Blog

  • Anne

Le Fourmilier





Étymologie :

  • FOURMILIER, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1. 1756 « mammifère qui se nourrit de fourmis » (Brisson, Règ. an., p. 24 ds Arv., p. 234 : Le Fourmiller Tamanoir) ; 2. 1778 ornith. (Buffon, Hist. nat., t. 4, p. 463 : Les fourmiliers sont des oiseaux de la Guyane, qui ne ressemblent à aucun de ceux de l'Europe). Dér. de fourmi*; suff. -ier* par l'intermédiaire du rad. de fourmilière* ; dès 1575 au sens 1 ours Fourmier (Belleforest, Cosmogr., II, col. 2102) trad. de l'ital. orso formigaro, 1556 (Ramusio, Navigation, III, fo56 rods Arv., p. 233, 234).

  • TAMANDUA, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1603 tamendoa (La Borie, Histoires des Indes, de Jean Pierre Maffee [trad. du lat.], p. 95 cité ds Arv.) ; 1614 tamandoua (Cl. d'Abbeville, Hist. de la mission des Pères Capucins, fo 247b ds König) ; 1640 tamandua (Laet, Hist. du Nouv. Monde [trad. du lat.], p. 485, ibid.). Mot tupi, passé en lat. sc. en 1588 à partir d'une docum. port. (Maffeius, Historiarum Indicarum Libri XVI, p. 31, v. Arv.), trad. par La Borie, loc. cit.

  • TAMANOIR, subst. masc.

Étymol. et Hist. 1756 (Brisson, Règne animal, p. 24 ds Arv., s.v. tamandua). De tamanoa, mot de la lang. des Caraïbes (v. Fried., s.v. tamandu et König).


Lire aussi les définitions des noms fourmilier, tamandua, tamanoir pour amorcer la réflexion symbolique.




Symbolisme :


Dans La Potière jalouse (1985), tiré Des Symboles et leurs doubles (1989), Claude Lévi-Strauss explique que :


"Dans les régions chaudes de l'Amérique du Sud la pensée mythique a fait un sort au Paresseux, frappée qu'elle était pas une physiologie et une éthologie très spéciales ; sans doute aussi par le mode d'accouplement de ces animaux en position ventrale et durant plusieurs heures, donc facilement observable : posture très rare chez les mammifères sauvages, qui incite à attribuer au Paresseux une certaine dose d'humanité. Mais même en Amérique du Sud, d'autres animaux peuvent être appelés à remplir la même fonction sémantique que le Paresseux. Par rapport à celui-ci, ces animaux jouent alors le rôle de variantes combinatoires.

Tel est le cas du ou plutôt des Fourmiliers. Le nom recouvre plusieurs genres appartenant comme les Paresseux à l'ordre des Édentés, sous-ordre des Xénarthres, eux aussi distingués par la taille relative et le nombre de doigts. Le grand Fourmilier ou Tamanoir, Myrmecophaga jubata, est une bête de la savane. Les petits Fourmiliers Tamandua tetradactyla et Cyclopes dorsalis sont forestiers et arboricoles. On hésite souvent sur le genre évoqué dans tel ou tel mythe. Les langues amérindiennes ont parfois des noms différents pour chacun ; ou bien elles les distinguent par un suffixe. Goeje a noté qu'en carib "le nom du Tamanoir, warise ou Walime, semble apparenté à celui du Paresseux à deux doigts walekole". Les Suya, membres de la famille linguistique gê, qui ne mangent pas le Paresseux parce que, disent-ils, il sait feindre la mort, et qui, comme les Arawak de la Guyane, le tiennent pour une bête de mauvais augure, l'appellent "le mauvais" ou "le vilain Fourmilier". Les Barasana du Uaupés, de langue tukano; expliquent l'origine du Tamanoir de la même façon que les Shuar expliquent celle du Paresseux : c'est un ancien homme changé en animal pour s'être enivré de tabac. Les Arawak de la Guyane disent de leur côté que les deux Indiens qui se risquèrent à goûter la première bière de manioc - bien que la divinité les eût mis en garde contre sa force - se transformèrent l'un en Paresseux à trois doigts, l'autre en paresseux à deux doigts. D'après des mythes amazoniennes, des ornements en ongles de Paresseux ou de Fourmilier, selon les versions, donnent aux chamans le pouvoir de se transporter au loin et de provoquer la pluie ou les orages.

