « liqueur à base de la racine de cette plante » (DG). Empr. au lat. class. gentiana « gentiane ». Fréq. abs. littér. : 36.


Lire aussi la définition du nom pour amorcer la réflexion symbolique.


Autres noms : Gentiana kochiana ; Campanet bluet des montagnes ; Gentiane de Koch ;

Gentiana lutea ; Ajanciane ; Anciouane ; Basselique ; Cincono ; Garban-na ; Gentienne ; Ghinsane ; Grande Gentiane ; Grande Jançonne ; Grand Gentis ; Insanna ; Jouvençane ; Janciff ; Jansonna ; Lanfanna ; Lutié ; Non-non ; Quinquina indigène ; Quinquina du pauvre ; Vannerciô ; Verlache.

Botanique :


Les deux espèces de gentiane les plus connues dans les Alpes sont la gentiane jaune et la gentiane bleue ; on fait de la suze de la première et on admire la seconde lorsqu'elle tapisse les pentes des montagnes.

Dans "Confusion lors de cueillettes de plantes médicinales." (In : Bulletin du Cercle vaudois de botanique., 2003, vol. 32, p. 17-22) André Dolivo relève une confusion fréquente qui concerne la Gentiane jaune et le Vérâtre blanc :


La mise en garde fréquente de ne pas confondre la gentiane jaune (Gentiana lutea, gentianacées), aux feuilles opposées, et le vérâtre blanc (Veratrum album, liliacées), aux feuilles alternes, toutes deux plantes de pâturages, garde son actualité. JASPERSEN-SCHIB (1976 p. 266) a signalé un accident survenu au service militaire. Pour apaiser leur soif, trois recrues avaient mâché des soi-disant racines de gentiane qui se sont révélées être de vératre. L’une des recrues fut hospitalisée dans le coma et ne se remit que très lentement. Si le port et l'aspect de leurs feuilles peuvent expliquer cette confusion, il faut préciser que les racines, relativement épaisses pour la gentiane et minces pour le vératre, sont très différentes d'apparence. En revanche, les racines du vératre peuvent simuler celles de la valériane officinale (Valeriana officinalis, valérianacées). FROHNE et PFANDER (1982 p. 153) ont signalé à ce sujet qu'une «teinture de valériane» a été fâcheusement préparée avec du vératre. GILG (1910 p. 339) avait déjà évoqué la possibilité d'une substitution de la racine de valériane par celle du vératre.

 

Selon le site Doctissimo :

Description botanique de la gentiane : La gentiane pousse habituellement dans les régions de moyenne montagne, à une altitude comprise entre 800 et 1 500 m. C'est une plante vivace, herbacée, d'une couleur verdâtre et qui peut atteindre une hauteur de 2 m. Sa tige non ramifiée porte des feuilles opposées et nervurées. Sa floraison, intervenant de juin à août et dix ans après sa plantation, donne des fleurs jaunes dont la capsule ovoïde contient des graines. Ses racines épaisses, seule partie utilisable en herboristerie médicale, peuvent dépasser 1 m de long. Sa cueillette est généralement effectuée par des professionnels.




*



Vertus et bienfaits :


Selon Alfred Chabert, auteur de Plantes médicinales et plantes comestibles de Savoie (1897, Réédition Curandera, 1986) :


Le rhizôme de gentiane, Gentiana lutea, purpurea et punctala, est le tonique le plus en vogue dans la grande chaîne des Alpes, surtout sous la forme d'eau-de-vie de gentiane, et rarement sous celle de macération aqueuse dont on prend un verre matin et soir.

[...]

Dans les Alpes du Beaufort, [contre les vers intestinaux], on préfère donner aux enfants du lait où a été cuit le rhizôme du campanet bluet des montagnes, Gentiana kochaina.

[...]

Les plantes employées par les habitants de nos montagnes pour soigner les animaux malades sont, comme toniques, le rhizôme de grande gentiane coupée par tranches et mêlé à l'avoine.

*

*

Selon le site http://www.jardiner-malin.fr/ :

  • La gentiane est un tonifiant efficace qui aide à lutter contre l’asthénie et possède une action sur la purification de l’organisme.

  • Grâce aux effets antioxydants des flavonoïdes qu’elle contient, la gentiane aurait une efficacité dans la prévention du vieillissement et le maintien en bon état du système immunitaire.

