Blog

  • Anne

Le Géocoucou


Roadrunner en anglais, c'est-à-dire Bip-Bip, le copain du Coyote... aussi appelé Coucou terrestre de Californie.


Étymologie :

  • COUCOU, subst. masc.

Étymol. et Hist. I. 1. 2e moitié xie s. judéo-fr. cucu « oiseau grimpeur du genre pie » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, p. 38) ; ca 1180 cucu (M. de France, Fables, 46, 8 ds T.-L.) ; 1538 couquou (Est., s.v. cuculus) ; d'où 1832 « horloge dont la sonnerie imite le cri du coucou » (G. Sand, Valentine, p. 327) ; [1829 coucou « montre » ds Bras-de-Fer, Nouv. dict. d'arg., p. 44] ; 2. a) 1557 coquu « primevère » (L'Escluse ds Roll. Flore t. 9, p. 67) ; 1667 cocou (Pomey, Indiculus univers., p. 49, ibid.) ; 1671 coucou (Pomey) ; b) 1845 « narcisse des bois, des prés » (Besch.) ; 3. a) [ca 1800 « petite voiture publique qui conduisait les voyageurs dans les environs de Paris » ds Brunot t. 10, p. 900 et FEW t. 2, p. 1455 a] 1813, 19 juin cochers de coucou (Jouy, Hermite, t. 4, p. 6) ; b) 1914, 24 déc. « avion » (Lectures pour tous, août 1915, p. 148 ds Esn. Poilu, p. 176) ; c) 1916 « petit train » (ibid., p. 177). II. 1660 « cri des enfants jouant à cache-cache » faire Coucou (Oudin, Fr.-Esp.) ; 1887 « cri pour manifester sa présence » (Zola, loc. cit.). I du lat. class. cŭcūlus « oiseau grimpeur du genre pie » avec infl. du cri de l'oiseau pour le développement phonét. : redoublement du [k] [type kükü], peu à peu assimilation des deux voyelles (types koku, kuku) ; le lat. désigne à l'époque impériale la morelle noire (Pline ds André Bot.) ; cf. brachacuculi « primevère » (1542 ds Roll. Flore t. 9, p. 63) ; brayes de cocu (1544, ibid., p. 65). II, onomatopée imitant le cri de l'oiseau du même nom.


Lire également la Définition du nom "géocoucou" afin d'amorcer la réflexion symbolique.

*

*




Symbolisme :


Selon Ted Andrews, auteur de Le Langage secret des animaux, Pouvoirs magiques et spirituels des créatures des plus petites aux plus grandes (Édition originale, 1993 ; traduction française, Éditions Dervy, 2017), le géocoucou a les caractéristiques suivantes :


Points clés : Vitesse et agilité mentales.

Cycle de puissance : Printemps et été.


Le géocoucou de Californie (en anglais road-runner, « coureur de grand chemin » ; également appelé coucou terrestre de Californie) est un oiseau strié, d'environ soixante centimètres de haut. Il a une crête sur la tête, ce qui, comme pour tous les autres oiseaux dorés d'un tel attribut, exprime une activation des facultés mentales. Il vit dans les secteurs arides parsemés de cactus et de mesquites (acacia du Mexique) et ces environnements devraient être aussi étudiés par ceux qui ont le géocoucou pour totem.

Le géocoucou mange des sauterelles en grande quantité. De nouveau, il sera bon de s'intéresser aux qualités et caractéristiques de cette proie si cet oiseau est votre totem. Elles vous fourniront des éléments sur le rôle que va jouer le géocoucou dans votre vie (vous pouvez, pour cela, vous référer à a quatrième partie de ce livre traitant des insectes).

Le géocoucou est bel et bien un coucou terrestre. Il s'est adapté à la vie à terre et a quasiment perdu toute sa capacité de voler. Mais en de rares occasions, il y parvient encore. Donc la course est sa plus grande compétence, puisqu'il peut atteindre une vitesse de plus de 30km/h.

Cet oiseau rapide enseigne l'agilité et la vitesse mentales. Ceux qui l'ont pour totem vont apprendre à penser vite et par soi-même. Le géocoucou vous aide à comprendre comment faire évoluer vos processus mentaux avec célérité et habileté. Ainsi, mentalement, vous pourrez juger opportun et plus facile de vous interrompre, de changer d'axe et de vous élancer de nouveau, mais dans une autre direction si nécessaire.

La queue du géocoucou fonctionne comme un frein à air et un gouvernail. Elle facilite les arrêts et les changements de direction du processus mental. Elle implique aussi une activation de la Kundalini, d'une manière qui va vous permettre de manifester vos pensées. Au lieu de planifier sans jamais réaliser, vous allez avoir de plus en plus d'opportunités de planifier, certes, mais surtout de mettre en œuvre vos plans.

Les individus ayant le géocoucou pour totem sont sans arrêt en train de penser. Il est parfois difficile de suivre le rythme de leur raisonnement. Mais s'ils peuvent être quelque peu ralentis, ils pourront vous montrer des connexions et stimuler des idées que vous n'auriez pas cru possibles. Leurs esprits sont constamment en activité.

*

*




Arts visuels :