Les naturalistes soulignent que le petit Fourmilier Cyclopes didactylus ressemble par plusieurs traits au Paresseux : basse température corporelle, extrême lenteur à se mouvoir. Comme l'observation l'atteste dans le cas du Paresseux, des mythes affirment que le grand Fourmilier a du mal à déféquer ou du moins le prétend. Cette croyance pourrait elle aussi avoir un fondement empirique : "Les fumées [du Fourmilier] ont une odeur et un aspect caractéristiques. Elles sont toujours enveloppées d'un fourreau résistant et imperméable qui ressemble à du mucus et maintient les matières fécales en forme, même quand l'animal les dépose dans l'eau ce qui arrive souvent." Le même observateur poursuit : "Si, chez le Fourmilier comme chez d'autres Xénarthres tel le Paresseux, la matière fécale s'accumule en grande quantité avant d'être évacuée, il se pourrait que ce revêtement prévienne l’absorption des produits décomposés, libérés par les restes non digérés d'un régime alimentaire riche en protéines."

Quoi qu'il en soit de cette hypothèse scientifique, il n'est pas douteux que les mythes voient dans une défécation difficile ou espacée un trait commun aux deux animaux : comme le Paresseux, le Fourmilier est dit sans anus, raison pour laquelle il ne peut se nourrir que de petits insectes. Selon d'autres mythes, le Fourmilier n'aurait pas besoin d'anus à cause de sa petite bouche ; d'autres encore affirment que sa tête et son arrière-train sont indiscernables de sorte qu'on ne sait jamais si l'animal se présente de face ou de dos. Dans le même esprit, les Caingang Coroado croient que le Fourmilier, bâclé par le démiurge, est un animal inachevé. La croyance des Tacana que le derrière des Fourmiliers émet une puanteur fortifiante pour les sorciers n'est pas non plus dépourvue de base empirique : selon le naturaliste déjà cité, "une odeur caractéristique, pareille à celle de l'urine, est si forte que quand on s'est familiarisé avec elle on la reconnaît en forêt." Les Makiritaré en font état dans leurs récits.

Les Tacana tiennent le Paresseux et le petit Fourmilier pour de puissants sorciers. En ce qui concerne le Fourmilier, cette opinion est récurrente de l'Amazonie au sud du Brésil. Le petit Fourmilier parlait jadis toutes les langues ; aux Caingang-Coroado il enseigna leurs chants et leurs danses, mais il a tellement vieilli qu'il a perdu l'usage de la parole. On se souvient que les Tacana, les Jivaro, les Ipurina font du Paresseux l'ancêtre de l'humanité. Les Caingang-Coroado en disent autant du petit Fourmilier ; pour cette raison ils s'interdisent de le tuer. En revanche, chez les Guarani du Paraguay la viande de Fourmilier était la seule permise aux filles indisposées, et aux accouchées jusqu'à ce que le cordon ombilical de leur bébé soit tombé. Prohibition dans un cas, prescription dans l'autre, mais qui reposent sur des croyances très voisines : les Guarani justifient la prescription par la théorie que la chair du Fourmilier résume en elle toutes les viandes. Condensé de la création, le Fourmilier est considéré depuis le Chaco jusqu'en Amazonie comme toujours femelle ou, plus exactement semble-t-il, d'un sexe unique capable de se reproduire par parthénogénèse : "Tu vivras sans femme", lui dit le démiurge des Tacana, "et tu engendreras des enfants dont tu accoucheras toi-même."

*

*

Selon le Dictionnaire des symboles (1ère édition, 1969 ; édition revue et corrigée Robert Laffont, 1982) de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,


Le fourmilier est un "animal mystérieux vivant de fourmis et de termites : symbole plutôt redoutable et néfaste, il est chargé de puissance occulte, de dangereux effluves, de même que les têtes du lapin, de l'hyène, du hibou. De ce fait, il constitue souvent un interdit alimentaire."

*

*

Pour Melissa Alvarez, auteure de A la Rencontre de votre Animal énergétique (LLewellyn Publications, 2017 ; traduction française Éditions Véga, 2017), le Tamanoir est défini par les caractéristiques suivantes :


Traits : Le Tamanoir symbolise la prudence et la progression lente, savoir creuser pour voir ce qu'il y a en dessous, l'adaptabilité et le changement. Il est actif la nuit, peut couvrir de longues distances et e reste pas longtemps à la même place, car il préfère bouger pour aller dans des endroits nouveaux qu'il n'a pas encore explorés. Il a une nature prudente et timide, mais fait confiance à ses instincts, à son ouïe aiguisée et son odorat pour lui signaler les dangers. Il a une peau très épaisse et dure qui est sa sauvegarde contre les prédateurs. Il peut être fougueux et agressif quand c'est nécessaire, mais i préfère mener une vie tranquille dans la solitude.


Talents : Aventureux ; Clairaudient ; Communique ses intentions ; Découverte ; Efficace ; Ouïe excellente ; Instincts exceptionnels pour chercher la vérité ; Exploration ; Trouve des endroits où il est en sécurité ; Bon planificateur ; Adore voyager ; Organisation ; Paix.