  • Tonique et stimulante, l’infusion de gentiane (2 g de racine séchée dans une tasse d’eau bouillante) est efficace en cas de digestion difficile ou de troubles gastro-intestinaux (diarrhées, vomissements, gastrites et nausées).

  • La gentiane permet également une élimination en douceur des parasites et vers intestinaux (oxyures).

  • En cas de problèmes hépatiques, la gentiane aide à la décongestion du foie et stimule la vésicule biliaire.

  • L’action anti-inflammatoire de la gentiane est efficace contre les infections ORL et les douleurs rhumatismales.

  • En usage externe, la gentiane traite les affections cutanées (dermatoses, inflammations, plaies) et aide à la cicatrisation.

*

*

Charly et Sabine Rey, dans un article intitulé "la Cueillette et la culture des plantes sauvages" (in Valesiana, 2012) précise que :


Pour préparer une eau-de-vie digestive, les racines de gentiane jaune, poussant sur sols calcaires, sont récoltées au Jura vaudois (Vallée de Joux) et en Valais, notamment. Cette plante est remplacée au Tessin, dans le Val Blenio par exemple, par la gentiane pourpre, présente sur les sols acides.

 

Récolte de la racine de gentiane jaune.

*

*

On peut lire sur le site http://www.doctissimo.fr/ :


"Décrite dès l'Antiquité pour ses vertus thérapeutiques et énergisantes, la gentiane fait partie de ces plantes qui sont une ressource naturelle de bienfaits, à portée de main des cueilleurs. Que cela soit pour ses effets curatifs contre les maux d'estomac, les coliques ou encore pour lutter contre l'asthénie et procurer un bien-être tonique, la gentiane est l'un des remèdes phare en phytothérapie.


Nom scientifique : Gentiana lutea

Classification botanique : famille des gentianacées ( Gentianaceae )

Formes et préparations : décoctions, poudres, extraits, comprimés, gélules, teintures


Propriétés médicinales de la gentiane

UTILISATION INTERNE

  • Troubles gastro-intestinaux : gastrites, coliques, flatulences, diarrhées, vomissements, nausées, digestions difficiles, atonie intestinale, élimination des parasites et vers intestinaux.

  • Problèmes hépatiques : décongestion du foie, stimulation de la vésicule biliaire, ictères (jaunisse).

  • État général : tonifiant, purification de l'organisme, asthénie, oxydation cellulaire.

UTILISATION EXTERNE : Dermatologie : résorption des cicatrices, dermatoses inflammatoires, décongestion cutanée, plaies infectées.


INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES USUELLES : Troubles digestifs (digestions difficiles, atonie intestinale, vomissements, parasitoses intestinales), dysfonctionnements de l'estomac (reflux gastriques, gastrites infectieuses, douleurs), affections cutanées (dermatoses, inflammations, plaies, cicatrices), troubles hépatiques (ictères, cholestase), asthénie, anorexie.


AUTRES INDICATIONS THÉRAPEUTIQUES DÉMONTRÉES : La gentiane a montré, en clinique, une efficacité pour de nombreuses autres pathologies. En particulier, on peut citer une action anti-inflammatoire contre les infections ORL (angines, rhino-pharyngites) et elle serait utile contre les manifestations inflammatoires de certaines affections rhumatismales (arthroses). En outre, elle aurait une efficacité dans la prévention du vieillissement et le maintien en bon état du système immunitaire par son effet antioxydant (lutte contre l'oxydation cellulaire) dû à la présence de flavonoïdes. On peut aussi signaler que la gentiane pourrait agir contre les poussées de fièvre et aurait un effet régulateur du diabète.


Histoire de l'utilisation de la gentiane en phytothérapie : Selon la tradition antique, ce fut un grand roi d'Illyrie, nommé Gentius, qui l'aurait utilisée en plante médicinale et lui aurait donné son nom. On peut citer comme première référence le célèbre médecin grec Dioscoride, du Ier siècle, qui l'évoqua dans ses écrits. Elle fut aussi citée par Gallien et Pline qui l'utilisèrent dans leur pratique et théorisèrent son action. C'est dire l'ancienneté de son usage en médecine et en phytothérapie. Tout au long des siècles, elle fut utilisée pour lutter contre les troubles digestifs et les dysfonctionnements de l'organisme, quasi-panacée universelle. En Afrique et dans d'autres pays infectés, on lui attribuera un effet thérapeutique contre la malaria. Aujourd'hui, aussi bien par les laboratoires pharmaceutiques qu'en herboristerie médicinale, la gentiane est l'une des plantes les plus prises en compte pour ses indications reconnues.


Composition de la gentiane

PARTIES UTILISÉES : Ses racines ainsi que le rhizome sont, après nettoyage, tronçonnage et séchage, utilisés en phytothérapie.


PRINCIPES ACTIFS : Parmi les principes actifs synthétisés, on trouve des sécoiridoïdes (amarogentine, sweroside) des alcaloïdes (gentiannine, gentianidine), des glucosides (gentiopicroside), des flavonoïdes.


Utilisation et posologie de la gentiane

DOSAGE

Usage interne :

  • Pour les pathologies de l'appareil digestif et du foie, on envisagera prioritairement une infusion (ou décoction) préparée avec 2 g de racine séchée dans une tasse d'eau bouillante. Il convient de laisser infuser quelques minutes. On peut, sans surdosage, prendre de 4 à 5 tasses par jour, une demi-heure avant toute prise d'alimentation.

  • A noter qu'il existe des solutions buvables, vendues en pharmacie et préparées par des laboratoires pharmaceutiques, avec des extraits de gentiane souvent associés à d'autres plantes médicinales.

Usage externe :

  • Pour le traitement des pathologies cutanées (cicatrices, dermatoses inflammatoires, plaies infectées, etc.), l'utilisation de la gentiane se fera par le biais d'un badigeonnage répété plusieurs fois par jour des lésions avec une teinture de la plante (macération de 15 à 20 g de racine de gentiane dans un litre d'alcool à 50°).

Précautions d'emploi de la gentiane : Pas de précautions particulières aux doses thérapeutiques indiquées.


CONTRE-INDICATIONS : La prise de gentiane, en usage interne, fait l'objet de contre-indications pour les patients souffrant d'ulcère à l'estomac et/ou au duodénum, de cancer de l’œsophage ou de l'estomac. Une contre-indication formelle est aussi avancée en cas d' hypertension artérielle. La femme enceinte ou allaitante ne peut prendre de médications à base de gentiane. En outre, la prise de gentiane n'est pas envisageable pour les enfants, selon les recommandations de l'agence européenne du médicament


EFFETS INDÉSIRABLES : Aux doses prescrites, il n'existe pas d'effets indésirables. Néanmoins, il a été noté des cas de maux de tête, nausées, diarrhées subites et d'accélération du rythme cardiaque. A haute dose, des troubles (migraine, sensation d'ivresse, spasmes) peuvent se manifester, d'où l'importance de bien respecter les doses prescrites. [...]


DES BIENFAITS RECONNUS : La réputation de la gentiane dans le grand public tient surtout aux différentes marques d'apéritif à base de gentiane et dont les vertus curatives ne sont pas à négliger, bien entendu si l'on en boit modérément. Néanmoins, il conviendra de privilégier, pour les patients souffrant de pathologies digestives courantes et chroniques, un traitement régulier, ce qui, de plus, permettra de profiter de ses propriétés tonifiantes ainsi que de ses capacités antioxydantes, renforçant aussi l'immunité chez les patients âgés ou immunodéprimés. Pour celles et ceux qui peuvent être rebutés par l'amertume de la gentiane, il est tout à fait possible d'utiliser des comprimés enrobés d'extraits de gentiane, en vente en pharmacie.


AVERTISSEMENT : Il conviendra de privilégier l'utilisation d'extraits de gentiane dont on pourra vérifier la qualité et les sources d'approvisionnement. Ceci a son importance lorsque l'on sait que la gentiane peut être confondue, lors de la cueillette, avec le vératre (Veratrum) qui est un violent toxique.


La recherche sur la gentiane : Comme toute plante médicinale aux vertus curatives éprouvées, la gentiane, reconnue en tant que telle par toutes les autorités de santé, continue de faire l'objet de recherches visant à améliorer son potentiel thérapeutique afin d'élaborer, pour les laboratoires pharmaceutiques, de nouvelles familles de médicaments utilisant ses principes actifs."

*

*


Fleurs de Bach : Gentiana amarella


D'après Les Douze "Guérisseurs" et autres remèdes (1ère édition 1941, traduction française Centre Bach 2011) du Dr Edward Bach :


"Ceux qui se découragent facilement. Même s'ils progressent bien dans leur maladie ou leurs affaires quotidiennes, tout petit retard ou obstacle au progrès les fait douter et les décourage rapidement."