Défis : Se replie sur lui et devient asocial ; Difficulté à s'enraciner dans un seul endroit ; Peur de perdre le contrôle ; Se cache chez lui au lieu de sortir ; Nervosité ; Trop concentré sur les méthodes et façons de faire et peu porté à sortir de sa boîte ; Hyper timide et farouche.


Élément : Terre.


Couleurs primaires : Brun ; Gris.


Apparitions : Lorsque le Tamanoir apparaît, c'est pour vous le signe de vous arrêter, de regarder autour de vous et de vous assurer que les personnes qui vous entourent sont véritablement ce qu'elles ont l'air d'être, et que vous n'êtes pas en train de projeter une image sur elles alors qu'elles ont des intentions différentes. Si vous vous engagez dans une nouvelle aventure sur le plan de votre carrière ou de vos relations, soyez prudent et assuré dans votre avancé, au lieu de foncer la tête la première et de poser des questions plus tard. L'apparition du tamanoir signifie que vous devez prendre du temps pour vous dans le calme et la solitude pour vous aider à vous détendre et pour clarifier votre mental et votre esprit : cela vous permettra de voir ce qu'il en est vraiment des situations, de vous reconnecter à l'essence spirituelle de votre être, et d'avoir d'étonnantes révélations et compréhensions. Vous accomplissez davantage de choses quand la nuit st tombée que dans la journée. Votre peau est résistante, vous ne laissez pas la négativité des autres vous atteindre, vous êtes organisé et méthodique, et vous aimez garder le contrôle des choses. Votre écoute est excellente, et vous avez sans doute le don de clair-audience. Le tamanoir vous avertit qu'il est bon non seulement d'écouter ce qui est dit, mais aussi ce qui est insinué.


Aide : Vous commencez un nouveau travail ou une nouvelle relation et vous n'êtes pas sûr de ce qu'il en est. Le tamanoir eut vous aider à découvrir ce qui se passe vraiment dans les situations où vous ne vous sentez pas à l'aise ou dans lesquelles vous suspectez de la malhonnêteté. Si vous avez envie de vous engager dans des activités plus sociales, demandez au tamanoir de vous soutenir. Il va vous aider à prendre les mesures de prudence appropriées quand vous sortez de la zone de confort de votre solitude, afin que vous puissiez entrer dans l'expérience de merveilleuses interactions avec les autre. Si vous êtes en train d'envisager de déménager, il peut vous aider à trouver un endroit intéressant où vivre. Vous abordez beaucoup de sujets intéressants, en les approfondissant pur apprendre le plus possible. Vous ne savez jamais quand vous aurez besoin de puiser dans votre immense banque de connaissances. Si vous êtes submergé, le tamanoir peut vous aider à vous organiser et à structurer votre existence.


Fréquence : L'énergie du Tamanoir est calme et harmonieuse, patiente et douce. Elle donne la sensation d'un doux enveloppement d'eau chaude, qui vous porte vers l'inconnu. Sa sonorité est semblable au bruit de gouttes de pluie qui tombent une à une d'une feuille d'arbre.


Imaginez...

Vous êtes dans la forêt, assis en tailleur dans une clairière à une dizaine de mètres du terrier d'un tamanoir. Vous savez qu'il est dedans, en train d'atteindre le bon moment pour se montrer. Vous projetez vers le terrier des sentiments d'amour et de réconfort pour aider le tamanoir à ce qu'il n'y ait pas de problèmes pour lui lorsqu'il vous verra. Plusieurs minutes passent avant que vous puissiez voir son long museau émerger prudemment. Il se tient de l'autre côté du seuil de son terrier, ses yeux rivés sur vous, comme s'il pénétrait au tréfonds de votre âme. Vous lui envoyez des pensées positives pour qu'il sache qu'il est en sécurité en votre présence. Pour finir, il bondit hors de son trou pour venir directement vers vous et s'arrêter à vos pieds. Il renifle vos jambes, continue en remontant le long de votre corps, jusqu'à venir renifler votre visage. En se rendant compte que vous n'êtes pas un danger pour lui, il se met à chercher sur le sol à côté" pour voir s'il trouve de la nourriture. Au bout d'un moment, il s'enfonce dans la forêt. Mais, avant d'être hors de vue, il se retourne pour vous regarder comme s'il disait : "Adieu, c'était super de te rencontrer !"

*

*

Littérature :

Le Tamanoir

— Avez-vous vu le tamanoir ? Ciel bleu, ciel gris, ciel blanc, ciel noir.

— Avez-vous vu le tamanoir ? Œil bleu, œil gris, œil blanc, œil noir. — Avez-vous vu le tamanoir ? Vin bleu, vin gris, vin blanc, vin noir. Je n’ai pas vu le tamanoir ! Il est rentré dans son manoir Et puis avec son éteignoir Il a coiffé tous les bougeoirs. Il fait tout noir.

Robert Desnos, "Le Tamanoir" in Chantefables, 1970 (posthume)

*