 

Peter Damian, dans un ouvrage intitulé Manuel astrologique des Fleurs de Bach (Édition originale, 1986 ; Ulmus Company Ltd., 1996 pour la traduction française) explicite le lien que le Dr Bach a mis en évidence entre les 12 signes du Zodiaque et les 12 Guérisseurs :


Généralement, ceux qui ont besoin de la Gentiane se montrent négatifs. Souvent ces êtres sont abattus par la dépression et la mélancolie, ou bien ils se découragent facilement. Leur attitude, butée et rigide, les rend difficiles à guérir quand ils sont malades, à cause de leurs conceptions négatives sur la vie. Ils s'imaginent avoir hérité ou être la proie de toutes les épidémies ou maladies, et sont sensibles à la moindre suggestion sur leur état de santé. Ils manquent de confiance, et souvent on les entend faire des réflexions sur les difficultés ou les revers de l'existence en disant : « C'est Dieu qui l'a voulu ». D'autre part, ils restent sceptiques sur ce qui pourrait leur arriver de bien, ne croyant qu'en leur « malchance » et doutant leur bonne fortune Ils cherchent des excuses pour laisser tomber ou se plaindre. Orientés vers la matière et prenant les choses à la lettre, ils peuvent rester inconscients ou ignorants des influences et forces causales qui dirigent et sapent leur vie même. Ils n'arrivent pas à saisir la relation entre les choses, tendant à avancer à l'aveuglette au fil de leurs jours - s'ils bougent, car en fait, ce sont des tempéraments qui résistent et laissent l'inertie les gagner, devenant de plus en plus statiques. A première vue paresseux, ils ont surtout peur d'essayer quelque chose de nouveau.


Le type constructif est un véritable roc de résolution et de détermination, qui s'appuie sur une connaissance inébranlable dans le pouvoir et les lois de la nature. Sa confiance peut représenter un grand réconfort pour autrui ; il peut être un exemple d'endurance et de force spirituelle. Son attitude ferme et ses efforts constants fournissent aux autres une inspiration quotidienne.

*

*

Selon les cartes de Mechthild Scheffer intitulées Les Fleurs du Dr. Bach, Le Chemin de l'harmonie psychique (1997, traduction française Médicis-Entrelacs, 2001), la Gentiane est "la fleur de la foi". Elle permet d'aller "du doute spirituel... vers la confiance en un sens profond de l'existence".


Voici le message de la carte :


"Quelle est la vérité que je dois mieux comprendre ?

Le voyage de la vie comporte des vagues : il a des hauts et des bas. Dans tout processus d'évolution il y a forcément des rechutes qui doivent aider à cibler encore mieux la prochaine étape. Si, persévérant, on se laisse guider par son Moi supérieur, on parviendra à maîtriser les difficultés, en en ressortant fortifié et enrichi.


Quelle est la décision qui pourra me reconnecter avec mon Guide intérieur ?

Je me décide à envisager ma vie sous un angle élargi et positif, à accepter le principe qu'un processus d'évolution porte son propre sens en lui, à vivre les fluctuations de l'existence, à m'adresser à mon Moi supérieur en lui demandant et en acceptant son aide.


Ces signes me permettent de voir que mon potentiel positif de Clematis s'accroît :

J'ai plus d'optimisme qu'auparavant et j'ai davantage confiance en la vie.


État d'âme négatif : Incertitudes et manque de confiance : Sceptique, pessimiste, on doute de tout et on perd facilement courage.

*

*

*

*

Roger Tanguy-Derrien, auteur de Rudolph Steiner et Edward Bach sur les traces du savoir druidique... (L'Alpha L'Oméga Éditions, 1998) s'inspire du savoir ancestral pour "récapituler de la manière la plus musclée les informations sur les élixirs" :


Vous vous découragez facilement, vous doutez de beaucoup de choses et manquez de foi. Dans les conversations, il vous arrive de répondre à votre interlocuteur : « Vous croyez ? » Le menu de vos journées est composé de scepticisme, de mélancolie, de négativité, de désappointement, de contrariétés, de retard, d'empêchement, d'échec. Si vous êtes convalescent, vous avez l'impression de rechuter, de régresser. Votre profonde tristesse est visible sur le visage et vous vous lassez aller à la déprime.

Le Docteur Bach, grand spécialiste de l'âme humaine, ne pouvait pas passer à côté de la Gentiane et l'oublier dans ses références. Car elle est équipée puissamment pour réchauffer l'âme et les organes qui en dépendent et grâce notamment à sa saveur amère, son calcium, sa fleur jaune à cinq branches [erreur de l'auteur, la Gentiane de Bach n'étant pas la Gentiane à fleurs jaunes], et sa gentianose.

La plante aime les sols calcaires; pour son calcium et les prés humides et clairs situés en altitude moyenne. Déjà, on pense à la dose de calcium qu'elle peut fournir au système nerveux, à la vitamine C qui la protège contre le froid et l'humidité de l'environnement. Sa fleur jaune [idem] est en liaison avec les prés clairs et ensoleillés. Ici on note une aspiration aux forces lumineuses, même si elle est privée de silice.

Son abondante floraison pourrait nous permettre de la classer dans l'élément eau. Cette impression grandit si on considère ses grandes feuilles ovales et opposées qui recueillent la rosée comme des vasques, nectar divin dont profitent directement ses fleurs. On dirait une culture en étage dont les Asiatiques ont la spécialité. Ce phénomène naturel permet de rapprocher étroitement son organisation rythmique favorisant la respiration jusque dans le tractus digestif. De plus, son interaction entre les chakras cardiaque et solaire décongestionne les organes que ces carrefours énergétiques approvisionnent en énergie. On citera ici le cœur « mental » qui libéré de certaines appréhensions retrouve un courage démultiplié. C'est là qu'apparaît le mot-clé de Genti ana Lutea : Gentille ana (anhata signifie en sanscrit le cœur ou le chakra cardiaque) Lutea (paré pour la lutte contre le destin imposé). Cette lutte, on la devine par la présence du pentagramme (l'étoile à cinq branches de sa fleur qui cache une énergie martienne).

Par les principes amers contenus dans sa fleur, on sait que son action martienne va cibler en priorité la sphère de l'âme humaine. Cette saveur va stimuler l'appétit d'entreprendre, afin de manger la vie à pleine bouchée. Car l'estomac, relancé par ses glandes avides d'amertume, sera à même de mieux digérer les vicissitudes du quotidien. Il en sera de même de toutes les autres glandes endocrines contrôlées par l'organisation de Psyché (l'âme en grec).

Les amateurs de Suze connaissent peut-être la gentianose qui est un sucre fort apprécié du pancréas pour son pouvoir enzymatique. Les sels digestifs qui en résultent ont un impact certain sur le cerveau. Ce dernier recherche toujours le meilleur glucose possible. Et quand la tête va, tout va. Le Moi-Je comprend que l'échec n'existe plus quand on fait son possible jusqu'au bout quelque soit la tâche.


Mots-clés : avec une volonté « Genti ane », on ne peut qu'avoir la foi qui soulève les montagnes.

*

*




Croyances populaires :


Dans Le Folk-Lore de la France, tome troisième, la Faune et la Flore (E. Guilmoto Éditeur, 1906) Paul Sébillot recense nombre de légendes populaires :


En Périgord, le jour de l'Assomption, et avant le lever du soleil, on allait cueillir à reculons neuf brins de petite gentiane que Ion attachait au cou d'un fiévreux, et qui le guérissait radicalement ; il est vrai qu'on lui faisait boire aussi de cette plante en infusion.

*



Symbolisme :


Emma Faucon, dans Le Langage des fleurs (Théodore Lefèvre Éditeur, 1860) s'inspire de ses prédécesseurs pour proposer le symbolisme des plantes qu'elle étudie :


Gentiane jaune - Je suis à vous.

Cette plante, qui croît sur les montagnes, s'élève à trois ou quatre pieds de hauteur, elle domine toutes ses com pagnes, et sa fleur, d'un jaune éclatant, semble dire : Venez me cueillir, je suis à vous. L'odeur de la gentiane est forte ; en médecine elle est renommée comme stomachique et fébrifuge.

 

Dans son Nouveau Langage des fruits et des fleurs (Benardin-Béchet, Libraire-Éditeur, 1872) Mademoiselle Clémentine Vatteau poursuit la tradition du Sélam :


GENTIANE : Vous refusez mes soins.

Elle ne paraît pas prospérer dans les jardins et dans les terres fertiles.

*

*

Pour Scott Cunningham, auteur de L'Encyclopédie des herbes magiques (1ère édition, 1985 ; adaptation de l'américain par Michel Echelberger, Éditions Sand, 1987), la Gentiane jaune (Gentiana lutea) a les caractéristiques suivantes :


Genre : Masculin

Planète : Mars

Élément : Feu

Pouvoirs : Amour ; Protection; Attachement.


Utilisation magique : La grosse racine odorante de la Gentiane jaune est traditionnellement associée à l'amour-attachement; séchée, parfois broyée mais le plus souvent coupée en morceaux grossiers, elle entre dans les sachets destinés aux rituels de retour d'affection ; fraîche et râpée, on l'ajoute à l'eau très chaude des bains d'amour.

À part ces utilisations passionnelles, la plante est surtout employée comme catalyseur : elle renforce les pouvoirs, les vertus des herbes et des ingrédients qui entrent en contact avec elle. Mélangée à n'importe quel parfum à brûler, ajoutée au contenu de n'importe quel sachet, la Gentiane peut en doubler, et même tripler, la puissance active.

Dans le même esprit, vous l'utiliserez en mélange, pour lutter contre les ensorcellements et rompre les malédictions.

*

*

Sheila Pickles écrit un ouvrage intitulé Le Langage des fleurs du temps jadis (Édition originale, 1990 ; (Éditions Solar, 1992 pour la traduction française) dans lequel elle présente ainsi la Gentiane :


Mot clef : Injustice

Je me mets à votre merci

Très-belle, bonne, jeune et gente,

On m'a dit qu'êtes mal contente

De moi, ne sais s'il en est ainsi.


Charles d'Orléans (1396-1465), Chansons.


Pour les Romains, Gentius était un roi de l'Illyrie, réputé alcoolique, qui utilisait la Gentiane comme plante médicinale. Celle-ci possède de remarquables propriétés cicatrisantes, et elle est connue pour résister aux maladies. On la trouve dans une recette d'antidote aux poisons donnée par Pythagore au VIe siècle av. J. C.. Elle est surtout utilisée pour la préparation de boissons apéritives.

La Gentiane printanière et la Gentiane des neiges sont bleues, mais la Grande Gentiane est jaune. Leur floraison est très capricieuse : elles peuvent rester pendant plusieurs années sans s'épanouir.

*

*

Dans Le Livre des superstitions, Mythes, croyances et légendes (Éditions Robert Laffont S.A.S., 1995, 2019) proposé par Éloïse Mozzani, on apprend que :


La gentiane, tenue au Moyen Âge pour une panacée, entrait dans la composition des remèdes miracles, tels le "thériaque d'Andromaque" ou "l'opiate de Salomon". Au XVIIIe siècle, en consommer régulièrement assurait santé et longue vie. On lui reconnaissait également des propriétés magiques contre la peste tandis que dans le Languedoc, porter au cou neuf brins de gentiane cueillis à reculons le jour de l'Assomption avant le lever du soleil faisait passer la fièvre.

La racine de gentiane jaune ou grosse gentiane est associée aux rites d'amour : "Séchée, parfois broyée mais le plus souvent coupée en morceaux grossiers, elle entre dans les sachets destinées aux rituels de retour d'affection ; fraîche et râpée, on l'ajoute à l'eau très chaude des bains d'amour".

De plus, mélangée à des herbes ou autres ingrédients, cette plante multiplie par deux, voire par trois, leur puissance magique.

Récoltée de préférence le samedi, il faut s'en approcher à reculons, en disant : "Tu es ma fortune ; tu sais bien ce que Dieu t'a promis lorsqu'il t'a percée de son bâton" (allusion à l'entaille que paraît porter la racine de gentiane) et en précisant le but pour lequel est sera employée. Elle sera ensuite bénie.

*

*

Selon le site http://www.auvergne-centrefrance.com/ :


"L'histoire de la gentiane [jaune], plante typique des moyennes montagnes européennes, remonte au moins à l'Antiquité grecque. Au fil des siècles, ses vertus curatives ont fait l'objet de croyances, mythes et légendes des plus étranges. La gentiane tiendrait son nom de "Gentius", célèbre roi d'Illyrie qui l'aurait découverte.

Au moyen-âge, elle était considérée comme une panacée et entrait dans la composition des remèdes miracles. Quelques siècles plus tard, au XVIIIe siècle, on disait qu'en consommer régulièrement assurait santé et longue vie. On lui reconnaissait également des propriétés magiques contre la peste tandis que, dans le Languedoc, porter au cou neuf brins de gentiane cueillis à reculons le jour de l'Assomption avant le lever du soleil, faisait passer la fièvre. La racine de la gentiane jaune entrait enfin dans la composition de sachets magiques destinés aux rituels de retour d'affection."

*

*

Eric Pier Sperandio, auteur du Grimoire des herbes et potions magiques, Rituels, incantations et invocations (Éditions Québec-Livres, 2013), présente ainsi la Gentiane (Gentiana lutea) :


"Plante vivace herbacée que l'on retrouve en montagne et dans les prairies d'Europe et d'Aise mineure ; elle peut atteindre une hauteur d'un peu plus de un mètre.


Propriétés médicinales : Remède souverain pour soulager les maux d'estomac et faciliter la digestion ; il s'agit de boire une infusion une trentaine de minutes avant le repas. Cette plante aide aussi à augmenter le nombre de globules blancs, ce qui est très utile surtout au cours d'une convalescence.


Genre : Masculin.


Déités : Mars.


Propriétés magiques : Conjuration du mauvais sort - Puissance.


Applications :

SORTILÈGES ET SUPERSTITIONS : Lorsqu'elle est ajoutée à un sachet ou à une décoction, cette plante augmente la puissance du sortilège ou du rituel.


RITUEL POUR BRISER LE MAUVAIS SORT ET BANNIR LES INFLUENCES NÉGATIVES

Ce dont vous avez besoin :

  • une chandelle noir

  • de l'encens d'oliban

  • des feuilles de gentiane bleue réduites en poudre

Rituel : Vous pouvez pratiquer cette invocation au moment de la pleine lune ou au cours du cycle décroissant de la lune ; idéalement, vous devez revêtir un vêtement noir ou blanc.

Tracez, avec des feuilles de gentiane pulvérisées finement, un cercle autour de vous. Une fois que vous êtes dans ce cercle, allumez votre chandelle et votre encens en récitant sept fois l'invocation suivante :


Que la malédiction s'épuise et se disperse

Que le calme et la sérénité arrivent et restent

Que les influences négatives décroissent et cessent

Que la joie et la chance s'installent et restent.


Laissez-vous baigner des effluves de l'encens et, lorsque vous vous sentez calme, balayez la poudre de gentiane sur le sol et jetez-(la dehors."

*

*

Selon Marlène Albert-Llorca et Raphaële Garreta, autrices de « L’association Pierrine Gaston-Sacaze et la patrimonialisation de la flore en vallée d’Ossau (Pyrénées Occidentales – France) », (in : VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 16 | juin 2013) :


L’ethnobotaniste du conservatoire suggéra par ailleurs aux membres de l’association de mentionner des plantes « remarquables » qui ne poussent pas le long du sentier, mais dont on pouvait indiquer la présence dans les montagnes environnantes par le truchement de panneaux. Trois espèces « hors sentier » furent choisies. La gentiane jaune, plante dépurative qui a occupé et occupe encore une place centrale dans la pharmacopée populaire. [...]. Chacune de ces trois fleurs s’inscrit, à sa manière, dans le patrimoine culturel de la vallée. La gentiane jaune témoigne de la permanence, dans la longue durée, des thérapeutiques populaires ;

 

Il est intéressant de noter que la Gentiane jaune, par sa caractéristique obsidionale, semble liée à la conquête militaire et être donc une plante martienne....

Ainsi, dans un article intitulé "Ces plantes de la guerre que l’on nomme obsidionales" (In : Études touloises, 2015, n°151, pp. 7-19) François Vernier nous raconte les circonstances historiques de l'implantation de la Gentiane jaune par les Bavarois dans certaines régions de France :


L’adjectif obsidional signifie « qui concerne le siège militaire ». Les botanistes utilisent ce terme, par extension, pour les végétaux qui ont été propagés lors des conflits armés ou des occupations militaires.

[...]

Gentiane jaune (Gentiana lutea L.)

GODRON indiquait pour cette Gentianacée « Sur les pelouses les plus élevées des hautes Vosges, depuis le Ballon de Saint-Maurice (Ballon d’Alsace) jusque vers Sainte-Marie-aux-Mines ; se retrouve, mais rarement, sur les hautes montagnes de Dabo, sur le Hengst. » GODFRIN et PETITMENGIN sont plus laconiques « AC (pour assez commun), Pelouses des Hautes-Vosges ».

Il est donc étonnant de trouver aujourd’hui cette espèce sur la côte de Tincry (57) qui est une butte témoin des côtes de Moselle, sur sol calcaire et avoisine l’altitude de 350 mètres. Après la défaite de 1870, les Allemands occupent l’Alsace et une partie de la Lorraine. Après le traité de Francfort (10 mai 1871). Tincry qui se trouve à proximité de Delme au nord-ouest de Château-Salins, fait partie du Reichsland Elsass-Lothringen (Alsace-Lorraine). Proche de la frontière, des soldats bavarois de la IIIe armée allemande y sont installés et entretiennent des plantes médicinales ou apéritives dont fait partie la Grande gentiane.

Ces Bavarois ont laissé un triste souvenir dans cette partie de la Lorraine annexée. L’abbé Bernard, curé de Tincry relate dans sa chronique paroissiale du mois d’août 1914, les tensions entre les troupes allemandes et la population de l’ancien département de la Meurthe : « Les troupes nous arrivaient sous l’empire de préjugés inouïs et d’une véritable haine. Les Bavarois se montrèrent particulièrement odieux. Contre toute attente de la part d’une nation catholique, ils ne surent garder aucune mesure, et soulevèrent contre eux la réprobation générale. Leur entrée dans les localités, à la manière de hordes brutales, donne lieu à des scènes révoltantes. Les maisons sont envahies, les portes enfoncées, les fenêtres systématiquement brisées.... »

*

*



Mythes et légendes :


D'après Angelo de Gubernatis, auteur de La Mythologie des plantes ou les légendes du règne végétal, tome 2 (C. Reinwald Libraire-Éditeur, Paris, 1882),


GENTIANE (Gentiana). — Herbe à laquelle on attribue des propriétés magiques contre la peste. Steph. Beythe, dans son Nomenclator stirpium pannonicus (Antverpiae, 1583) la décrit ainsi : « Gentiana vulgo cruciata dicta : Lásló Király füve, hoc est S. Ladislai herba, a Ladislao Hungarico Rege. Universam Hungariam, hujus Regis tempore, peste quoque gravissima afflictam fuisse perhibent, eumdemque precibus a Deo obtinuisse ut quamcumque stirpem sagitta ab illo in altum emissa decidendo feriret, utile ad hanc luem curandam remedium esset, ea igitur in crieciatam decidente, plantam hanc deinde subditos a pestis contagio liberasse. » Le mythe est évident ; la foudre est représentée ici par la flèche du roi Ladislas. La plante croisée, c’est-à-dire la plante frappée par la foudre, la plante qui représente la foudre, chasse la peste, c’est-à-dire le mauvais air, l’air corrompu, envoyé par les monstres cachés dans le nuage auteur de la peste. La même légende est rapportée avec quelques autres détails par Johnston (Thaumatographia naturalis, Amsterdam, 1670, p. 207) : « Gentiana cruciata, alias dicitur S. Ladislai Regis herba. Ferunt, tota Hungaria a Tartaris pulsum (on parle évidemment du roi Ladislas), fugisse in Daciae urbem Claudiopolim. Istic in familiaritatem divitis pervenit, compaterque ejus evasit. Ejus auxilio fugati iterum Tartari. In fuga nummos aureos, quos ex praeda collegerant, in Aradiensi abjecere campo remoram insequentibus. Petiit Rex a Deo ut in lapides mutarentur. Factum. Hinc ingens horum ibidem numerus. Afflicta paulo post saevissima peste Hungaria, obtinuit a Deo ut quam herbam sagitta in aerem emissa tangeret delapsa, remedium illa esset malo. Cecidit in cruciatam, et ejus usu fugata e regione pestis. Haec ita dicuntur Camerar. Centur. 3 memorab. S. 23. » (Cf. Centaure.)

[...]

TIRLIC’-TRAVA (herbe tirlic). — Nom populaire donné en Russie à la Gentiana amarella L. Elle pousse près de Kiew. Le peuple pense que celui qui la porte sur soi ne s’attirera jamais la colère du tsar.

*

*


Littérature :


Yves Paccalet, dans son magnifique "Journal de nature" intitulé L'Odeur du soleil dans l'herbe (Éditions Robert Laffont S. A., 1992) évoque à plusieurs reprises la gentiane :


[Légende photographique] : Je rêve en automne des étoiles en plastique jaune de la grande gentiane...

[...] 29 juin

(Tincave)

Vases de libations

Pour le Grand Pan ressuscité

Gentianes printanières

*

*



1 851 vues

Posts récents

Voir tout